.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Slimane Klata, un des rares ministres algériens à avoir démissionné


kSi Slimane, ou Slimane Klata de son nom de guerre, fait partie des rares ministres algériens à avoir démissionné, et plutôt deux fois qu’une. Ahmed Kaid de son vrai nom, est né un 17 mars 1921.

Kaid Ahmed fait partie des grands noms de la révolution, bien qu’il ne soit pas souvent cité. C’était aussi un homme courageux à une époque où il était bien difficile de dénoncer publiquement la corruption, l’affairisme, l’incompétence… c’était au début des années 70, sous Boumédiène . Et c’est certainement pour ces raisons qu’il n’a jamais eu de place dans le manuel scolaire algérien. Ceux qui l’ont connu ne tarissent pas d’éloges sur son franc-parler et ses positions courageuses. Kaid Ahmed a tout de même démissionné sous Benbella et sous Boumédiène ! Juste avant de quitter la scène politique, il envoi un Mémorandum aux membres du Conseil de la Révolution, qui faisait office d’une feuille de route. C’était en 1972 et le document en question n’a pas perdu une ride !

Cet homme qualifié de « grand » , de « visionnaire » et de « courageux » était surtout fidèle à ses principes et à ses idéaux.

Ahmed Kaid est né le 17 Mars 1921 à  Tiaret, dans une famille terrienne modeste du arch des Sidi Belgacem, dans la ville de Tagdempt, sur ​​les terres de l’ancienne capitale de l’Emir Abdelkader.

Son père, garde communal, a été torturé puis assassiné par l’armée française en 1957 à Mostaganem.

Très tôt déjà, « Si Ahmed » s’avère courageux et intelligent. Il étudie à la Mederssa de Tiaret et obtient son Certificat d’Etude, puis passe son service militaire durant la Seconde Guerre mondiale.

Conscient de la souffrance de son peuple écrasé sous le joug colonial, il milite au sein de l’Union démocratique du manifeste algérien (UDMA), dès 1946. Il en devient secrétaire avec Kada Boutarene, au côté de Ferhat Abbès. En parallèle, il est journaliste dans un quotidien d’Oran.

En août 1953 il organise  le congrès de la JUDMA (jeunesse de l’UDMA). L’année suivante, il se rend à Alger et rencontre  les dirigeants du mouvement national, notamment ceux de l’OS.

« Si Ahmed » rejoint le maquis en 1958 et devient Commandant aux cotés du Colonel Lotfi, au niveau de la zone 8 (willaya 5), puis membre de l’Etat Major aux cotés de Boussouf, Boumédiène , Athman…

En 1961 il représente l’ALN avec Ali Mendjli lors des pourparlers avec la France qui s’achèveront avec les Accords d’Evian.

Durant la guerre de libération nationale, Kaid Ahmed œuvre pour organiser, structurer et armer  l’ALN, d’une part et, d’autre part, se déplace dans différents pays à la rencontre de leurs dirigeants pour les sensibiliser à la cause algérienne.

Après l’indépendance, il est d’abord député de Tiaret avant d’être nommé ministre du Tourisme par Benbella. Il démissionne en 1964.

Membre du Conseil de la Révolution en 1965, ministre des finances pendant 4 ans, il organise les institutions financières du pays et planifia les plans de développement.

En 1969, il est nommé chef du parti FLN. En 1974, il s’oppose à la politique de Boumedien, entre autre sur la question de la révolution agraire et des injustices qu’elle engendre. Il démissionne et quitte le pays pour s’installer en France, puis au Maroc où il meurt le 5 mars 1978, en farouche opposant au régime de Boumédiène. Il sera enterré à Tiaret parmi les siens.

 Zineb Merzouk

 

Sources :

  1. Kaïd Ahmed, homme d’État, par Kamel Bouchama, Édition Juba, 2011

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


3 thoughts on “Slimane Klata, un des rares ministres algériens à avoir démissionné

  1. WALIKAN

    Ce gars a participé au massacre de la Révolution algérienne, en étant un des hommes clés de la dictature de Benbella et de Boumediène. En ayant passé des années sans avoir été choisi par le peuple, alors n’en faites pas de lui un Ait Ahmed-bis, SVP. Soyez décent et rendez honneur et hommage à ceux qui n’ont jamais cautionné l’imposture de l’Eté 1962, par respect à l’ALN qui fut laminée par le clan d’Oujda et son armée des forntières.

    Reply
    1. BABZMAN Post author

      Walikan,
      Nous ne faisons que transcrire ce que nous trouvons dans nos recherches, nos sources et les quelques témoignages que nous avons. Nus ne réinventons ni embellissons l’histoire.
      Merci de comprendre.

      Reply
  2. arras

    du très bon travail ,continuer et soyez impartiaux pour nous rapporter les faits historiques pour le bien de notre pays et nos générations futures. ARRAS Lahcen

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *