.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Aux lendemains des événements du 17 octobre 1961, El Moudjahid publie un article virulent


octobreDans son numéro du 1er novembre 1961, El Moudjahid ouvre ses pages sur les terribles massacres perpétrés dans les rues de Paris, durant les journées du 17 et 18 octobre précédentes. A commencer par le texte d’une déclaration faite par Benyoucef Benkhedda, au nom du GPRA, lors d’un discours prononcé à Tunis le 24 du même mois. S’ensuit un long plaidoyer sur les violences que subissent les Algériens de l’immigration depuis le début de la guerre. Cet article que Babzman vous propose dans son intégralité, est intitulé « La politique du crime ». Il n’est pas signé, comme la quasi totalité des articles d’El Moudjahid de l’époque, mais nous pouvons supposer qu’il s’agit d’une grande figure qui prêtait sa plume à cet organe. L’article est accompagné de la photographie d’un Algérien torturé en France.

 

La politique du crime

Depuis le début de la guerre d’Algérie, les Algériens résidant en France n’ont pas échappé aux mesures répressives qui frappent sans discernement l’ensemble du peuple algérien. Les brimades, les vexations et les humiliations de toutes sortes ont été le lot quotidien de l’émigration algérienne. Les méthodes policières qui ont été sadiquement mises au point en Algérie dans les cillas Susini et autres officines des parachutistes, gagnaient peu à peu les locaux de la DST et les commissariats de police en France. Perquisitions, arrestations arbitraires, tortures deviennent chaque jour davantage les moyens de choix des autorités françaises dans leur tentative de briser la volonté irréductible de l’émigration algérienne dans sa lutte inflexible pour défendre ses droits à la liberté et à la dignité et pour la réalisation d’un des objectifs politiques sacrés du peuple algérien : l’indépendance nationale.

La violence et le droit

Des millions d’Algériens ont fait le dur apprentissage de la résistance dans les geôles  colonialistes de France. Nombre d’entre eux ont connu dans leur chair et dans leur âme les affres de la torture.

Depuis 1956, les familles algériennes entassées dans les bidonvilles de Nanterre et e Gennevilliers vivent dans un climat d’insécurité permanente à la merci des policiers et CRS qui organisent des ratissages périodiques avec une brutalité sans pareil.

Cette terreur policière est loin de venir à bout de la détermination de nos compatriotes en France. Elle n’a fait que renforcer  leur combativité au sein du Front de Libération Nationale qui s’est imposé comme creuset où sont venues se fondre les forces vives de toutes l’émigration algérienne.

Une lutte héroïque s’engagea alors sur le sol même de l’adversaire et les patriotes algériens ont apporté leur précieuse contribution au renforcement du combat libérateur.

Dans son désarroi, le gouvernement français développe son système répressif. Les prisons étant insuffisantes pour contenir les dizaines de milliers de militants arrêtés, il a fallu ouvrir de véritables camps de concentration en France même : Larzac, Thol, Mourmelon, Neuville-sur-Ain.

Parallèlement à ces mesures d’inspiration nazie, une vaste campagne d’intoxication est déclenchée au sein de la population française par le gouvernement français et ses émules ultra-colonialistes et fascistes.

Colonialisme et fascisme

Pour justifier une guerre d’extermination coloniale sans issue les gouvernements français successifs ont cultivé le mythe de la grandeur de l’Empire français et ont par là même favorisé le déferlement absurde des idées chauvines et racistes qui sont à l’origine du fascisme.

Cet état d’esprit qui s’est progressivement développé en France atteignait insidieusement certaines couches de la Gauche française elle-même dont elle a paralysé pendant longtemps les traditionnels réflexes de défense des valeurs fondamentales de démocratie et de liberté.

Les explosions racistes survenus dernièrement à Metz où les parachutistes sous l’œil complaisant de la population civile, se sont livrés à d’odieux lynchages donnent une idée de la situation dramatique des Algériens en France.

Par des mesures coécrives et arbitraires le gouvernement français a cru trouver les moyens susceptibles de masquer son refus de s’engager dans la voie d’une solution négociée de la guerre d’Algérie. C’est là la véritable solution capable de résoudre tous les problèmes y compris celui des Algériens de France.

Jusqu’à présent, le gouvernement français s’est acharné à noyer dans le sang la lutte juste d’un peuple pour sa libération. Au lieu de s’engager dans une décolonisation effective, le gouvernement français donne des dimensions gigantesques à la répression. Dans la logique belliqueuse, il a généralisé ses méthodes de génocide et les applique dans toute leur sauvagerie, en France même.

L’ère du racisme

Le gouvernement français en instaurant le 5 octobre 1961 couvre-feu pour les Algériens de la région parisienne a érigé en système de la discrimination raciale.

Par l’extrême gravité de ces décisions les autorités françaises ont ouvert la porte à tous les excès et ont donné la possibilité et les moyens légaux à tous les courants racistes et fascistes de donner libre cours à leur fureur haineuse et à faire le jeu de ceux qui veulent approfondir le fossé qui sépare Algériens et Français.

Refusant de s’incliner devant ces mesures scélérates et pour attirer l’attention de l’opinion public française et internationale, les Algériens ont décidé, sous l’égide du FLN de manifester pacifiquement, dans l’ordre et la discipline. Des dizaines de milliers de travailleurs, d’étudiants, de femmes et d’enfants algériens sont descendus dans les rues de Paris pour crier leur indignation contre les mesures d’exception à caractère racial qui les frappent.

Le vrai visage de la police et des forces de la répression est apparu dans toute sa hideur au service d’un système où le lynchage devient légal, la violence et la brutalité de règle.

Les événements qui viennent de se dérouler dans la région parisienne donne une image de ce qu’est la guerre d’Algérie et des exactions que subit quotidiennement le peuple algérien depuis sept longues années de guerre.

Ce déferlement de fureur aveugle contre des manifestants désarmés n’est-il pas le signe éclatant de la faillite totale du colonialisme et l’expression évidente des soubresauts de son agonie ?

Aux yeux du monde entier, ces tragiques événements illustrent une fois de plus le génocide perpétré par le colonialisme français contre le peuple algérien.

Alors que des perspectives de négociation commencent enfin à apparaître, les chances risquent d’être sérieusement compromises. Et c’est le gouvernement français qui portera la lourde responsabilité de tels agissements.

On a toujours affirmé que le colonialisme et ses méthodes sont les meilleurs fourniers du fascisme. L’expérience que vit actuellement la France en est la meilleure preuve. Au fur et à mesure que s’intensifient la guerre d’Algérie et la répression colonialiste, le fascisme s’implante de plus en plus solidement en France. Les institutions républicaines sont minées, les dernières libertés démocratiques menacées.

Certains Français conscients ont compris cette vérité essentielle. Malgré les débordements racistes d’une fraction de la population française, il s’est trouvé cependant des voix pour s’élever avec vigueur et protester  contre la politique du pire. Un grand nombre d’organisations démocratiques ont pris clairement position contre les violences policières et le racisme. Elles sont sorties du cadre habituel des protestations purement formelles pour entreprendre des actions concrètes afin de mettre un terme à ces mesures d’exception et à ce règne de terreur raciste.

Les manifestations organisées par l’UNEF, la déclaration des intellectuels français, les pétitions des ouvriers donnent un souffle nouveau à l’action anticolonialiste. Cette prise de conscience laisse espérer un engagement plus positif du peuple français pour faire prévaloir la seule solution susceptible de mettre fin à la guerre d’Algérie, celle d’une négociation immédiate avec le GPRA, car cette lutte sur la paix qui s’impose aujourd’hui plus impérieuse que jamais, sert non seulement les intérêts véritables des peuples algériens et français, mais elle est aussi le moyen le plus sûr de briser la marée fasciste qui déferle sur la France.

Quant au peuple algérien, convaincu de l’issue victorieuse de son combat, tout en réaffirmant son désir de parvenir à une solution juste et rapide, par al voie de la négociation, demeure farouchement résolu à poursuivre la lutte jusqu’à la liquidation totale du colonialisme.

In El Moudjahid N° 86, du 1er novembre 1961

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “Aux lendemains des événements du 17 octobre 1961, El Moudjahid publie un article virulent

  1. Soukehal Rabah

    Même aujourd’hui, Marine Le Pen nie tout massacre d’Algériens, le nombre de morts généré par cette répression féroce d’une marché pacifiste du 17 octobre 1961, relayé par un certain Alain Soral sur Youtube, il y a deux ans…
    Rien à faire, cette France-là n’avouera jamais ses crimes contre l’Algérie. Mauvaise foi et mensonges d’État.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *