.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Zouave


zouave13le terme désigne au XIX° siècle un « fantassin algérien, et plus précisément, kabyle de l’armée française (1830-1962) ». Le mot zouave serait issu du nom arabe zwava/zouaoua (zouaoui au singulier), attribué par Ibn Khaldoun, qui fut l’un des historiens et sociologues à l’origine de ce nom propre de langue arabe, visant à désigner ce groupement de tribus berbères et non arabe.

Selon certains c’est une déformation du  berbère Agawa, correspondant à la dénomination d’un massif au cœur de la région dite de « grande Kabylie » et dont le pluriel igawawen était le nom d’une ancienne et puissante confédération de huit tribus organisée en deux groupes. Cette thèse est réfutée par le professeur Salem Chaker, qui précise que le terme Zouaoua/Zouaoui utilisé par les arabophones ne doit pas être relié à agawa/igawawen mais plutôt à azwaw/izwawen qui serait issu d’un prénom kabyle et nom de clan répandu en Kabylie.

Zouaoua, a donné un mot française Zouave, servant à qualifier les premiers fantassins algériens, originaires de cette confédération. Les zouaves  fournissaient des soldats aux Turcs sous la régence d’Alger et, après  la prise d’Alger, Ils formèrent une armée régulière.

L’uniforme des zouaves, très élaboré, ne changera pratiquement pas de 1830 à 1962, au moins pour ce qui est de la tenue de tradition adoptée pour les cérémonies et prises d’armes après 1915.  De coupe algérienne, la tenue se compose d’une coiffe arabe  « chéchia », bonnet de feutre rouge, ou bleu après le second empire  agrémenté d’un gland à franges, et d’un turban de coton blanc roulé  autour de la chéchia. La « bedaïa », veste-boléro de forme algérienne, en drap bleu foncé est portée sur le « sédria », gilet algérien sans manche en drap bleu foncé à tresses garance.  Le pantalon arabe, le « sarouel » (dit aussi « saroual », « seroual » ou encore « serouel ») est d’une forme très ample et sans séparation d’entre-jambe. Une ceinture de laine bleu indigo vient s’enrouler à la jonction du bas du gilet et du haut du sarouel (cette ceinture est destinée à tenir les intestins au chaud pour lutter contre la dysenterie).

 

Mira. B.G

Sources :

  1. Ibn Khaldoun, Histoire des berbères
  2. Malha Benbrahim, professeur à l’Inalco, Documents sur Fadhma N’Soumeur (1830-1861)
  3. Les Africains, Historama
  4. illustration : photographie, zouaves au cours de la première guerre mondiale

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


2 thoughts on “Zouave

  1. lamine

    vous pouvais suivre jusq’a la fin vous routrouvez la liste complette des zwaves ya aucun nom amazigh kabyl ou arab tous des juifs.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *