.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le Tifinagh – Partie I – Aux origines de l’écriture berbère


TifinaghLes Berbères possèdent une écriture alphabétique qui leur est propre depuis l’Antiquité. Avec un passé d’au moins deux mille cinq cents ans, il s’agit d’une des plus anciennes écritures du monde. Les inscriptions les plus anciennes qui aient pu être datées remontent au VIe siècle avant J.C. Cette écriture est attestée durant toute l’Antiquité, aux époques punique et romaine. Elle est précisément mentionnée par des auteurs latins tardifs du V et VIe siècle après J.C.  Sa disparition dans la zone Nord du monde berbère se situerait donc entre 600 et 700 après J.C. 

Selon l’ethnologue Jean Servier, le mot « Tifinagh » renvoie à une racine FNQ, « rappelant l’alphabet phénicien ». 

« Tifinagh est le pluriel de Tafineq qui signifie caractère d’écriture en tamacheq. Par extension, tifinagh désigne toutes les gravures et les peintures aussi bien que les caractères alphabétiques. On peut même dire que c’est ce dernier sens qui prévaut en certains cas. » 

D’autres sources tendent à expliquer que le mot « Tifinagh » viendrait du verbe berbère « Fnagh » qui veut dire « J’ai dessiné » 

Il existe une étymologie populaire soutenant qu’il s’agit d’un mot composé de tifin qui signifie « trouvaille » ou « découverte » en berbère et de l’adjectif possessif nagh qui signifie « notre », donnant ainsi le sens global de « notre trouvaille ». En revanche, son utilisation a perduré chez les Touaregs qui la dénomment tifinagh. Chez eux, cette écriture a des fonctions essentiellement ludiques et symboliques ; elle n’a pas servi à fixer la mémoire historique ou la littérature de ce groupe. 

Son usage était également limité durant la période antique (où elle dénommée « écriture libyque » car les Anciens appelaient « Libye » l’ensemble de l’Afrique du Nord).  

L’origine de l’écriture berbère reste obscure et controversée. L’hypothèse d’une genèse locale spontanée, sans aucune influence externe, doit certainement être écartée car il n’y a pas au Maghreb de tradition d’écriture pré-alphabétique (syllabique ou idéographique) qui autoriserait à retenir l’idée d’une formation totalement indigène : l’alphabet ne peut naître brutalement sans un long processus antérieur de perfectionnement à partir d’autres types d’écriture. En fait, tout un faisceau d’indices objectifs va dans le sens d’une formation endogène, sur la base de matériaux locaux non alphabétiques, sous l’influence forte d’un alphabet sémitique, probablement le phénicien ; une création par imitation en quelque sorte, processus dont on connaît d’autres exemples avérés en Afrique de l’Ouest et en Amérique du Sud, notamment, où des groupes humains en contact avec d’autres peuples pratiquant l’écriture (Arabes, Européens) ont inventé, quasiment de toutes pièces, leur propre écriture. 

Comme la langue, l’écriture berbère n’est pas absolument unifiée : elle connaît un assez grand nombre de variantes, à travers le temps et les régions. Pour les périodes anciennes, on distingue au moins trois alphabets différents (libyque occidental, oriental et saharien). 

Dans l’Antiquité gréco-latine, et sporadiquement dans l’écriture libyque, l’usage du point a été la première technique de séparation des mots, technique inégalement utilisée. Elle ne s’est pas généralisée dans les écritures libyco-berbères parce que le point y est déjà utilisé avec des valeurs vocaliques, à la finale du mot… A SUIVRE

 

Azzeddine B.

Bibliographie:

  1.   Centre de recherches berbères Paris
  2. Mohamed Aghali-Zakara et Jeannine Drouin
  3. Image: Touareg script – tifinagh – sur la pierre, gravures rupestres, Tassili du Hoggar, Wilaya de Tamanrasset

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *