.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Ouda, ou l’éloge de la douce folie


ouda« L’expérience fait voir aussi que toujours un fou se moque de l’autre, et que tous les deux se divertissent réciproquement : souvent même, c’est le plus fou qui rit de meilleur coeur du moins fou ». 

la figure du fou : el mehboul/ hbilou,  ou encore celle de l’idiot du village, est intrinsèquement liée à l’environnement et, à la conceptualisation des figures sociales, et souvent à la place accordée aux contes et légendes locales, parmi lesquels citons les histoires  mythiques de Djhoha mi fou mi sage, et  dont les récits divertissent et enseignent .

Je vais vous conter ce soir l’histoire d’Ouda, de son vrai nom Massouda, une marginale vivant dans un lieu, où le despotisme du nombre  sévit  la plaçant sans équivoque aux antipodes de la norme. La première fois que je la rencontre, elle apparaît à moi au comble du risible,  telle une figure mystique d’un conte pour enfant.

Pourquoi est –elle ainsi? Comment en est-elle arrivée là?

Elle se balade nuit et jour, va et vient à sa guise, ne se gêne pas pour ôter son voile pour rire, crier, vociférer… Le quotidien d’Ouda, est ponctué  de longues siestes et de magnifiques mélopées…

Ce matin, elle affichait une mine boudeuse, j’essaye de l’aborder, elle reste de marbre, très versatile et capricieuse à un point déroutant et voilà qu’elle pouffe de rire et se met à me raconter une anecdote.

Ouda attire la sympathie de gens du Ksar, rarement les moqueries, jamais  les outrages, « elle est rigolote », m’affirme l’un , et l’autre ajoute  « j’ai grandi, fondé une famille, et Ouda reste  un être immuable » une légende du cartier…

Il est assez fréquent de la voir « traîner » non loin de l’école primaire, « l’unique institution »du ksar, surtout à l’heure de déjeuner, au moment de servir les repas, les employés qui assure le service à la cantine l’inclue systématiquement. Ainsi notre école compte 78 élèves et une Ouda ! Ne dit-on pas que le charme des enfants provient de la folie « qui leur épargne la raison, et même coup le soucis? » Erasme

Sa dernière frasque excentrique, est une tentative d’évasion  spectaculaire, digne des grands « Evadés ». Elle aurait  creusé un passage, à l’aide d’une cuillère, une tâche assez réalisable puisque qu’elle habite une maison en terre et argile. Evidement, nous tous avons tous trouvé cette naïve entreprise amusante, à l’exception de son pauvre mari…

Ouda  est plus que tolérée dans le ksar, elle est adorée, et demeure cette légende vivante, véhiculée expressément par les adultes pour  faire peur aux vilains enfants. Il existe ainsi un consensus tacite entre  elle est  autrui, un consensus entre le nous, et elle, et qui pourrait se réaliser dans un autre contexte sociale… De tous les êtres qu’il m’ait été donné de croiser, Ouda me semble, de loin, la plus libre …

 

Leila A

 

Citation : Eloge de la folie  – Erasme

Nadir Maarouf : La mise en espace de la folie .

 

 

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “Ouda, ou l’éloge de la douce folie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *