.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Les allées dallées d’Ath R’houna, des tombes géantes protohistoriques


Le site d’Ath R’houna (wilaya de Tizi Ouzou) est un type original de monuments funéraires mégalithiques qui n’existe nulle part ailleurs en Afrique du Nord.

Relevant de la protohistoire, c’est-à-dire de la période correspondant à l’âge de fer et à l’âge de bronze, les allées dallées d’Ath R’houna relèvent d’un type de monuments funéraires mégalithique spécifique à l’Algérie, dans l’Afrique du Nord. Il s’agit de tombes collectives composées de deux parties : une voûte construite avec de grosses pierres taillées, et en dessous un long couloir couvert avec des dalles de pierres.

La voûte servait à des rituels funéraires et aux offrandes pour les morts, selon les spécialistes. Le caveau, orienté vers la mer, mesure 15 à 18 mètres de long et 7 à 8 mètres de profondeur et sert de sépulture pour les morts. Un couloir peut contenir plusieurs corps, enterrés couchés sur le côté avec leurs bijoux et des biens, dont des jarres de nourriture.

Ce n’est qu’à partir de 1953 que ces tombes ont été mises au jour. Lors des fouilles menées par des archéologues français, dont Gabriel Camps. C’est ainsi qu’il a été mis à jour, dans une sépulture, les ossements d’une femme et d’un enfant. La femme était enterrée avec ses bijoux. Il y avait aussi du mobilier funéraire dont des poteries.

Les objets découverts dans ces tombes sont actuellement au niveau du musée du Bardo à Alger.

Ce type original de monuments funéraires mégalithiques, n’existe qu’en Algérie, plus précisément dans deux localités de la Kabylie, à Ath R’houna (Tizi Ouzou) où elles sont au nombre de huit, et à Ibarissen, à l’ouest de Toudja (Béjaïa), où on en dénombre six. Des monuments similaires appelés «Navetas» ont été découverts dans les îles Baléares et en Sardaigne et ils sont connus sous le nom de tombes géantes.

Afin d’éviter les vols et surtout la destruction du site, les habitants du village Ath R’houna et une association, Ivahriyen, veille sur les lieux, car une carrière d’exploitation d’agrégats ouverte en 1990 mais fermée seulement en 2007, a causé énormément de dégâts au site.

Z.M

Sources :

  • APS
  • tiziouzouèdz.com

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *