.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Cela s’est passé un 16 novembre 1805, disparition de Mungo Park au Niger


mungoDu 16 novembre 1805 sont datées les dernières notes de voyage de Mungo Park.

Il aurait été le premier Européen à visiter l’Afrique en qualité d’explorateur et d’anthropologue. Ses notes constituent une source d’information considérable sur la région, pour la période qui précède la colonisation.

Le découvreur de l’Afrique

Jeune chirurgien écossais, Mungo Park fait un premier voyage qui le mène à Sumatra. Il en tire une description qui lui vaut d’être engagé par l’African Association pour reconnaître la région du Niger, en Afrique occidentale. C’est ainsi qu’à 24 ans, en 1795, il part tout seul en mission en Afrique.

Il remonte le fleuve Gambie, au milieu du Sénégal actuel, jusqu’à l’ultime poste britannique, à 200 miles en amont. De là, il s’engage vers l’intérieur seulement accompagné de deux personnes de la région. Les péripéties foisonnent. Ainsi est-il capturé par un chef maure, et fut traité en esclave. Il parvient tout de même à s’enfuir, au bout de quatre mois.

Le 21 juillet 1796, il atteint le fleuve Niger à Segou. Pour le retour, il suit une route plus au sud. Malade, il doit à la bienveillance d’un chef noir de pouvoir se rétablir pendant sept longs mois. Enfin, le 22 décembre 1797, le voilà de retour en Grande-Bretagne après un crochet par… l’Amérique.

Le récit de son expédition, sous le titre : Voyage à l’intérieur de l’Afrique, lui vaut une immense popularité.

Le démon de l’aventure le reprend quand, à l’automne 1803, le gouvernement l’invite à repartir pour le Niger, cette fois à la tête d’une imposante expédition. Il a soin cette fois-ci d’apprendre l’arabe.

L’expédition quitte le port de Portsmouth pour la Gambie le 31 janvier 1805. Mais, trop lourde et encombrée, elle n’atteint le Niger qu’en août de la même année. Plusieurs Européens ont déjà succombé aux fièvres ou à la dysenterie.

Mungo Park décide alors de descendre le cours du fleuve avec un bateau. Celui-ci, construit tant bien que mal avec les moyens locaux, est baptisé « Joliba », nom autochtone du Niger.

L’explorateur écossais disparaît peu après avec les derniers survivants de son équipe dans un naufrage sur le Niger. Ainsi s’achève l’épopée du premier Européen qui ait réussi à pénétrer dans l’intérieur du continent noir.

 

Un article tiré du site ami, herodote.

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *