.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Cela s’est passe le 28 novembre 1960, l’ indépendance de la Mauritanie


ouldLa Mauritanie obtient son indépendance le 28 novembre 1960, et sera baptisée, la République Islamique de Mauritanie. Ses frontières actuelles, elle les partage avec la République du Sénégal, le Mali, Le Sahara Occidental, l’Algérie, ainsi que l’Océan Atlantique. 

Il convient d’affirmer que la conquête de l’armée française de la Mauritanie en 1902 s’inscrivait dans une dynamique de l’extension de l’empire coloniale français, imposant son hégémonie à une population multiethnique, qui se regroupe autour de notions d’appartenance telles que : la fraction, et la tribu.

La population mauritanienne est composée principalement de maures. Parmi elle, on distingue les beïdane (blancs) : arabo-berbère, et les harratine (ancien esclave, l’ensemble de populations dont les ancêtres furent razziés); mais aussi les Soninkés, les Bambaras, les Haapulaaren et les wolofs. 

De la colonisation française à l’indépendance 

Les frontières de la Mauritanie n’ont cessé d’évoluer entre 1902 et  1946; et ce, suivant un tracé colonial. Ainsi, en 1958, la capitale Nouakchott fut crée. L’indépendance de la Mauritanie s’accomplie sans faits d’armes et  de lutte militaire. Il est cependant à signaler que  la présence du Front de Libération National algérien à Seguiet el Hamra  en 1958, alerta  les français sur une coalition algéro-mauritanienne et tenta en ce sens de la maintenir éloignée de la question algérienne en lui octroyant l’indépendance. 

Le premier président de la Mauritanie indépendante, Moktar Ould Daddah a gouverné jusqu’en 1978, rep mson premier discours officiel devant l’Assemblée Territoriale met l’accent sur la volonté d’unifier le pays sous la bannière de l’état-nation, en voici un extrait  « Si le Sahara, si le Sahel et le Fleuve, si le Chergue et Ia Guebla représentent des entités vivantes avec des  vocations particulières, nous placerons au-dessus d’elles une entité qui les résume toutes Ia Mauritanie. Nous sommes une nation qui naît. Nous en avons conscience. Faisons ensemble, la Nation mauritanienne.»  

La présidence de Ould Daddah est marquée par la politique du parti unique dès 1964, qui repose sur l’arabisation comme outil de l’unité nationale. En 1978, il  est renversé ce qui annonce une série de putsch qui se poursuivra jusqu’en 2005. C’est « le temps des colonels », précisera à ce sujet  le géo-politologue Philipe Marchesin.

Le multipartisme en Mauritanie proclamé  en 1991 avait comme principaux acteurs  le PKM (Parti des Kadihine* de Mauritanie) et le MND (Mouvement National Démocratique). La scène politique contemporaine  de cette jeune nation s’est développée et ses contours se sont tracés à l’aune des sensibilités idéologiques et politiques internationales. Ainsi, les opposants sont  nationalistes, arabes baathiste, ou nassériens, africaniste, et marxiste.  

De nos jours, la Mauritanie appartient à la ligue arabe, à l’Union du Maghreb Arabe, à  l’Union africaine et à l’OIF.  Elle a connu cinq réformes du système éducatif  et trois  révisions constitutionnelles. Sa jeunesse  s’exprime comme suit : « Depuis 57 ans, la Mauritanie et sa jeunesse se cherchent. Le système éducatif bat de l’aille. « Les plus chanceux, ceux qui arrivent à boucler l’université… vont grossir le rang des chômeurs  », nous confie Amadou Sy, journaliste au Quotidien de Nouakchott et directeur de Publication du site  lereflet.net . 

Leila Assas 

Kadihine* : prolétaires.  

 

Sources : 

  1. Docteur Hamahou Allah Ould Salem, professeur Histoire de la Mauritanie, d’Histoire à l’Université de Nouakchott Lauréat du Prix Chinguitt 2006 
  2. Extraits  de l’ouvrage collectif , POLITIQUE AFRICAINE, numéro sp&cial Mauritanie  – ouvrage,  paru le 55 Octobre 1994 ISSN 0244-7827 :  
  3. Pierre Bonte  ,et Henri Guillaume P 2 Mauritanie : questions pour l’avenir 
  4. b- Pierre Robert Baduel Philippe Marchesin P 11 Origine et évolution des partis et groupes politiques  
  5. Catherine Taine-Cheikh , P 57 Les langues comme enjeux identitaires  
  6. Image (1) : Moktar Ould Daddah (1924-2003), Premier ministre(1959-1961) et Président (1961-1978) de la Mauritanie
  7. Image (2) : Sceau de la Mauritanie/  Moktar Ouled Daddah/drapeau maritanien 

 

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *