.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

L’histoire légendaire de Fatima El M’aakra, « la belle endormie ».


cimoLes allées et venues incessantes Zahira la voisine, ont mis la puce à l’oreille de Fatima. Soucieuse de venir en aide à la jeune femme enceinte, elle demanda à sa sœur, de partager avec elle leur repart, ce que Saliha lui refusa…

Et c’est alors que Fatima, lui proposa un incroyable marché : Une part de M’taouem pour Zahra en échange de sa part de la douéra.(la maison).

Saliha crut d’abord à une simple bravade. Fatima, consciente que par cet engagement elle perdait son toit, mais son regard n’avait jamais été aussi déterminé. Sa sœur profita de l’aubaine et accepta le marché, trouvant là une occasion en or pour se débarrasser de celle qui était à ses yeux, par ses coupables activités, source de honte.

Fatima remplit largement un grand plat du met tant convoité et le porta à sa voisine. Cette dernière qui ne s’y attendait point trembla de bonheur et tout en mangeant, elle prononça à l’intention de celle qui venait de lui combler son envie, cette prière : « Tu as comblé mon envie, que Dieu te le rende au centuple. Puisse t- il t’intégrer au rang des Moum’nines ». La jeune fille répondit par un sourire s’en alla passer sa dernière nuit sous le toit de sa douéra qui  désormais ne lui appartenait plus.

***************************************

 Le lendemain, Zenkat Ben Fares était silencieuse. Les voisines du quartier ayant pris l’habitude d’entendre, dès les premières lueurs du jours les rires et les chants de Fatima La M’aakra, la Fardée, fuser de la terrasse. Gaie comme un pinson, elle hélait et taquinait ses voisines avec un tel entrain qu’elles les faisaient sortir un peu de leur grande réserve et rire de bon cœur avec elle.

Son Absence en cette matinée ensoleillée de la casbah était si inaccoutumée, qu’elles finirent par s’inquiéter .Elles allèrent aux nouvelles. Saliha leur répondit que sa sœur était dans petite chambre et qu’elle dormait certainement; non satisfaites les voisines accompagnées de Saliha se dirigèrent vers la porte de Fatima.

Quel ne fut  leur étonnement, lorsqu’elles virent couler sur le seuil de la porte , une eau abondante, limpide et toute parfumée de jasmin. N’ayant connaissance d’aucune fontaine, d’aucune source qui se trouverait dans la chambre de Fatima, les voisines étaient perplexes. Elles appelèrent Fatima et tambourinèrent longtemps à sa porte mais nul ne vint ouvrir. Elles essayèrent de la forcer, en vain. Elles firent venir des hommes à la rescousse, sans plus de succès. La porte demeurait hermétiquement close.

Au bout d’un moment, l’eau s’arrêta de couler et la porte s’entrouvrit d’elle même, comme par enchantement. Les femmes se ruèrent à l’intérieur de la ghorfa et restèrent bouche bée devant le spectacle sans pareil qui s’offrait à elles : Au milieu de la pièce trônait un catafalque couvert de toute sorte de fleurs et entouré de cierges allumés. Le corps de la M’aakra reposait là et son visage portait encore, l’expression d’un intense bonheur.

Les témoins de cet extraordinaire événement, furent saisis d’un sentiment mêlé d’effroi et de recueillement. Nul doute qu’ils venaient d’assister à un miracle. Des êtres merveilleux, des anges de toute évidence avaient procédé à la toilette mortuaire de la belle Fatima, morte dans des conditions étranges.

Au bout d’un moment on fit venir un Imam dans l’espoir de trouver chez lui une explication, mais l’imam qui connaissait la réputation de la défunte, ne trouva rien d’autre à dire en répétant : « Subhan Allah El Adhim ! Subhan Allah El Adhim ! », « Gloire à Dieu le tout puissant !  Gloire à Dieu le tout puissant ! » Et prononça aussitôt à la prière. Mais au moment ou les hommes se  joignirent pour porter Fatima El M’aakra afin de l’enterrer au cimetière D’El Kettar, le catafalque resta comme cloué au sol refusant de céder.

On se tourna vers Saliha  qui resta pétrifiée, et raconta à l’imam les événement de la veille et comment Fatima avait en toute simplicité troqué sa part de la douera contre une part de M’taouem pour leur voisine Zahra qui était prise d’envie. On sut également quel vœu avait fait cette dernière, en guise de reconnaissance pour le geste généreux  et bienveillant de Fatima.

La jeune fille qui avait donc cédé son toit dans un élan de générosité, n’en sortirait plus, même après sa mort. telle était la volonté de Dieu, reconnu l’Imam. Fatima, ne quittera donc pas sa chambre et devra y être enterrée sur place. C’était là  une preuve éblouissante que cette dernière était reconnue par le seigneur et accueillie parmis les anges du paradis.

Saliha, quant à elle sentant s’abattre sur elles les foudres de dieu , prépara une énorme Gassa’a (plat en bois rempli de couscous pour les pauvres en guise d’offrande et pria jour et nuit se repentant et en implorant le pardon pour sa cupidité.

Si un jour, il vous prend l’envie de vous promener dans les ruelles de la Casbah, n’oubliez pas  de demander qu’on vous mène vers Zenkat Ben fares. Si votre guide est trop jeune, il ne reconnaîtra pas ce nom, alors demandez lui de vous indiquer l’ex rue du Canton ou encore la rue Malika Ben Aissa, c’est le nom qu’elle porte aujourd’hui et lorsque vous y serez demandez la douera de Fatima El M’aakra, vous pouvez être sûr que nul , qu’il soit jeune ou vieux ne trouvera de difficulté a vous l’indiquer. Une fois là- bas, frappez à la porte et demandez aux actuels occupants de la maison de vous autoriser a vous recueillir dans la chambre de la « sainte » jeune fille, et vous verrez là, au milieu de la pièce les traces encore visibles des pieds du catafalque d’El M’aakra ! Recueillez vous alors avec ferveur et souvenez vous que la générosité est aimée du bon Dieu.

 

Retrouvez les parties I et II  sur Babzman : http://www.babzman.com/2014/lhistoire-legendaire-de-fatima-el-maakra/ (partie I)

http://www.babzman.com/2014/lhistoire-legendaire-de-fatima-el-maakra-partie-ii-le-mets-de-la-discorde/  (partie II)

Illustration :  Frederick Arthur Bridgman (1847-, femmes au cimetière, Alger

B. Babaci

Écrivain-chercheur en histoire

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


4 thoughts on “L’histoire légendaire de Fatima El M’aakra, « la belle endormie ».

  1. MuslimNuts

    Salam aleykom !

    J’aime beaucoup votre site internet ! Vous faites vraiment un bon travail machaallah ! L’Algérie a une riche histoire qu’on ne connait pas ou très mal, malheureusement… J’en profite rapidement juste pour soulever un point dans le texte. ^^ En Islam, nul besoin d’un quelconque saint pour se recueillir envers Allah. Et aller se recueillir sur la tombe dans un objectif d’intermédiaire entre nous et Allah, c’est de l’association. Ce serait bête de faire un aussi grand pêché. :) Maintenant, il est clair que cela ne nous empêche pas d’aller visiter le lieu par curiosité culturelle mais faut vraiment que nos intentions soient claires à ce niveau là. Les tombes des défunts, qu’Allah leur fasse miséricorde, ne sont pas des endroits sacrés…

    Enfin soit, qu’Allah nous compte tous parmi les sincères qui ne recherchent que Sa Noble Face ! Et barakallahou fikoum pour votre site, vraiment !

    MuslimNuts. ^^

    Reply
  2. Samia

    Merci pour ce très joli conte,que je ne connaissais qu’en petit résumé. Une histoire que je me ferai plaisir à raconter aux enfants,pour leur apprendre ce qu’est la générosité et l’altruisme.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *