.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

L’Machtâa : jour de noces


Le grand jour est arrivéfille qui se maquille, la Machta se rend auprès la future mariée, dotée de sa précieuse mallette contenant produits de beauté et bijoux en or propre à elle.

La Machta commence alors la séance de mise en valeur de la jeune fille, en la coiffant de plusieurs fines tresses ornées de rubans roses. Elle dépose sur sa tête le fameux « Tedj » (diadème) en or, agrémenté de « Tiours » (petits oiseaux) frémissants à chaque mouvement de la tête, le front quant à lui sera orné du fameux « Khit Errouh » (bijoux pour le front). Il convient de préciser que ces détails concernent les traditions de parures algéroises, mais si chaque région dispose de son propre patrimoine vestimentaire et ornemental, le travail de la machtaa reste le même partout où l’on fait appel à ses services.

 

Par la suite, elle lui dessine le dessus des sourcils avec le « Harkous d’heb », et lui pose de chaque côté des pommettes L’tma  لاطماء  (petit point doré). La future épousée est fin prête, et la grande cérémonie de la « Tasdira » parentale peut alors commencer, au centre de Wast Eddar (Patio) au milieu d’un orchestre féminin dans une atmosphère féerique digne des milles et une nuits. Les va-et-vient de la présentation des toilettes traditionnelles, ou l’allure majestueuse et pudique de la jeune fille accompagnée de Dame Machta, subjuguent l’assistance.

Le lendemain de la fête, le cortège emmène la future mariée vers son domicile conjugale où la Machta l’accompagne et la pare de ses plus beaux atours pour sa nuit de noces.

Signalons au passage que la mariée est installée sur « Bounk El-Koba » (Lit en Fer Forgé Doré, richement décoré avec de somptueux voilages et parures de draps en « Ch’bika »), et un dîner spécial constitué de couscous sucré est préparé pour la mariée. Il lui sera servi dans un beaux plateau argenté, alors qu’elle se prélassera dans ce somptueux lit, en compagnie d’une amie ou d’une cousine intime ainsi que de notre Machta… Il fut un temps  ou aucun membre de la belle famille ne devait voir la jeune fille avant son époux (le soir des noces), et ce, jusqu’au lendemain.

A l’heure H, la Machta fait évacuer la chambre de la mariée, non sans lui avoir prodigué les derniers conseils, ensuite elle déposera un « Chentouf » de Louis d’Or sur le sol de l’entrée, que le marié doit enjamber, pour franchir le pas de la porte de la « Ghorfa » (chambre). Ce geste est destiné à présager une union stable et prospère.

Enfin, la Machtâa ramasse le collier de louis d’or, se retire discrètement en lui murmurant  « Khoud Mâa Aâtek Allah » (prend ce que le bon dieu t’a donné) c’est à ce moment précis que le marié lui glisse élégamment quelques billets dans la main… La suite au prochain RDV…

 

Retrouvez les premières parties de L’Machtâa, sur babzman :

http://www.babzman.com/2014/lmachtaa-laccompagnatrice-des-futures-epousees-par-b-babaco/   (introduction)

http://www.babzman.com/2014/lmachtaa-preparation-de-la-mariee-a-ses-noces-par-b-babaci/   (préparation de la mariée à ses noces)

 

B. Babaci

Écrivain-chercheur en histoire

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “L’Machtâa : jour de noces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *