.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

BABA MERZOUG, histoire d’un exil.


baba merzoug, foto 2En 1542 un canon unique pour son époque avait été coulé à El Djazaïr dans les fonderies de Dar En Hass prés de la porte Bab El Oued. Ce canon long de sept mètres qui  tirait  des boulets de 80kg, pouvait atteindre les navires ennemis jusqu’à  Tamentefoust. Du XVIè  au XVIIIè siècle, il était considéré comme l’arme absolue.

Cette pièce baptisée « Baba Merzoug », (le père chanceux en arabe) était installée lors de l’achèvement de la jetée Kheir Eddine à l’extrémité sur un bordj, qui fut appelé Bordj Amar. Baba Merzoug a pendant prés  de deux siècles défendu vaillament El Djazaïr, causant des dégâts énormes aux navires ennemis. Il était craint par tous les chefs d’escadres venus attaquer El Djazaïr « El Mahroussa ». baba merzoug foto 1

En 1830, juste un mois après la prise d’Alger, l’amiral Duperré,  commandant de la flotte française désigna Baba Merzoug comme étant le trophée le plus important de la conquète, et le fit embarquer comme prisonnier pour l’exhiber dans sa ville natale Brest dans le Finistère, où il y est depuis. Baba Merzoug se trouve actuellement dans la place du port, debout sur son socle défiant les navires français de l’arsenal de Brest, il est seul, loin de sa ville natale El Djazaïr qu’il a âprement défendue.

Tôt le matin, les nuées marines viennent déposer des gouttelettes de rosée sur son vieux fut vert. Mais est-ce de la rosée ? Certains diront que ce sont des larmes, car Baba Merzoug espère toujours que les siens le libéreront un jour. Qui sait ?

B. Babaci

Écrivain-chercheur en histoire

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


5 thoughts on “BABA MERZOUG, histoire d’un exil.

  1. mami leila

    C’est vraiment intéressant comme informations par ailleurs je voudrais avoir des informations sur les corsaires surtout
    Mami arnaute
    Mami rais
    Dali mami et autres
    Merci d’avance

    Reply
  2. Benramdane

    Baba Merzoug notre fierté , notre père protecteur , combien de fois tu a humilié nos ennemis eux qui s’apprêtait a violer nos terre , combien de fois tu nous a donné le signal de rompre le jeune durant le mois de ramadan , dit moi père quant ‘es tu reviendra parmi nous ? je sais que tu es triste de voir tes enfants maltraités par des gouvernants vils corrompus avide de pillage , humiliant leur sujets auprès de nos pire ennemis ( un espagnol baba merzoug ) y’a baba merzoug ont peut rien faire pour te rapatrier , nos mains et nos pieds sont liés , nos dirigeants ont vendu leur âmes aux mécréants mais le jours viendra ou ont te ramènera le jour ou ont arrachera notre honneur des mains des pourris ont t’attendra sur les terrasses de la casbah la casbah ta femme qui t’attend depuis presque 2 siècles
    .

    Reply
  3. On ne s'en lasse pas de lire !! Magnifique !

    On ne s’en lasse pas de ce site, j’espère que vous aurez l’appui du ministère de la culture, je vous remercie pour vous avoir tant consacré a réunir l’histoire de l’Algérie, quand au canon comme a dit DR Babaci qui sait ? peut-être qu’un de ses jours certains feront un tour du coté de Brest 😉

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *