.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Soûsti سُوْستِي (haïek soûsti)


hLe terme désigne une pièce de satin avec laquelle on confectionne l’un des modèles de petits haïek, servant à couvrir la tête de la mariée lors de la nuit du henné. Le haouiyyak soûsti, est donc un pan d’étoffe court et de couleur bleue, fait d’une pièce de satin de laine légère, de ftoûle en soie, et de broderies fines.

Le mot Soûsti serait issu du mot arabe Zaytûni (qui se trouve à l’origine du mot français : satin) qui par glissement phonétique représente la ville chinoise du XIV e siècle, dont la dénomination médiévale est : Citong. Cette cité, qui porte aujourd’hui le nom de Quanzhöu et qui se situe sur les monts Qinguyan, dans la région Sud-est de la Chine, fut un comptoir et un port de commerce important sur la route de la soie. Il était bien connu par les arabes commerçants, importateurs et voyageurs. 

Le satin utilisé par les algériennes, est une étoffe de laine à rayures de couleur, et sert à la confection de leur toilette de mariée. De même, il était admis au siècle précédent, qu’un costume taillé dans le soûsti, pouvait  donner de l’élégance à l’homme.

Mira B.G

 

Sources: 

  1. Kaddour M’hamsadji, « El qaçba, zeman »
  2. Salah Guermiche, « Dictionnaire des mots français d’origine arabe ».
  3. Rachid Ben Cheneb,  » L’Argot des arabes d’Alger », revue Africaine, 1943

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *