.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le Shanghai est-il un patrimoine algérien ou chinois ?


shaUn Algérien, qui  a séjourné durant plus de huit mois à Shanghai, nous a confirmé qu’on ne trouve pas le bleu de Shanghai dans cette ville chinoise.

En effet, El-Hadi Boumaza qui fut  responsable du pavillon algérien à l’expo universelle de Shanghai, explique que notre pavillon national avait abrité une exposition de ce costume.

«Le bleu de Shanghai a été exposé avec un texte d’explication (…) Ce qui a suscité l’intérêt des visiteurs chinois, notamment les plus âgés d’entre eux qui ont connu le vêtement. Des journalistes lui ont également consacré quelques articles», avait rapporté Boumaza au quotidien du Soir d’Algérie. «J’ai personnellement porté le bleu de Shanghai et j’ai eu l’occasion d’en expliquer l’origine à de nombreux Chinois intrigués par ma tenue», ajouta-t-il.

Dans le texte d’explication, il est dit que le bleu Shanghai a été introduit en Algérie, entre les deux guerres mondiales, par des marins chinois. Des opérations de troc s’étaient développées entre les dockers algériens et ces marins qui venaient pour la plupart du port de Shanghai. Les marins chinois prenaient des produits locaux et donnaient, en échange, leurs costumes de travail. Avec le temps, les dockers algériens ont pris l’habitude de porter le bleu de Shanghai qui constituait pour eux un vêtement nouveau et presque luxueux pour la période.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la salopette américaine avait remplacé ce bleu de travail. Mais des couturiers ont continué à le fabriquer et à le commercialiser dans la région pour «fixer» un marché en plein essor. Ce phénomène s’est également répandu dans les autres ports de la Méditerranée où l’on voyait la mode du bleu de Shanghai se développer à partir des années cinquante. C’est aussi à cette époque que le costume «bleu de Shanghai» a commencé à être fabriqué dans la région de Marseille pour être commercialisé de façon régulière jusqu’à nos jours.

Cela explique pourquoi certains l’appellent aussi le «bleu Marseille ». Aussi étrange que cela puisse paraître, on ne trouve plus le bleu Shanghai à Shanghai. Ce costume est-il un patrimoine algérien ou chinois ?

K. B.

Source :

  1. Le Soir d’Algérie du 4/07/11

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *