.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Rimitti chante la Révolution


cheikha-rimitti-188587_preview

De sa vie, nous ne savons que peu de choses, hormis un sobriquet trivial, une notoriété  internationale, et des chansons audacieuses  : complaintes sulfureuses d’un érotisme défiant l’ordre moral, et le politiquement correct. Elle incarnait une « société subalterne », dénigrée par l’Algérie post– indépendante du FLN Pourtant, Rimitti a soutenu et a chanté la révolution, à l’heure où le pays suintait le sang et la poudre.  

 

 

 

Un parcours atypique   

Rimitti, de son vrai nom  Saâdia Bedief est  native de Tessala, une localité prés de Sidi Bel-Abbés (Oranie. Elle a vu le jour en 1923, et a grandi orpheline. Ballotée par une troupe de musiciens nomades, elle vit aux rythmes  de la gaçba* et  du gallal*  avant de se lancer dans une carrière aux cotés de son compère Sheick Mohamed Ouled Ennems, et de s’imposer dès les années 40’  comme la digne héritière des medahhates du bédoui  el wahrani (ancêtre du raï  traditionnel, un genre  musical prisé en Oranie). On l’a affublé du surnom de Rimitti, suite à sa tendance à aborder les serveurs avec un air fantasque, vociférant  «  rimitti, rimitti », pour dire remettez une autre tournée. 

Après l’Indépendance, le raï est banni des canaux officiels. Jugés subversifs, les musiciens du raï sont interdits d’antenne. Dès lors, Rimitti quitte l’Algérie et s’installe à Paris en 1978. Elle y connut  une carrière internationale, et un succès fulgurant. C’est depuis la France que ce genre musical, prospère et rayonne pour  être enfin réhabilité en Algérie quelques années plus tard.  

« D’une liberté inégalable, aucune artiste actuelle n’a le charisme de cette dame. Elle a fait face aux problèmes sociaux, des traditions et coutumes de l’époque. Durant la colonisation, elle était autant adulée par les algériens que par les soldats de la Légion Etrangère, de la Rue Rouvert  à Sidi Bel Abbés», nous confie, le musicien Sofiane Saidi, natif lui aussi de la ville. 

 

Oued Chouly, une bataille, un chant patriotique 

Durant la Guerre de Libération, Rimitti a chanté la Révolution,  avec des chants  patriotiques comme « Naourya el ghaba w’ dergui el moudjahidines » (Luit forêt et cache les moudjahidines) ou encore Oued Chouly, un  chant qui rend  un vibrant hommage au Raïs Benallel, tombé au champ de la Bataille de Oued Chouly, en décembre 1956 (actuellement Oued Lakhdar, commune de Tlemcen).

Le chant Oued Chouly est issu de la tradition orale  féminine de l’Oranie, dont la plus populaire manifestation artistique est la danse  el-çaff. Une danse des régions rurales comme Sebdou, Ath Senouss, Mascara  et Sidi Bel Abbés. Elle s’exécute  avec des allures frénétiques, en deux rangs faisant face, et dont les thèmes varient selon les contextes. Durant la Guerre de Libération, el – çaff  versa dans un registre patriotique où les femmes, les sœurs et  les mères des moudjahidines et martyrs célébrèrent la bravoure de leurs patriotes.  

Devenu célèbre grâce à Rimitti, le chant de Oued Chouly  est repris après l’indépendance par une pléiade de chanteurs raï tels que, Belkacem Boutelja, El Arbi el wazani et Djilali Amarna de Raina Raii mais aussi par des musiciens d’autres horizons artistiques comme Watcha Clan et récemment, les Jaristes. Beaucoup reconnaissent en elle, la mère du raï moderne. « Elle était la mère du genre qui a rendu célèbre l’Algérie, l’Algérie de Tessala, l’Algérie de Relizane et l’Algérie du mépris, de la censure et de l’éloignement forcé de la sève de ce pays. Elle était la matriarche du raï. L’incomparable diva. » souligne  le dramaturge Bouziane Benachour.   

Leila Assas  

 

Bibliographie : 

  1. Tayeb Belghiche (edito de El Watan du 17 mai 2006)- CHEIKHA REMITI (http://www.elwatan.com/2006-05-17/2006-05-17-42726)
  2. Sabah MESOUANE,  Musiques et danses traditionnelles du patrimoine algérien ( Ouvrage collectif )Sous la Direction de Mme la Professeur Maya Saïdani Directeur de recherches  au CNRPAH Edition 2013, P.30-41
  3. http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2006/05/16/cheikha-rimitti-chanteuse-algerienne_772344_3382.html#75dU8M64RGgS1Aor.99 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *