.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Le conte du jeudi : La vache des orphelins – Partie II – La vache sacrifié


bergerEn voyant leur vache sacrifiée, les malheureux orphelins s’en allèrent pleurer et se lamenter de leur dépit sur la tombe de leur mère. Au milieux de leurs sanglots, ils entendirent la voix douce et affectueuse de leur mère chérie qui leur disait de se rendre immédiatement sur la place du village, de réclamer les déchets sortis des abats de la bête, et de revenir les répandre sur sa sépulture.

Les enfants ramenèrent aussitôt les déchets des abats et les répandirent sur la tombe de leur mère, comme celle-ci le leur avait enjoint. Ils entendirent la même voix d’outre-tombe, qui était celle de leur mère, qui les invitait à revenir sur les lieux, le lendemain. 

Comme promis, le lendemain de bonne heure, Ali et Djedjiga, revinrent sur les lieux et furent agréablement surpris de voir que deux grands pis avaient poussé sur la tombe, identiques à ceux de la vache immolée : l’un gonflé de lait, et l’autre de miel, comme d’habitude.

Les deux enfants se régalèrent, puis s’en retournèrent chez eux. De nouveaux, ils reprirent leurs belles et saines couleurs et leurs formes pleines et harmonieuses. En les voyant en si bonne santé, la méchante marâtre se demanda encore par quel moyen ils avaient pu reprendre leurs forces malgré la disparition de la vache sacrée qui les nourrissait autrefois. Sur les conseils et l’ordre de sa mère, Doudja suivit encore une fois son frère et sa sœur, et découvrit ainsi leur secret. Après leur départ, elle se mit à téter avec beaucoup d’énergie et d’empressement. Mais voilà : au lieu de lait et de miel, elle tira en tétant du pus à la place du lait, et le sang à la place du miel!

Dès que la mère de Doudja fut mise au courant de la mésaventure e sa fille, elle se rendit elle-même sur la tombe. Elle détruisit complètement les deux pis providentiels qui garnissaient la tombe, en les brûlant avec la braise. 

Le lendemain matin, les deux orphelins furent catastrophés en constatant la destruction totale de la mamelle nourricière. Ils éclatèrent en sanglants et déchirantes lamentations. C’est alors que la voix de leur mère monta d’outre-tombe et rassura les deux malheureux orphelins en leur annonçant que les pis saccagés repousseront le lendemain sans faute. 

En effet, le lendemain, ils purent se restaurer comme d’habitude : le lait et le miel s’étaient remis à couler à flots, dès qu’ils commencèrent à téter les pis. Une fois de plus, leur demi-soeur borgne dévoila le secret à sa méchante mère. Celle-ci prit personnellement l’initiative de raser derechef les deux pis qui avaient repoussé la veille, et déposa elle-même des braise sur la tombe, pour éviter toute repousse de mamelle !

Lorsque les deux orphelins se rendirent au cimetière, en arrivant devant la tombe de leur mère, ils entendirent la même voix d’outre-tombe, celle de leur mère chérie, qui leur disait : » Je suis triste maintenant, car je ne peux plus rien faire pour vous. Quittez la maison mes enfants . Partez loin, hors de la portée de cette sorcière pour tenter de vivre en paix, ailleurs. Dieu vous aidera dans votre vie…! A suivre…

Retrouvez la première partie sur Babzman : http://www.babzman.com/2015/le-conte-du-jeudi-la-vache-des-orphelins-partie-i-les-orphelins-bergers/

Par Kaci Hadjar

  1. Tiré du recueil « Ma mère racontait, contes kabyles anciens »
  2. Illustration : « Les petits berges », Emile Deckers 1941

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *