.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Les Gétules, les ancêtres des Zénètes


44377812_491674598019368_6447331165014589440_nLes Gétules font partie de la grande famille des berbères, qui forment avec les Numides, Maures et Garamantes un ensemble, à qui l’on attribue les premiers peuplements de l’Afrique du nord.

Le terme Gétule renvoie tantôt un une peuplade, tantôt à un mode de vie les distinguant des libyens* du nord selon Hérodote. Il demeure imprécis, et ses dires, sujets à controverses. 

 Les Gétules entrent dans l’histoire  

Les Gétules sont mentionnés pour la première fois dans les chroniques puniques par l’historien de la Rome antique, Tite-Live. Enrôlés dans l’armée d’Hannibal durant la Seconde Guerre punique (IIIe siècle Av J- C), ils sont décrits comme de redoutables guerriers. Durant la période romaine, ils sont signalés en Mauritanie Tingitane (Maroc), en Numidie (nord de l’Algérie) et au sud de la Berbèrie occidentale (Lybie). Ils sont tantôt perçus comme étant une confédération à part entière, tantôt assimilés aux Garamantes, une autre confédération berbère, avec qui, ils partagent des traits communs, à savoir, le nomadisme au-delà des Limes romains.  

« [  ]Ces cavaliers Gétules, pasteurs et nomades, héritiers des éleveurs de bovins du Néolithique final et prédécesseurs des chameliers, ces cavaliers nomades avaient déjà appris à remonter tous les étés vers les pâturages septentrionaux. » Explique le spécialiste de la protohistoire berbère, Gabriel Camps, qui s’oppose à la représentation binaire : nomades et sédentaires et met en exergue les prouesses de ces bâtisseurs de fortifications, de sites funéraires et d’autels. Pline ancien en énumère trois familles : dariens (en référence à Draa), baninures et autololes .  Un important métissage avec des populations du Sahara méridional, au-delà des limites du Haut Atlas, l’Atlas saharien et les Aurès vers l’actuel Niger et le Mali,  donna naissance aux mélano-gétules, appelé également les  éthiopiens ou Aethtopes, terme fréquemment employé par les historiens romaines de l’antiquité pour désigner les populations du  sud de la Numidie, voisin des Mazices ( imazighen). Les deux sont repartis en fonction de l’élément anthropologique, dit mélano,  c’est-à-dire basé sur la couleur de peau.  

Rappelons que le terme « éthiopien » ne désignait pas uniquement les habitants de l’Abyssinie (Éthiopie) mais littéralement « ceux aux visages brulés »,  à ce propos Camps  dit ceci «  [ ] dans l’Antiquité, le Sahara septentrional était déjà un désert parcouru à l’ouest par des Gétules, à l’Est par des Libyens nomades (Mazices) qui furent parfois également appelés Gétules [ ] . Ces peuples contrôlaient les oasis, déjà décrites au Vème siècle avant notre ère par Hérodote, où des populations mélanodermes, les Ethiopiens, cultivaient les palmiers et le blé tendre. S’appuyant sur les propos du navigateur Scylax ( IV éme siècle av. J.C. qui évoque les Gétules comme les éthiopiens occidentaux . 

Les Gélules sont considérés comme étant les ancêtres des Zénètes, concentrés de nos jours au Gourara (sud-ouest algérien), une thèse soutenue par Rachid Bellil, plusieurs tribus connues s’apparentent aux Zénètes, citons parmi les plus  illustres noms, ceux de  Dyhia, Tarik Ibn Ziad et Tacfarinas.  

 

Leila Assas 

Bibliographie : 

  1. Gabriel Camps – collection Encyclopédie de la Méditerranée – Éd. Alif, les éditions de la Méditerranée Tunis, 1992
  2. DJEKRIF Yasmina Conservatrice de la Bibliothèque de l’Ecole Normale Supérieure de Constantine
  3. Maya Shatzmiller, « Le mythe d’origine berbère (aspects historiques et sociaux) », dans Revue de l’Occident musulman et de la Mediterranee, 1983, vol. 35,
  4. Mahfoud Ferroukhi ,les Aguellids des Imazighen (du 3eme siècle avant J.-C. au 1er siècle après J.-C.)
  5. TITE-LIVE, Histoire romaine, XXIV – XLIII, trad. A. Flobert, Paris, 1978.
  6. Image 1 : (GUERRIERS LyBico-Berbère )http://l.auberge.espagnole.free.fr/afn0001.htm 
  7. Image 2 : Tacfarinas http://imperioromanodexaviervalderas.blogspot.com/2016/11/el-bandido-tacfarinas.html   

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *