.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Une ville, une histoire : Alger, dernière partie


el penon[…] Khair-Eddine, désormais gouverneur-général d’Alger (Beylerbeys), vint à bout de la forteresse espagnole (el penon) le 25 du mois de mai 1529 et avec les blocs de celle-ci, et d’autres ramenés de Rusgunae (cap Matifou), il ordonna ensuite de relier la base de l’édifice à la berge (2OO M ). Il créa ainsi un récif qui allait porter son nom, transformant un mouillage précaire en un embryon de port qui allait rendre Alger inexpugnable pendant trois  siècles . .

Du I6 au I9ème siècles, Alger sera administrée par une successions de Pacha, Deys, Aghas et ce  jusqu’au fameux « coup de  d’éventail’’ d’Avril 1827 provoqué par le Consul Deval, et qui devait servir de prétexte aux préparatifs de l ‘invasion française. Ces préparatifs furent « fomentés » déjà à l’époque de Napoléon 1er, par l’envoi de l’espion Boutin en 1808, chargé d’étudier et d’identifier le lieu le plus propice  pour un débarquement. Le travail réalisé par Boutin servira au Roi Charles X à la préparation de l’invasion du  I4 Juin I83O par Sidi Ferruch.,qui aboutira à la capitulation du dernier dey d’Alger Hussein le 5 juillet de la même année.

Aujourd’hui à Alger est une ville qu’on ne peut se lasser d’admirer et dont  l’aspect enchante l’imagination. Assise au bord de la mer sur le penchant d’une montagne, elle jouit de tous les avantages qui résultent de cette position exceptionnelle.

Capitale de l’Algérie  elle est située sur la côte nord de l’Afrique à quelques centaines de kilomètres de Marseille, Barcelone, Malte et Paris.Alger la blanche doit son surnom à son féerique aspect de neige baignée d’une lumière éblouissante que les poètes comparent à un immense burnous blanc qui plonge ses pans dans le bleu de la mer.plan d'alger

Son climat avait fait d’elle le paradis des hiverneurs anglais qui achetèrent et restaurèrent de belles demeures mauresques sur les coteaux de Mustapha situés sur les hauteurs d’Alger(19eme siècle). Avec ses environs si riants et si verts, la ville haute si pittoresque et ses nombreuses curiosités nous offre de superbes promenades très variées. .Alger était dans la Casbah depuis un siècle, la  Casbah est maintenant dans Alger

Il n’est pas un voyageur posant pour la première fois son pied sur cette terre d’Afrique qui ne demande à brûle pourpoint à ceux qui sont venus l’accueillir ‘’pourrai-je visiter la Casbah ?’’      

Cet envoûtant vestige, cette curiosité à découvrir, c’est Fromentin, Marmol, SaintSaens, Delacroix et autres    Montherlant qui l’ont rallumée. C’est aussi Julien Duvivier et Jean Gabin dans ‘’Pépé  le Moko’’ c’est aussi Léon l’Africain,Cervantes,le géographe El Idrissi,El Békri et les grands voyageurs tels qu’Ibn Batouta,Ibn El Hawkel et autres…

Alger c’est la face cachée de la Lune,un monde clos,l’univers secret dans lequel s’élaboraient les mystères non encore résolus du quotidien,de par ses contes et légendes fantastiques un labyrinthe au sein duquel on ne saurait s’y aventurer !…aurait-on dit.

Suivez nous et vous verrez !             

B.Babaci

Écrivain-chercheur en histoire

 

Images :

  1. El penon d’Alger
  2. La carte d’Alger (début 19ème) selon les plans de Boutin                                                                             

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


2 thoughts on “Une ville, une histoire : Alger, dernière partie

  1. el bahri el bari

    je tiens à exprimer mon respect et mon admiration à Mr BABACI sur les articles qui mettent en relief toutes les belles choses qui concernent cette ville ,Capitale de notre pays qui n’a cessé de nous émerveiller à travers l’histoire ,Reine et gardienne de notre mémoire collective. Notre curiosité et notre soif de connaitre les secrets qu’elle renferme sur tout les plans (social,culturel,religieux,historique…) nous laisse espérer votre continuité dans ce noble travail ,j’ai publié cet article sur la page « les amis d’Alger  » en ce qui concerne le nom d’Alger la blanche » un membre a fait cette remarque : « faux !!! Alger la blanche parce que il y avait une mine de chaux sur les hauteurs de bab el oued et tous les résidents d’Alger badigeonnaient avec la chaux leurs domiciles qui donnaient un éclat de blanc brillant a Alger………..et toutes les années a on refaisait la peinturez ».
    qu’est ce que vous en pensez et merci pour cet article

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *