.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Siga, la dimension ludique et sociale du jeu chez les Reguibets de Tindouf, partie I


siga3Je me représentais Tindouf telle une terre aride et peu hospitalière,  Tindouf  cette région déplaisante peuplée de militaires et sujette à risques, et rixes entre  l’Algérie et le Maroc.

Invitée à  partager l’intimité de Baybou, j’etais loin d’imaginer  toutes les richesses matérielles et immatérielles que recèlent la région. Fervente  doyenne de la tribu Reguibets (une faction Sanhadje qui parle un dialecte arabe : le hassaniyya  et qui se réclame de descendance  chérifienne du rite malékite), mon hôtesse me narre  le passé glorieux de ses aïeux évoluant entre la  Mauritanie, l’ex-Sahara espagnol, l’Algérie, et le Maroc.  Ainsi, autrefois nomades chameliers, guerriers et  pillards, les reguibets s’établissent à Tindouf  et cohabitent bon gré mal gré  avec la puissante  tribu des Tadjakant .

 Siga, ou l’art de la nonchalance :

Contrainte à la sédentarisation lors de mon séjour, je fus agréablement surprise de constater que la maison de mon hôtesse se caractérisait par un style hybride : étrange compromis entre l’habitat sédentaire et nomade. Au patio de la demeure de Baybou, siga1une tente est installée, à l’intérieur de laquelle on découvre un véritable musée miniature dédié à la culture du Sahara Occidentale : tapis, vannerie, costumes, bijoux, ornements et instruments de musique sont exposés. Nous passions toutes nos après-midi dans cette tente, où  je découvre le plaisir inouïe de la sieste et surtout d’un jeu de de société d’un genre nouveau pour moi, Siga .

Baybou, zahoi et khouita, mes hôtesses et partenaires de jeu m’expliquent les règles :

Deux adversaires, ou deux équipes tracent sur un tas de sable, vingt trous où sont disposés des pions de deux couleurs distinctes, ce sont généralement des charbons et des pierres. Huit bâtonnets dont les faces ont été différemment marquées des deux cotés, sont agités, puis lancés par terre; s’en suit  la lecture du jeu qui  détermine le déplacement des pions.Si nous avons un, ou deux ou trois bâtonnets sur huit, le jeu est nul (hmar ) âne. Quatre bâtonnet, on fait passer le tour à l’équipe adverse. Cinq bâtonnets tombent à la même face nous avançons d’un pion. Six et sept  bâtonnets, nous avançons de deux pions. Si les huit bâtonnets tombent sur la même face, c’est une baguerra (vache), il s’agit du coup gagnant, et nous pouvons placer notre pion où nous le désirons, le but du jeu, étant d’éliminer les pions de son adversaire.

siga2Mauvaises joueuses, mes trois amies  s’agitent  gaiement, les gestes et le propos plein de démesure. Une prière ou une incantation est récitée  avec emphase pour que la main de l’adversaire fléchisse. Il faut savoir que la tricherie et la fourberie sont les mots d’ordre du jeu; le tout ponctué d’un soupçon  de malice; et à peine distraite ou le dos tourné, qu’un pion peut être frauduleusement déplacé, s’ensuit dés lors et d’une manière théâtrale : insultes, menaces, injures et jérémiades.

Une partie de Siga peut durer des heures voire des jours, et peut être interrompue et reprise plusieurs jours après. Les parties enchaînent  à volonté, des adversaires vont et viennent s’inter-changent. J’ai eu la main chanceuse, parait t il, la chance du débutant sans doute…

A suivre

Leila A

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *