.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

L’Machtâa, l’accompagnatrice des futures épousées, par B. Babaci


machtaIntroduction

Depuis des décennies, existait une profession propre à l’Algérois, forte appréciée et unique en son genre touchant le domaine matrimoniale. C’est le métier de ‘’ Machta ‘’, cette femme jouait un rôle incontournable concernant les mariages.

Extrêmement appréciée pour son rôle d’esthéticienne, et son influence par ses connaissances des us et coutumes d’Alger de l’époque, ses conseils fort avisés à toutes familles qui entamait des liens pour un éventuel mariage, son travail différait de la Teyaba du Hammam, qui elle ne faisait que l’intermédiaire entre les familles qui recherchait à marier une fille ou un garçon.

La Machta elle, les gens avaient besoin d’abord de ses conseils avisés et ensuite pour permettre à la mariée d’être présentable le jour J. Elle conseillait judicieusement dans sa nouvelle vie la jeune mariée, car elle n’était pas seulement Esthéticienne, mais à la fois Conseillère, Habilleuse, Confidente,  une sorte de marraine en quelque sorte.

Bien connue pour sa discrétion, sa compétence et ses connaissances touchant pratiquement n’importe quel domaine, que cela soit le savoir-faire, le savoir-vivre, l’esthétique en général, l’art de s’habiller, de se maquiller et de se coiffer (des nouvelles mariées).

 La jeune mariée est prise en charge par la Machta dès sa demande en mariage. Son travail est fort apprécié par les deux futures familles, car généralement à tour de rôle et suivant leurs besoins, avaient fait appel à elle. Il faut savoir que la famille du marié ne faisait appel à elle qu’à titre de conseillère pour l’élaboration du trousseau et de la dot.

Connaissant assez intimement presque tous les habitants de la Casbah et ses alentours, elle savait écouter et avait des connaissances assez particulières de l’être humain, car en faisant ce métier et à force de contact avec tant de famille, elle avait finit par avoir ses entrées partout, des plus aisées au plus démunies.

Elle avait toujours le don de mettre à l’aise tout son monde, et les gens savaient qu’elle aimait ce qu’elle faisait, et qu’elle le faisait de bon cœur. Fort estimé pour sa probité et sa compétence, elle ne fut jamais mêlé à des intrigues ou à des cancans, son travail elle le faisait en toute conscience car les familles qui la sollicitaient et faisaient appel à sa compétence, sont plutôt aisés, et recherchent la discrétion.

… La suite au prochain rendez-vous

B. Babaci

Écrivain-chercheur en histoire

Image

  1. peinture de la préparation du jeune mariée Algéroise, par P.M Beyle

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *