.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 3 Février 1912, Les Algériens obligés de mourir pour la France


soldLe 3 Février 1912, un décret institue le recrutement par conscription de tous les Sujets français musulmans, âgés de 19 ans.

 

Quatre-vingt deux ans après le début de la conquête et cinquante ans avant l’indépendance, et alors qu’une nouvelle guerre avec l’Allemagne se profile, la France impose aux algériens de devenir des soldats pour servir sous son drapeau.

A cette période, les effectifs de l’armée française enregistrent une baisse préoccupante, de même que la natalité est en courbe décroissante. Ainsi, le recrutement des indigènes est le meilleur moyen de combler le déficit en homme et de maintenir les corps d’armée dans leur intégralité numérique.

Sous domination française, l’indigène n’est pas un citoyen mais un sujet de la République française. Il est soumis au Code de l’indigénat de 1881 et n’a pas le droit de vote. En théorie, s’il le demande, il peut être naturalisé depuis 1865. En théorie.

En 1912, l’Algérie fait partie de la France, mais l’indigène n’est rien et assurément pas français. Pourtant, il est jugé apte à faire un bon soldat pour la France. Il sera en fait juste de la chair à canon lors du premier conflit mondial.

Le décret soulève une volée de protestations de la part des algériens et des français. Pour ces derniers, la conscription est une erreur, notamment parce que les indigènes pourraient retourner leurs armes contre les européens d’Algérie, le mieux est de maintenir un recrutement par engagement.

Pour les principaux concernés, les plus lettrés réunis au sein du mouvement des Jeunes Algériens, estiment que l’impôt du sang ne doit être versé qu’en contrepartie de l’obtention des droits du citoyen.

Mais pour l’immense majorité des Algériens, l’islam ne permet pas de servir dans une armée étrangère, de plus est chrétienne et qui a écrasé la dignité de tout un peuple en le réduisant à la misère, en arrachant ses terres, en tuant ses enfants par milliers. Bref, en le séquestrant et massacrant dans son propre territoire.

Des centaines de familles algériennes décident alors de quitter le pays pour le Machrek. Aujourd’hui encore, leurs descendants vivent toujours en Syrie.

La Première Guerre mondiale commence deux ans plus tard. De 1914 à 1918, ils ne sont pas moins de 173 000 indigènes à combattre dans les tranchées. 25 000 y seront tués.

Synthèse Zineb Merzouk

Sources :

  1. « Des appelés pas comme les autres ? Les conscrits « français de souche nord-africaine » pendant la guerre d’Algérie », par Stéphanie Chauvin.  Vingtième Siècle. Revue d’histoire, Année 1995, Volume   48, Numéro  48, pp. 21-30
  2. Achille SEBE (Docteur en droit) : « La conscription des indigènes d’Algérie ». Paris, Emile Larose, Libraire-Editeur, 1912
  3. http://www.slateafrique.com

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *