.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le Tanezrouft, le pays de la soif – suite et fin


tan2Nous sommes loin de l’ère d’Hérodote, de Marco Polo, d’Ibn Batouta, René Caillé et de Levis Strauss; ces explorateurs curieux et humanistes qui laissent entre-ouvertes des  fenêtres sur un monde insoupçonné, et des terres inconnues.

A l’inverse du voyageur-touriste, dont il se distingue par son attrait pour le risque et l’inconnu, « l’explorateur accepte le « danger », inhérent à son entreprise et souvent omniprésent, quand le simple voyageur n’a au contraire, de cesse de chercher à le réduire, voire à le supprimer ».

« 1 400 km d’inconnu, dont mille sans eau »  

Surnommé « terre de la terreur », El Tanzerouft a suscité depuis le début du siècle dernier, l’intérêt et nourrit les fantasmes des explorateurs occidentaux avides d’aventures, de voyages, de mystères et de danger. Le pionnier d’entre eux fut le dénommé lieutenant Cordier qui, en 1913 rendit compte dans son carnet de voyage de ses impressions en décrivant  la région en ces termes : « 1 400 km d’inconnu, dont mille sans eau ».

En février 1926, les frères Estienne, dont l’un fut chef de la mission « Algérie-Niger » pour le compte de la Compagnie Générale Transsaharienne, balisent la piste du Tanezrouft, grâce à deux points de repères situés entre Reggane et Bordj-Badji-Mokhtar. Depuis, ce sont des points de contrôles militaires, baptisés  Bidon V et PK200.

L’exploit suprême revient au naturaliste Théodor Monod, un des plus illustres explorateurs et scientifiques, spécialiste du Sahara. En 1934 il  réalisa une traversée à pied du Tanezrouft, pour se rendre à Chinguetti en Mauritanie. Il en dira : «In Dagouber, c’était jusqu’à présent, l’extrême limite de la zone connue, v
ers le nord-est, en direction du Sud algérien. Au-delà, le Tanezrouft, désert intégral, ignoré des « indigènes » eux-mêmes. Il faut pourtant se décider à aller voir ce qu’il y a dedans, et, s’il n’y a rien, à aller voir qu’il n’y a rien, de
façon à en être sûr. » 

L’exploration du Tanzeouft devint depuis non pas sans risques, mais  envisageable. En 1936, un phare baptisé pharetan
« Vuillemin », haut de 32 mètres a permis l’exploration aérienne du Tenzeouft, jusque la estimée extrêmement  périlleuse; puisqu’elle coûta la vie au Capitaine Lancaster, dont l’avion écrasé en 1933, n’a été retrouvée que 29 ans plus tard. Des  raids baptisés « sur les traces de Lancaster » sont organisés jusqu’à nos jours.

« Les voyages sont des moments particuliers de l’existence, pendant lesquels nous sommes confrontés, de façon plus explicite, à l’espace ». De nos jours, voyage rime avec tourisme : un simulacre d’exploration auréolé d’exotisme car quand bien même les contrées que nous visitons sont lointaines, elles sont démystifiées et balisées. El Tenezrouft reste mystérieux, l’aborder relève de l’ordre du défi. « La piste » comme l’aime l’appeler les contrebandiers demeure une énigme…

Leila A

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *