.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Les trois dames de la Kasbah, de Pierre Loti – récit ethnographique ou fantasmagorie orientale 


trois dames« Il était une fois trois dames qui demeuraient à Alger, dans la Kasbah. Et ces trois dames s’appelaient Kadidja, Fatmah et Fizah. » Les trois dames de la Kasbah, Commence de la sorte, un conte, un récit de voyage dans la pure tradition colonialiste de la fin du XIX, coincé entre le récit ethnographique et la fantasmagorie orientale.  

La nouvelle réédition  de 2001 est illustrée par une série de photos d’hommes et de femmes algériens du début du siècle dernier, puisées dans le fond photographique du collectionneur Mohamed Sadek Messikh qui signe également la préface : « [  ] Alger offrait encore l’image d’un Orient » Dixit –il. La redondante assimilation  d’Alger et sa Kasbah  cosmopolite à l’Orient semble perdurer, résultante d’un ancrage idéologique colonialiste. 

Des odalisques et des tribulations  

Ecrit  en 1882 par Pierre Loti, sous le titre original « Fleurs d’ennui »  et sous-titré «conte oriental ». L’auteur met en scène trois dames lascives, au cœur d’une tumultueuse affaire de mœurs qui les lient à  des matelots basques et bretons. Le conte semble être inspiré par trois femmes que l’auteur rencontre. La plume y est fluide mais sans grande ambition stylistique. Le réel s’enchevêtre au  fictif et l’intrigue n’est pas au rendez vous.  

Un soir d’été, Kadidja, mère veuve et ses deux filles Fatmah et Fizah s’adonnent à la prostitution, et convient des matelots à partager leurs couches. Les trois dames apparaissent irréelles « Dans cette pénombre bleue, elles semblaient des êtres chimériques, des prêtresses accroupies dans un temple, des courtisanes sacrées dans le sanctuaire de Baal ». C’est ainsi que le corpus se poursuit, ponctué de longs passages descriptifs  de l’apparat, des lieux, des sons et des parfums mais également de la population cosmopolite de la Casbah, habitée par des maltais, juifs, maures et arabes. Apres une nuit d’errance et de volupté, ponctuée de rythmes saccadés, les six matelots quittent les prostituées porteuses d’une maladie incurable, « contagion arabe » selon l’auteur. 

Christine Peltre dresse un parallélisme entre Les Mille et Une Nuits  et les Trois Dames de la Kasbah, pour souligner l’aspect pittoresque que suscite ce récit et ajoute en ce sens, que l’œuvre de Loti se juxtapose aisément à l’imaginaire véhiculé par d’Eugene Delacroix à travers  la figure de l’odalisque qui se languit.      

L’auteur et son époque  

L’auteur pérégrine au nom d’un idéal colonial. Il séjourne en  Turquie, à Tahiti, au Japon, et en Algérie. Poussé par une curiosité ethnographique, il livre ses observations et impressions, mais quelle valeur  scientifique peut-on accorder à ces carnets de voyages ? Peut-on  formuler avec exactitudes des hypothèses  généralisées ?   

A ce propos, Alain Quella- Villéger, dans une interview accordée à Leila Sebba répond en ces termes  « Il ne décrit pas comme un ethnologue, il ne donne pas ou peu de noms de lieux […] Les trois dames de la Kasbah m’a paru assez conventionnel, dans une imagerie exotique propre l’époque. » Elle  souligne ainsi  « l’orientalisme de pacotille » de Loti,  tout en évoquant  l’anticolonialiste  et l’humaniste qu’il était . 

Considérer à titre posthume et faire perdurer l’idée qu’un officier gradé d’un empire colonial puisse être humaniste nous renvoie à  une lecture, axée sur la légitimité présumée du discours colonial, sa mission civilisatrice et la supériorité occidentale.  

Un siècle après l’expédition de Bonaparte en Egypte (1798), qui a donné naissance à ce « climat » du mouvement orientaliste; l’écrivain, académicien, voyageur est avant tout un officier de Marine, Pierre Loti demeure, à l’image des auteurs orientalistes de l’époque tels que Théodore Chassériau, Léon Belly et Eugène Fromentin, ancré dans une imagerie « exotique » façonnée de préjugés jusqu’à confondre des termes tels que mauresque, arabe et oriental. L’air géographique  de l’orientalisme  souvent confondue à l’extension de l’empire Ottoman alimente la confusion des spécificités entre les peuples, voire leurs négations. 

Repris dans un contexte contemporain la qualification de « l’humaniste » que fut Pierre Loti gène. «Exotisme » et «  orientalisme »  sont autant de termes dépassés, que des vecteurs d’une vision du monde de l’occident par les occidentaux ou le «  reste », l’ailleurs devient un monde à part. Un  monde à conquérir. Un monde à apprivoiser. Un monde à civiliser.  

 

Leila Assas  

 

Bibliographie : 

  1.  « Alain Quella-Villéger, Les Carnets de l’exotisme 
  2. Marie LISE FOURCINE MADEC*, Musset et Loti Influence et convergence 
  3. Poétique Université Azad Islamique, Unité des Sciences et de la Recherche de Téhéran, 1ère année, n° 4, Hiver 2014 
  4. Claire Lingenheim, Les orientalismes,  Lycée des Pontonniers strasbourg   terminale l | option histoire des arts.  
  5. Pierre Loti, Les trois dames de la Kasbah, Ed, Rais 2001 Musé de la Vie romantique – 2006 -exposition Pierre Loti Fantmes d’Orient, commissaires invités Solange Thierry et Jérôme Godeau 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *