.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le tifinagh – Partie II – Une langue en quête d’adaptation


Tifinagh-graffiti-Tassili N’AjjerDans une société matriarcale, la transmission du patrimoine immatériel se fait par les femmes, gardiennes de l’histoire et garantes de sa pérennité. 

Dans la période contemporaine, chaque confédération touarègue utilise un alphabet légèrement différent de celui des groupes voisins. Ces variations s’expliquent à la fois par une adaptation aux particularités phonétiques locales et par la durée d’existence de cette écriture qui a induit d’inévitables évolutions et adaptations. 

 

Jusqu’à présent, une dizaine d’alphabets traditionnellement utilisés par les Touaregs ont été recensés. Cinq d’entre eux sont présentés : celui de l’Algérie, de la Libye, du Niger, du Niger-Mali et du Mali. Ils ont onze signes en commun (forme et valeur) sur un total de vingt à vingt-sept signes. Cette diversité tient aux variations phonologiques des différents parlers Touaregs.   

Le sens de l’écriture est traditionnellement vertical, de bas en haut, mais il peut être également horizontal de gauche à droite et de droite à gauche, en boustrophédon et quelquefois en spirale. 

Cette écriture a plus évolué au cours des dernières décennies qu’en deux mille ans, au contact des deux autres écritures connues, les écritures arabe et latine. Celles-ci ont donné l’exemple de la segmentation, c’est-à-dire du découpage de l’énoncé en groupes de signes qui constituent des mots distincts. Cette segmentation se fait par des blancs, ou par de grandes parenthèses dont la partie concave ferme la séquence déterminée. 

 L’autre innovation consiste dans l’invention de signes vocaliques. On observe, dans ce domaine, une prolifération d’inventions individuelles qui n’ont pas encore abouti à un système vocalique cohérent, différenciant bien voyelles et semi-consonnes et mettant en évidence les proximités de sons et de formes. Depuis une quarantaine d’années, certains Touaregs arabisants ont adopté les voyelles brèves arabes, suscrites aux consonnes, rendant la lecture plus aisée, et l’orientation de la graphie arabe de droite à gauche. Le texte est segmenté et supprime le signe bi consonantique. 

Au début du siècle, le père de Foucauld chercha le premier à créer un système vocalique pour les tifinagh et proposa une orientation unique de l’écriture, de gauche à droite. Les Touaregs de l’Ahaggar ne l’adoptèrent pas. Actuellement, les évolutions graphiques, que l’on peut considérer comme populaires – n’obéissant pas à des suggestions extérieures -, vivifient un système d’écriture qui, récemment encore, perdait du terrain. Il est ranimé pour répondre à de nouveaux besoins et en tant que facteur identitaire et culturel.   

Le Tifinagh demeure intimement lié à l’Ahaggar, contrairement aux autres dialectes berbères parlés au Nord, mais qui ne disposaient pas de calligraphie. L’apparition de mouvements amazighes, notamment en Europe, a relancé le débat sur la nécessité d’unifier cette langue millénaire et lui donner les outils scientifiques et pédagogiques afin de se hisser au niveau des langues universelles. 

 

 Azzedine. B 

Bibliographie:

  1. Centre de recherches berbères Paris 
  2. Mohamed Aghali-Zakara et Jeannine Drouin 
  3. Image: Tifinagh -graffiti- Tassili N’Ajjer

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *