.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 11 février 1957, exécution du patriote algérien : Fernand Iveton


ivFernand Iveton, militant pour l’Algérie indépendante, est guillotiné. 

«Dans la vie d’un homme, la mienne compte peu, ce qui compte, c’est l’Algérie, son avenir, et l’Algérie sera libre demain.»

Fernand Iveton est né à Alger le 12 juin 1926, et meurt guillotiné pour la cause algérienne,  le 11 février 1957 . Il vécut dans un quartier populaire d’Alger, le Clos Salembier (aujourd’hui El Madania), et suivit l’exemple de son père, en devenant employé de l’usine à gaz d’El-Hamma au Ruisseau. En 1943, il adhère à la section de la redoute des jeunesses communistes et milite aux côtés d’Henri Maillot et Ahmed Akkache.

Il intègre par la suite l’Union de la Jeunesse Démocratique Algérienne qui rassemblera dans ses rangs des jeunes communistes et nationalistes et d’autres patriotes. Iveton militera également au sein des syndicats d’Algérie affiliés à la CGT de France (Confédération Générale du Travail) puis à l’UGSA (Union Générale des Syndicats Algériens) organisation syndicale algérienne qui demeurera affiliée à la CGT. Il sera désigné par les travailleurs de l’usine à gaz d’El Hamma comme délégué syndical.

Iveton considérait la cause algérienne comme la sienne, et en juin 1955 il s’intègre dans les groupes armés des Combattants de la Libération au côté de Abdelkader Guerroudj, Félix Collosi, Mohamed Hachelaf, Yahia Briki, Georges Accampora et d’autres camarades communistes. Après avoir participé à plusieurs actions (sabotages de wagons sur le port, incendie des Bouchonneries Internationales) il sera chargé de placer une bombe à l’usine à gaz d’El Hamma. Elle est déposée le 14 novembre 1956 et  tout prouve qu’il a pris toutes ses précautions pour que la bombe ne cause que des dommages matériels. Il sera dit  à ce propos, que le militant : « Iveton ne voulait pas d’une explosion-meurtre. Il voulait une explosion témoignage. »

Arrêté le 14 novembre 1956, avant même que la bombe ne soit installée, il fut d’abord torturé pendant trois jours par des policiers : décharges électriques sur le corps, supplice de l’eau…  Le 25 novembre 1956,  il passe  devant le tribunal militaire d’Alger, soit 11 jours seulement après son arrestation, « en application de la procédure expéditive permise par « les pouvoirs spéciaux », accordés par les députés français au gouvernement de Guy Mollet »Le procès se passe « Dans une atmosphère de pogrom » tel que le précise l’ouvrage écrit sous la direction d’H. Alleg . Il est condamné à mort au cours d’un sombre procès « dans un prétoire où montaient des cris de haine et de mort ».

Un recours en grâce fut déposé par les avocats de F. Iveton, lequel examiné au Conseil de la magistrature fut refusé par  le Garde des sceaux de l’époque, François Mitterrand qui vota en faveur de l’exécution du condamné à mort.

Albert Smadja, l’un des avocats commis d’office pour Fernand Yveton a affirmé que durant toute sa carrière au barreau, il n’avait « jamais vu un dossier d’inculpé aussi mince et comprenant peu de pièces facilitant l’instruction de l’affaire » car, à son avis« on voulait précipiter l’exécution du militant et clore le dossier ».

Ainsi, le 11 février 1957 F. Iveton  sera guillotiné en même temps que deux autres patriotes algériens. « Fernand Iveton, Mohammed Ouennouri et Ahmed Lakhnèche marchent courageusement au supplice. Les 3 hommes s’embrassent et clament «  Vive l’Algérie libre !  » au pied de la guillotine tandis que, de la prison tout entière, s’élève un grand cri de solidarité, de colère, d’espérance. Les détenus politiques pleurent, entonnent des chants patriotiques, ébranlent de leurs poings les portes des cellules. »

Tous les ans, se tient une commémoration en mémoire de Fernand Iveton, le seul algérien d’origine européenne guillotiné par l’armée française, au cimetière chrétien de Bologhine, et à laquelle ne manquent d’assister nombre d’anciens combattants de l’Algérie libre, les amis de la révolution, ou encoure de jeunes algériens émus du destin glorieux de notre compatriote, mort pour l’Algérie libre et indépendante!

Mira B.G

 

sources

  1. « La guerre d’Algérie », H. Alleg
  2. Le matin du 16 /12/2011
  3. Alger républicain du 17/02/2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


8 thoughts on “Cela s’est passé un 11 février 1957, exécution du patriote algérien : Fernand Iveton

  1. LEMILITANTSANSFRONTIERES

    MERCI! MERCI pour tout ce que vous faites.
    MERCI pour votre votre engagement.
    MERCI pour cette louable initiative.
    Personnellement, je n’ai pas oublié: René Voti, Anna GRECKI, l’abbé BERRANGUER,Maurice LABAN,Noël LAFAVRELIERE, les porteurs de valises, Henri MAILLOT…………………………………………………………….
    Je suis témoin et témoigne de la solidarité entre les peuples.

    LEMILITANTSANSFRONTIERES

    Reply
    1. BABZMAN Post author

      Bonsoir, nous tacherons de revoir ces noms quitte à faire de brefs articles, dans le but de remémorer leur brvoure.
      Merci beaucoup.

      Reply
  2. Kamal Garami

    Que Dieu le tout puissant, lui donne le Paradis, c’est un martyr Algerien, c’est Allah qui a le droit de juger toute human qu’il a crier, qu’il soit Chritian, Jewif. Musilman comme moi, dans mon livre c’est des Chouhadas de la juste cause Algerien, pour l’independence.

    Reply
  3. MEBAREK

    BAZMAN! bien joué. Heureuse initiative que d’avoir eu l’idée de chercher à faire connaitre toutes les petites choses et les grands Evénements qui font l’histoire de notre pays. Rappelez les et écrivez les autant de fois que ce serait possible. Connaitre l’histoire de son pays, c’est contrbiuer à la cohésion sociale de ses populations. Merci!

    Reply
  4. BOUTRIK

    moi personnellement je ne connaissais cette partie de l’ histoire de mon pays très touchante et très émouvante . des hommes avec un grand H. libres qui ont combattus et sacrifiés leurs propres vies pour une Algérie indépendante et pluriel ..des hommes assoiffés de justice qui ont dénoncés l’injustice et payés un lourd tribu . des homes de leurs trompes ; tellement rares de nos jours c’est vrai qu’ils ne sont plus de ce monde., mais ils resteront à tout jamais vivant et très cher à nos yeux . gloire à nos martyres .

    Reply
  5. Algérien & fier.

    Pour une Algérie plurielle, ils ont combattu, pour une Algérie tolérante ils ont combattus, l’Algérianité n’a pas de critères spécifiques enfin qu’il existe une critère c’est celle de l’amour…Raymonde Peschard, Henri, Fernand n’ont jamais raté une occasion pour le rappeler et leur sacrifice en est la plus grande preuve que l’amour de la partie n’a ni race ni religions

    Vive l’Algérie multicuturelle….<3

    Reply
  6. Attoui

    Fernand Iveton ,c’est notre pere notre frere notre fils tout comme notre soeur Raymonde Peschard et l’ensemble des martyres de la cause Algerienne,honte aux citoyens qui oublient de se rappeler de ces pieux qui se sont sacrifie pour la liberte de leurs concitoyens,des hommes et des femmes de cette trompe n’existentt plus,gloire eternelle a nos valeureux martyres.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *