.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Si la Grande-Poste nous était contée… Suite et fin


la posteGros sous et convoitise

Des années après l’indépendance, le monument est resté un pôle d’attraction incontournable dans la capitale. Durant les années 80, les autorités ont tenté de déplacer le centre de “gravité” d’Alger vers Riadh-El-Feth et le monument des Martyrs. La tentative a finalement échoué. L’explication est simple : la Grande-Poste est la plus importante recette postale d’Algérie. “Nous accueillons entre 8000 et 9000 personnes par jour. Durant l’année 2005, nous avons traité 375 796 chèques postaux et 38 700 mandats, et plus de 80 000 épargnants sont inscrits dans notre fichier”, indique fièrement Abderrahmane Moundji, receveur principal de la Grande-Poste. Notre interlocuteur évitera cependant d’annoncer son chiffre d’affaires. “C’est un secret que nous ne pouvons divulguer. Mais je peux vous dire que même un comptable expérimenté aurait du mal à lire ce chiffre!” Dans la série des records, la Grande-Poste a également été classée premier établissement africain par Western Union, leader mondial du transfert de devises.

Sur le plan financier, la Grande-Poste est une structure très rentable. Tellement rentable qu’elle a été convoitée par plusieurs opérateurs lors de la restructuration du secteur des Postes et des Télécommunications. Une convoitise qui a failli causer la perte de ce joyau. Un responsable du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication révèle : “En 2000, lors de l’entrée en vigueur de cette réforme, le ministère a procédé au partage du patrimoine. Le principe était simple: le bien devait revenir à l’entreprise qui occupe le plus d’espace. Donc si on applique ce principe, la Grande-Poste aurait dû être cédée à Algérie Télécom et non pas à Algérie Poste puisque l’opérateur téléphonique occupe beaucoup plus d’espace. Mais voilà, au niveau du ministère certains responsables savaient, du fait de son statut de société par actions, qu’Algérie Télécom serait appelée à être privatisée et donc rachetée par un opérateur étranger. En plus de tout le réseau téléphonique, ce dernier pourrait également avoir la Grande-Poste sur un plateau d’argent.

” Le monument est sauvé in extremis par les membres de cette commission qui ont rajouté une clause au document portant cession des biens immobiliers du secteur des PTT. “Cette clause précise que les édifices susceptibles d’être classés patrimoine national resteront la propriété exclusive de l’Etat algérien. Une solution a été trouvée dans le cas de la Grande-Poste, puisqu’un droit de jouissance a été accordé à Algérie Télécom et Algérie Poste”, explique ce responsable qui a souhaité garder l’anonymat. La bâtisse abrite actuellement les deux opérateurs ainsi que certains services administratifs du ministère de tutelle. Et cette situation est des plus préjudiciables car ce monument presque centenaire nécessite un entretien considérable. “

Un vaisseau dirigé par plusieurs raïs finit par couler”, dit un proverbe bien connu des marins. Pour preuve, il nous a été quasiment impossible de visiter certains endroits, notamment les sous-sols, les tunnels (l’un aboutirait au port) ainsi que les toits. Une telle visite nécessite de multiples autorisations difficiles à obtenir en période de congés. Ici, tout a été divisé, morcelé et compartimenté. Les bureaux, les étages et même les escaliers sont aujourd’hui propriété de tel ou tel opérateur. La Grande- Poste aurait pu se passer des caprices de l’administration, elle qui doit faire face aux agressions du temps. Les séismes qui ont frappé la capitale ces dernières années ont laissé des séquelles. La coupole et les murs de la salle principale sont fissurés. La situation est plus qu’urgente.

La Grande- Poste doit être classée patrimoine national. Sinon nos enfants ne pourront plus la contempler ni se donner rendez- vous sur ses marches de marbre couleur ambre. Alors la Grande-Poste ne sera qu’un vieux conte écrit par un vieux gouverneur français…

CLASSEMENT DU MONUMENT AU PATRIMOINE NATIONAL
Il suffit de demander !

Contrairement à ce que l’on croit, la Grande-Poste n’est pas un monument classé patrimoine national. La cause de cet impair est des plus surprenantes. “Ce bien n’est toujours pas classé pour la simple raison que personne n’en a fait la demande”, explique Mme Cherchalli, sous-directrice de la conservation et de la restauration du patrimoine culturel au ministère de la Culture. Selon elle, “la demande peut être introduite par un citoyen, une association, une entreprise ou encore une institution”. Dans ce cas, il est étonnant que le ministère de la Culture ne se soit pas autosaisi puisqu’il en a la possibilité. Cela est valable pour le département des Postes et des Télécommunications qui semble bien incapable de restaurer et d’entretenir cette bâtisse. Reste qu’une telle opération nécessite d’importants moyens financiers et un savoir en matière de restauration que, malheureusement, aucune entreprise algérienne ne maîtrise actuellement.

Les PTT durant les premières années de l’occupation française

Au début de la colonisation de l’Algérie, le service postal était assuré par l’institution militaire. Le courrier traversait la Méditerranée à bord des navires de guerre puis était acheminé à travers le territoire par un réseau de navettes postales. La tutelle de l’armée sur la Poste prendra fin en 1960, elle sera alors confiée au Gouvernement général de l’Algérie. Les PTT, Poste, Télégraphes et Téléphones, deviendront une administration indépendante en 1896. Le réseau postal se développe très vite. Le nombre de bureaux de poste atteint les 683 dans les années 20 et près de 89 millions de correspondances seront traitées durant l’année 1926.

Le service des chèques postaux est entré en fonction en 1921, de 2152 comptes à ses débuts ce réseau dépasse les 13000 comptes en l’espace de 7 ans. Le télégraphe a fait son apparition à Alger en 1842. Durant les premières années, ce moyen de communication était utilisé exclusivement par les militaires. Son emploi s’est par la suite démocratisé. En 1854, le réseau télégraphique dépasse les 1500 kilomètres. L’administration coloniale investit également dans le développement du téléphone. Le service téléphonique a d’abord été concédé en 1882 à une compagnie privée, la Société générale des téléphones, qui a installé et exploité pendant sept ans les réseaux d’Oran et d’Alger. En 1889, ce réseau est pris en charge par l’administration des PTT. D’une longueur de 469 kilomètres en 1900, ce réseau atteint 22 600 kilomètres en 1928.

Tarik Hafid

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *