.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Le travail artisanal de la laine, dans les Aurès


tiDans les Aurès, le travail de la laine revêt très rarement le caractère de métier, les diverses nécessités de chaque jour, auxquelles il faut pourvoir, en raison de la quasi indépendance familiale, ne permettent pas aux femmes de travailler pour la vente.

Si on demande aux Aurasiennes d’exécuter un travail, et qu’on offre de les payer, elles acceptent généralement, mais c’est un véritable service qu’elles rendent, et cela se fera donc sans se presser. Dans les demeures chaouias, on file uniquement pour les besoins de la famille, comme jadis dans le palais d’Ulysse.

Le travail de la laine suit le rythme saisonnier, avec des périodes de plein développement, et des temps d’assoupissement. D’une façon générale, la femme s’y adonne surtout l’hiver et au début du printemps, saisons de repos durant lesquelles son activité n’est pas sollicité en dehors par des travaux plus urgents.

Toutes les Aurasiennes, sans distinction d’âge, de rang social, ou de fortune, connaissent les travaux de la laine. Il n’y a que les très vielles, celles dont les yeux pâlissent, et les mains trembles, qui en soient déchargées en partie : on les voit encore filer, machinalement, mais ne tissent plus. Toutefois, c’est le tissage revêt un caractère utilitaire : confection de bernous, couverture, tapis… Et tout ce qui est nécessaire à la famille; les plus riches femmes Aurasiennes, peuvent se permettre de perfectionner et de compliquer leurs dessins,  accordant ainsi à leur ouvrage un rôle artistique, dû à une exécution plus savante.

Le travail de la laine étant une obligation féminine, c’est un devoir pour l’Aurasienne de l’enseigner à sa fille. Celle-ci, familiarisée dès l’enfance, par une vision inconsciente, mais presque constante, avec les outils, et les matières premières employées, est toute prédisposée à recevoir cet enseignement et arrive à s’initier aux choses du tissage, presque sans efforts, graduellement. Le travail de la laine est d’ailleurs la principale notion qu’elle doit posséder, celle que la société considère comme indispensable. Autrefois, la déception du chaouia était grande, s’il venait à constater après le mariage, de l’ignorance de sa compagne en la matière. Il y pouvait alors y avoir un manquement grave, et et si par hasard le jeune époux avait quelques velléités à pardonner, ses parents savaient bien le rappeler à ses devoirs, et renvoyer chez elle la mauvaise ménagère. Toutefois, la fille tôt mariée, pourra s’assurer de la possibilité de parfaire son art de manier la quenouille, grâce à l’apprentissage de sa belle-mère, charger terminer son éducation en la matière.

Les rôles respectifs de l’homme et de la femme en matière de travaux de la laine, sont fort variables an Algérie, suivant la région considérée. Ils varient également dans les Aurès, où il n’est pas rare de de voir l’homme assis à côté du métier, armé d’une petite badine, et surveillant le travail que sa femme exécute sous sa direction. Ainsi, il donne des idées, et participe directement au tissage : il devient alors à la fois inventeur, artiste, indicateur et ouvrier.

Il convient tout de même de préciser que chez les chaouias de l’Aurès, le travail artisanal de la laine est presque exclusivement féminin, et la collaboration des deux sexes ne se produit que très rarement. En ce cas, l’homme se contente (si la femme est inexpérimentée), de diriger le travail dans la confection des tapis, en lui indiquant les dessins qu’elle doit faire; mais la règle tout à fait générale demeure l’exclusion de l’homme. D’ailleurs, au cœur de l’Aurès, chez les Touaba, il lui est interdit de toucher au métier; les femmes disent que cela ralentirait le travail.

 

Sources :

  1. M. Gaudry, la femme chaouia de l’Aures, étude de sociologie berbère
  2. M.A Haddadou, Guide de la culture berbère

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *