.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

L’opulence chez les tribus sahélo-sahariennes – La pratique du gavage – Suite et fin


gaverLa pratique du gavage chez les tribus sahélo-sahariennes fut observée depuis des siècles par les explorateurs.

Au XIe siècle, l’historien et géographe andalous Al Bakri  établit une liste des critères des femmes, les plus appréciées de Awdaghost, une ville berbère du  sud-est de la Mauritanie (région de Hodh El Gharbi), et cite ainsi : «  les jeunes filles au  teint clair, aux épaules larges, à la croupe abondante, au sexe étroit… ». Les kel tamasheq également concernés par cette  représentation de la beauté, privilégient aussi l’embonpoint des femmes.

L’opulence, du canon de beauté à l’indice de richesse.

Le gavage est une pratique codifiée qui  concerne les filles prépubères, cet engraissement est alors devenu un des diktats de la beauté, mais également et surtout, un mode de préparation des jeunes filles, à un  mariage prospère. La future épousée devient par ce processus une dot en soi, car du foyer paternel au foyer marital, elle incarnera et  véhiculera à travers ce surplus de poids  les privilèges des riches oisives, c’est-à-dire : l’abondance du cheptel de chamelles laitières, et la multitudes des servantes, qui  témoigneront de la fortune et de l’opulence de sa  tribu. « C’est probablement là, une question de vanité plus que d’esthétique »!

Le gavage est appelé « adaney » qui signifie : entonner, remplir, chez  les kel tamasheq; ou encore « ġabb »  en hassaniya  (dialecte arabe des maures et réguibets de Mauritanie, du Saraha Occidentale et de l’extrême sud-ouest de l’Algérie). Dans cette même région, l’allure de la femme grasse, dite « Tmayih, » (toujours en hassaniya), est caractérisée par une démarche lente et nonchalante, laquelle fut vantée par les plus illustres poètes : « Elles avancent à petits pas glissés, en se balançant lentement par un roulement régulier des hanches et de la croupe ».

L’engraissement est confié à une nourrice, elle use d’une écuelle spéciale en bois, (aγalla, plur. iγallen); laquelle munit d’un bec, contraint la future mariée à avaler jusqu’à douze litres de lait par jour : « breuvage sacré, assimilé au féminin et à la générosité de la nature ». Son alimentation quotidienne n’est pas en reste, puisqu’elle se compose aussi de sorgho et de mil. La « panse » ayant été habituée à de grosses quantités de liquide, les filles se voient frappées d’accoutumance. Une fois adultes, leur gavage sera composé de  boulettes de viandes et de bouillie de blé.

Cette pratique séculaire n’est pas sans conséquences pour la santé des femmes. Les pathologies liées à cette tradition sont souvent mortelles : troubles digestifs, diabète, problèmes cardio-vasculaires, et hypertension. La vie  de ces jeunes femmes se trouvent ainsi en péril. Elles sont victimes de « vieillisse précoce, ou encore meurent en couches« , explique Kadidia Aoudou Sidibé, présidente de l’Association malienne pour le suivi et l’orientation des pratiques traditionnelles (AMSOPT).

Suite aux changements, et aux mutations politiques, et socioculturelles du territoire Sahélo-saharien, le gavage traditionnel (sous ses formes anciennes) tend à disparaître; mais il persiste dans certaines régions, où il continue de sévir tel un atavisme tenace.

En Algérie, il est  drapé d’un voile de mystère. J’ai cependant pu observer à Adrar, lors des cérémonies de Jaguar (fête dansante) une idolâtrie éloquente, et un goût prononcé pour les femmes grasses. Celles-ci vont jusqu’à avaler des médicaments d’origine non contrôlée, ou destinés aux animaux. Elles aspirent ainsi, à incarner  un canon de beauté entretenu depuis des siècles, et ressembler aux femmes dont la « beauté » fut louée par Léon l’Africain en ces termes : « Elles sont  charnues, elles ont la croupe rebondie et grasse, les seins à l’avenant »…!

Leila A.

Sources  :

  1. Foucauld (Père Ch. de), « Dictionnaire Touareg-Français, Dialecte de l’Ahaggar », Paris, Imprimerie Nationale, 1951-52, 4 vol. , 2 024 p.
  2. Bernus E., « Touaregs nigériens« . Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Paris, Mémoire ORSTOM n° 97, 1981, 506 p., seconde édition, Paris, L’Harmattan, 1993.
  3. Nicolas F, « Folklore touareg« , Paris, Librairie Larose, Bull. de l’IFAN, t. VI, 1944, 463 p.
  4. Nicolas F, « Tamesna. Les Ioullemmeden de l’Est ou Touâreg kel Dinnik« ; Paris, Imprimerie Nationale, 1950, 279
  5. Véronique Truchot, « Réflexions autour du Gavage  dans  la  Société Mauritanienne » – Le cas du milieu arabe-
  6. Article –Forum des communicateurs traditionnels d’Afrique de l’Ouest sur les violences faites aux femmes au nom de la tradition, qui s’est déroulé à Ouagadougou (Burkina Faso) du 27 septembre au 3 octobre derniers
  7. Helene Claudot-Hawad.  » Plus belle qu’une troupe de faons… « . L’imaginaire de la beauté chez les Touareg. Studi Maghrebini, 2011
  8. Photographie : Bernus E., « Touaregs nigériens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *