.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

« Tislit n Anzar », le rituel de la pluie en Afrique du Nord- Suite et fin –


culteLa coexistence du culte païen d’Anzar au sein d’une société régit par le monothéisme dénote du fait que «La survivance de la foi ne concerne pas exclusivement le domaine de la religion ».

Les rites se travestissent et se drapent d’allégories. La nudité étant proscrite en Islam; la femme nue, mise en scène lors du rituel d’Anzar, fut remplacée par une poupée de chiffon ornée. Retour sur le rituel originel.

 

Tislit n Anzar, du mythe au rite

Lorsque la  sécheresse sévit  et la terre est aride le rite de « Tislit n Anzar » est célébré. Les femmes des villages visitent les foyers, chantant et psalmodiant les paroles suivantes : «Anzar ! Anzar ! Ô Roi, fais cesser la sécheresse, et que le blé mûrisse sur la montagne comme aussi dans la plaine. »

Une louche à la main (Taghnunja), Tilsit , l’élue et soumise, clame et prie « Ô Anzar, la louche est sèche, toute verdure a disparu. Le vieillard est voûté par les ans, la tombe l’appelle à elle. Mon ventre est stérile et ne connaît pas de progéniture. Ta fiancée t’implore, ô Anzar, car elle te désire. »

La procession serpente le village et s’accroît. Arrivées au lieu de culte, les femmes préparent un mets avec les denrées offertes lors du cortège. L’élue est ensuite mise à « nue », et aura pour seule vêtement : un  filet de forage qui symbolise la sécheresse et la stérilité d’une terre avide d’eau. Elle fera sept fois  le tour du sanctuaire, en s’adressant au « dieu »  : « Ô vous, Maîtres des eaux, donnez-nous de l’eau… J’offre ma vie à qui veut la prendre ».

Au même moment, les jeunes filles entament  le jeu de Zerzari; qui consiste à faire entrer une balle en liège dans un trou. Une éloquente allégorie assimilant la  sexualité à la fertilité  soulignant la dichotomie : semence /abondance.  

 Le rituel résiste aux temps et aux invasions, ainsi ,Gabriel  Camps rendit compte, dans un récit paru en 1989, d’observations et notes d’une recherche dans la région de  Tabelbala (Saoura), de la façon suivante :  « [ …] c’est un véritable vêtement qui est taillé et cousu autour de l’assemblage de bois, des parures diverses, colliers et bracelets confortant l’idée qu’il s’agit bien d’une cérémonie nuptiale. Le nom le plus répandue donné à cette poupée est celui de ghanja sous différentes formes (Taghonja, Tarenza ».Ce nom provient de tlaghnja,  qui signifie« la cuiller à pot » ou « la louche ».

D’autres manifestations similaires furent attestées dans la région pré-saharienne de Merzouga chez les Aït Khebbach Le rituel perdure également  timidement dans certains villages algériens  (Ait Frah à Larebâa n’Ath Yirathen).

La sauvegarde du panthéisme méditerranéen à travers la pratique du rituel constitue un substrat culturel prédominant, où les croyances  antéislamiques s’ajustent aux doxas d’aujourd’hui.

Leila  A.

 

Sources :

  1. Mohand Akli Haddadou ,Guide la culture berbère, ed. Talantikit  2010
  2. Benoît F. , « Survivances des civilisations méditerranéennes chez les Berbères. Le mystère de la “nuit de l’erreur” », Rev. anthrop.
  3. Genevois H., « Un rite d’obtention de la pluie. La “fiancée d’Anzar”
  4. Ali Si Smail, Ali Bouheraoua et Malek Abdesselam, « Caractérisation hydrodynamique des sols de la haute vallée de l’oued Sébaou (Algérie) : étude expérimentale, numérique et analytique », Physio-Géo, Volume 7 | -1, 261-283.
  5.  Anzar, mythe clandestin    Détails Écrit par Ameziane Kezzar & Mohand Lounaci /  https://marenostrumarcadia.wordpress.com/category/mythologies/mythes_kabyles/
  6. Camps et S. Chaker, « Anẓar », Encyclopédie berbère, 6 | Antilopes – Arzuges, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 795-798
  7.  Marie-Luce Gélard, « Une cuiller à pot pour demander la pluie », Journal des africanistes, 76-1 | 2006, 81-102.
  8. Image : Marie-Luce Gélard, « Une cuiller à pot pour demander la pluie », Journal des africanistes, 76-1 | 2006, 81-102.

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *