.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Le conte du jeudi : Le Prince Cloîtré, PARTIE I


tour« Amachahou rebbi ats iselhou ats ighzif anechth ousarou. »
« Que je vous conte une histoire. Dieu fasse qu’elle soit belle, longue et se déroule comme un long fil »

Il était une fois, le roi d’un immense pays, à qui rien ne manquait, connut pourtant un grand drame dans sa vie. Marié  à plusieurs femmes, elles lui donnèrent beaucoup d’enfants mâles comme héritiers, mais par une fatalité incompréhensible, ils meurent tous avant d’atteindre l’âge de sept ans.

L’ag’ellid’ (roi) chercha à en connaître les raisons, et c’est ainsi que l’on s’aperçoit que la cause de la mort des enfants était due à la consommation de viande avec leurs os. Les os brisés, avalés par mégarde restaient en travers de la gorge et finissaient par étouffer les enfants. L’ag’ellid’, une fois mis au courant, entre dans une rage folle et met à mort tout le personnel chargé de ses enfants. Pour mettre toutes les chances de son côté, il renouvelle le personnel en puisant dans sa famille, et après la naissance de son dernier enfant, des consignes strictes seront données au nouveau personnel. Le nouveau prince est choyé dès sa naissance, et seul une vielle servante dévouée, s’occupera de son alimentation.

Sa chambre située au milieu du palais le met à l’abri de toute rencontre. Il a à sa disposition tout ce qu’il veut, mais une règle stricte doit être respectée : il ne doit en aucun cas recevoir des enfants de son âge, ni manger de la viande avec os. C’est ainsi qu’on lui ramène chaque jour à manger après contrôle de tous ses plats préférés. Il mange beaucoup de viande mais ne sait pas ce que c’est un os, ni une coquille d’œuf.

Au palais, vivait une veuve dont le mari mourut prématurément, lui laissant un enfant du même âge que le petit prince. Le garçon qui passait son temps dehors s’était trouvé une passion. Il aimait par dessus tout le jeu qu’on appelle « thiqar » (sorte de pugilat, où les pieds sont sollicités fortement).

A force de s’entraîner matin et soir, le petit garçon devint imbattable. Par ailleurs, Il connaissait l’existence du petit prince, même s’il ne l’avait jamais vu, il savait même qu’ils étaient nés le même jour. Il dit alors à sa mère : « mon vœu le plus cher c’est d’apprendre au fils du roi à jouer « thiqar », ainsi je deviendrai son ami, et je rendrai jaloux tous ceux qui ne m’aiment pas. »

La veuve qui ne pouvait rien refuser à son enfant lui dit qu’elle ferait  tout  pour exaucer son vœu. Elle était connue de toutes les servantes, et put demander à la servante en chef, l’autorisation de voir le petit prince un instant. La permission accordée, elle s’approcha du petit prince, et vit qu’il était replet, joufflu et dodu. Elle s’étonna de son embonpoint et lui demanda à brûle pourpoint.

– Que manges-tu donc pour être aussi gros ?

– Tout ce que je veux, et de la viande sans os !

– Ah ! C’est pour cela que tu es gros ! Les jeunes comme toi doivent manger de la viande avec os pour être forts et beaux !

– On ne m’en donne jamais. Je ne sais pas ce que c’est un os, ni ce qu’est une coquille d’œuf !

– Tu es bien malheureux, mon petit ! J’ai un garçon du même âge que toi, mais il est svelte, et à « thiqar » personne ne le bat !

– Qu’est ce que c’est « thiqar » ?

– C’est un jeu de force et d’adresse que les jeunes jouent en se frappant des pieds.

– Je n’y  ai jamais joué. Je voudrais bien le pratiquer.

– Ça se joue à plusieurs. Tu ne peux en jouer si tu restes tout seul ici !

– Merci, j’ai compris.

Ébranlé par les paroles de la veuve, le petit prince n’avait plus qu’un seul désir : sortir de sa chambre, jouer avec des enfants de son âge, manger de la viande avec os à ses repas, et des œufs avec leurs coquilles qu’il devra lui-même décortiquer. Le soir au dîner il exige de sa servante, de la viande avec un os dedans. Dévouée à son petit prince, elle passe outre l’interdiction de l’ag’ellid’ (roi) et lui sert un gigot d’agneau avec un bel os au milieu. Le petit prince prend plaisir à grignoter de ses dents la viande accrochée à l’os.

Il éprouvera du plaisir à le déguster. Après avoir fini son repas, il prit l’os, le tourna et le retourna, et pour voir s’il se casse ou pas, il le lança de toutes ses forces contre une vitre peinte pour ne rien laisser voir du dehors. Le carreau vole en éclats, la lumière rentre. Il est ébloui. Il passa son cou à travers la vitre brisée, et ce qu’il vit, le laisse pantois. Le paysage était très beau. Des gens vont et viennent. Des enfants jouent. Il serre les poings de dépit. Cela fait quinze ans qu’il est là, et ne connaît rien de la vie. Ayant découvert d’en haut des choses qu’il n’a jamais vues, il exigea de ses parents de le laisser sortir pour s’amuser sinon il  se suiciderait.

L’ag’ellid’ qui ne voulait en fait que le prémunir de tous les dangers, céda  sous ses menaces. Il le laissa sortir de sa tour d’ivoire. Le jeune prince chercha après le fils de la veuve, et exigea de lui qu’il lui apprenne « thiqar » pour qu’il devienne aussi adroit que lui. Après un entraînement de plusieurs jours le jeune prince bat tout le monde au jeu à l’exception de son entraîneur, mais même ce dernier sera vaincu par la suite.

Le jeune prince ne fera preuve d’aucune reconnaissance, et imbu de sa personne parce qu’il gagnait tous les jours au jeu de « thiqar », il donnera une gifle retentissante au fils de la veuve pour le « récompenser ». Le jeune garçon veut lui donner une leçon, mais le prince est plus fort que lui, et sa taille impressionnante n’arrangeait rien. Personne ne pouvait le battre au combat, même s’ils se mettaient à plusieurs.

Devenu imbattable, le jeune prince humilie à chaque fois le fils de la veuve en le giflant. La situation devenait intenable. Le soir, en rentrant à la maison avec des joues rouges sang, à cause des coups reçus, le jeune adolescent raconte tout à sa mère, qui lui dit : Ne t’en fais pas, mon grand. Puisqu’il ne veut pas s’amender, je vais l’exiler d’ici, à tout jamais… A suivre

 

Source :

  1. Lounes Benrejdal, dans le quotidien algérien La Dépêche de kabylie

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *