.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Combat de femme : Maliha Hamidou, l’étudiante moudjahida et martyr


maliha-hamidouNée le 16 avril 1942, Maliha Hamidou est au lycée lorsqu’elle devient fidaïa. Elle sera arrêtée et assassinée le 13 avril 1959, à l’âge de 17 ans. Dans cet article du Soir d’Algérie, l’auteur raconte sa rencontre avec sa famille et revient sur son parcours.

En franchissant le seuil de la demeure de Hadj Abdelhamid, nous étions loin de penser qu’on allait revivre avec une intense émotion cette journée du 13 avril 1959. Tlemcen a fait offrande de sa jeunesse pour la patrie, on a souvent cité des noms qui ont fait la noblesse de la capitale des Zianides. Le colonel Lotfi, le docteur Benzerdjeb et bien d’autres restent l’exemple du sacrifice suprême. On parle peu ou presque jamais de cette icône, qui à elle seule, symbolise le martyre et le courage de la femme algérienne pendant la longue nuit coloniale.

Maliha, la petite fille de Bab-El-H’did

C’est dans ce quartier populaire situé à quelques mètres du sinistre quartier général des services spéciaux qu’est née en 1942 Maliha Hamidou. Comme toutes les petites filles de son âge, elle fréquenta l’école primaire de Blass El-Khadem. Durant toute sa scolarité, elle se rendait à Dar-El-Hadith pour parfaire son éducation religieuse. C’est là un tournant décisif qui allait marquer la petite fille qui commence à découvrir l’amère réalité à laquelle était confronté le peuple algérien. Elle commence alors à être imprégnée d’un sentiment de révolte. A cette époque-là, le courant révolutionnaire était très fort et le destin de Maliha allait prendre une longue tournure pendant ses études secondaires. Pendant les cinq années qu’elle a passées au lycée jusqu’en classe de seconde, elle optera pour une participation active dans les rangs des fidaiyines. Le premier contact avec la révolution s’est fait par l’intermédiaire d’une certaine Z’hor, une femme militante.

Au cœur de la lutte, l’audace de l’adolescente

La maison familiale de feu Hadj Abdelhamid située sur les hauteurs de Tlemcen à Sidi- Chaker devient alors le PC de tous les maquisards et moussebbiline de la région, lieu de refuge, PC des opérations en ville et aussi lieu de transit des moudjahidines en partance vers le Maroc, un certain Chérif Belkacem est aussi passé par là, nous confie Smaïn, le frère de Maliha. Débordant de courage et surtout de lucidité, l’étudiante aux yeux noirs et au regard furtif est respectée et admirée pour son audace, elle est alors désignée comme secrétaire de la cellule combattante du secteur de Sidi-Chaker. Elle ne se contente pas de collecter des renseignements et de surveiller les mouvements de troupes de l’armée coloniale, elle participe de manière directe à des attentats en milieu urbain. Véritable planificatrice des opérations les plus dangereuses, l’étudiante des années 57 savait aussi jouer de la grenade ; dans son cartable il y avait toujours une arme : Maliha était prête à tout. De ses activités militantes, sa famille était bien sûr au courant, mais Maliha ne disait jamais rien sauf à Rabéa, sa sœur adoptive qui était sa véritable confidente. Le parcours de la jeune combattante n’était pas près de s’arrêter, mais le destin était au rendez-vous en ce printemps de l’année 1959.

Le 13 avril 1959, 1h du matin, la nuit du destin

Durant cette année, le combat s’intensifia contre l’oppresseur, les forces coloniales étaient harcelées en plein centre-ville, on assista alors à une répression sauvage et sanglante, beaucoup de fidaiyines et de maquisards tombèrent au champ d’honneur les armes à la main, d’autres furent achevés sous la torture et ce fut un coup terrible pour le réseau des cellules combattantes. Certaines avouaient sous la torture, Maliha était consciente du danger et s’attendait à tout moment au pire, elle savait qu’elle n’irait pas au bout de sa jeunesse et dans la nuit du 13 avril à 1 heure du matin, un commando des forces spéciales de la DST a encerclé la maison. C’est la mère de Maliha qui ouvre la porte, un béret vert fait irruption à l’intérieur de la maison et hurla «qui est Maliha ?» Une voix lui répondit : «C’est moi, elle savait que c’était la fin. Avant de quitter le domicile familial dans un dernier geste, elle enfila un manteau et fut emmenée par ses bourreaux. Le lendemain, un cousin de la famille et infirmier à l’hôpital de Tlemcen est venu annoncer la triste nouvelle. L’héroïne de Sidi- Chaker était morte. Sa mère se rendit à la morgue de l’hôpital pour identifier le corps, un corps criblé de balles et portant des traces de tortures. Maliha a tenu sa promesse, elle a résisté à ses tortionnaires, elle n’a livré aucun secret, son corps fragile a supporté toutes les douleurs, elle venait de réaliser son rêve de martyr. Rachida (nom de guerre de Maliha Hamidou) était partie pour un monde meilleur, après sa mort, sa famille subit de dures représailles, sa mère, à son tour, est accusée d’avoir lancé une grenade, elle fut condamnée à verser une amende. Un adjudant de l’armée coloniale, un certain Kremenker, leur voisin menaçait toute la famille. Les Hamidou ont vécu le calvaire jusqu’à la fin de la guerre. Après la mort de Maliha, Rabéa a pris le soin de brûler tous les documents secrets que Maliha dissimulait.

Smaïn, un frère marqué à jamais

Smaïn Hamidou, le frère de Maliha, en nous ouvrant la porte de la maison familiale, exprima une profonde émotion quand il a su l’objet de notre visite, ce professeur d’histoire se souvient de tout, il avait du mal à retenir ses larmes en évoquant cette nuit du 13 avril 1959. Il était encore enfant quand il a vu les bourreaux prendre sa sœur pour ne plus jamais revenir. Il faut dire que la famille Hamidou n’a jamais demandé rien à personne, elle a même refusé des privilèges. Smaïn est catégorique, nous ne voulons pas souiller la mémoire de Maliha. Cette famille a vécu des moments difficiles après la mort de leur père aux Lieux Saints de l’Islam. El Hadj Abdelhamid fut un exemple pour ses enfants, ce bachelier de 1934 était aussi le représentant du corps professoral musulman. Avant de nous quitter, Smaïn nous fait cette étonnante remarque, il nous cita l’exemple d’un autre martyr Djamel Benhbib, compagnon de Maliha. Un jour alors qu’ils étaient tous réunis dans la maison avec leurs compagnons d’armes, Djamel Benhbib ne put s’empêcher de dire, «vous aurez l’indépendance et vous allez voir ce qui se passera». Ces jeunes martyrs savaient qu’ils ne survivront pas, ils sont morts avant l’aube naissante de l’indépendance et de la liberté. Aujourd’hui, 44 ans après la mort de Maliha, peu de gens, et en l’occurrence la nouvelle génération, connaissent l’histoire de cette héroïne. A Tlemcen, seul un lycée porte son nom, et puis plus rien. Il est peut-être temps de rattraper le cours de l’Histoire et une fondation «Maliha Hamidou» serait quand même une reconnaissance de la part de ces jeunes filles qui ont fréquenté le lycée baptisé en son nom. Une fois encore, l’histoire a failli au devoir de mémoire. Maliha Hamidou repose en paix sous les peupliers du cimetière de Sidi-Boumediene.

M. Zenasni

  1. Article publié dans Le Soir d’Algérie, le 08 mars 2005

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “Combat de femme : Maliha Hamidou, l’étudiante moudjahida et martyr

  1. azza

    j’ai fait mes études secondaires au lycée Maliha hamidou, il est regrettable de ne pas avoir au moins une photo de cette héroïne dans ce lycée

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *