.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le rôle de la communication et de l’image pendant la guerre de libération nationale, à travers le parcours du photographe de l’ALN : Si Kaddour Samar


kaddour 4Issu d’une famille terrienne de la classe moyenne, Si Kaddour Samar, de son nom de guerre « Mohamed », est né le 30 juillet 1913. Il fut le premier photographe à avoir intégrer les rangs de l’armée de libération nationale.

Membre de l’Armée de Libération Nationale (ALN), il est attaché au service de l’Organisation Civile du Front de Libération Nationale et sera affecté, en 1956, à la Zone I, puis la Zone VIII, sur le long de la frontière Ouest, à la base XV et celle Ben M’hidi, sous le commandement de l’Etat-Major Ouest (EMO), puis l’Etat-Major Général (EMG), jusqu’en 1962.

Si Kaddour à vécu quelques temps en Tunisie, et y fera une rencontre qui change le cours de son existence ; celle d’un groupe de journalistes italiens, qui effectuaient un reportage sur l’agriculture. Ils l’initient à la photographie et à l’approche néoréaliste, développée par le cinéma italien. A Tunis, il ouvrira le studio photo «El Moghreb Arabi», pour le transférer, ensuite, à Kairaouan.

Il s’installera par la suite au Maroc, en 1952, où il participera au soulèvement des marocains, pour l’indépendance de leur pays. Cela lui vaudra la sympathie de la population et des responsables marocains, qui lui rendront la monnaie de sa pièce en 1954, lors du déclenchement de la guerre de libération nationale ; en le soutenant et l’aidant à mener une campagne de sensibilisation pour ses compatriotes installés à Oujda, en compagnie du Dr Youcef Damardji, Khodja Bach, commissaire du port à Casablanca, et Bencherif, commissaire de police à Rabat.

Il continuera à exercer son métier de photographe, tout en restant en relation avec le noyau du troisième pôle de l’activité médiatique du FLN, à Tétouan. Il prendra Oujda pour port d’attache, puis, s’installera au 7, rue de Fès, dans un studio photo qu’il appellera « La résistance ». Une appellation qui séduira les responsables politiques algériens et sera le nom du premier journal arabe-français de l’ALN, paru le 5 juillet 1956.

La guerre des images kaddour 2

La production des images de l’Algérie combattante s’intensifie, à mesure que la guerre prend de l’ampleur. Ce qui augmente les responsabilités de «Mohamed» qui n’a de cesse de se déplacer entre khemisset et Oujda, ce qui le conduira à intégrer de jeunes recrues dans le service qu’il dirigeait, tels,  Tahar Fodhil, dit Rachid, qui sera par la suite, son adjoint ; Abdelkader Meziane, secrétaire ; Said, Fouad, Abdelkrim, Aïchouri Omar, tous employés dans les tâches quotidiennes du service photographie et cinématographie.

René Vautier rejoindra le service pour y  subir un test pratique sur terrain, lors d’une opération militaire. Le test avait été exigé par les colonels Abdelhafid Boussouf dit Si Mabrouk et Houari Boumediene. Il intégrera la structure, par la suite, et sera envoyé aux frontières pour y filmer les réfugiés, en compagnie de Pierre Clément qui sera arrêté, plus tard, par l’armée française en wilaya I.

Par l’entremise du bureau du FLN à New York, l’Etat Major Ouest (EMO) prend contact en 1956 avec deux reporters américains, Herb Greer et Peter Throck Morton, caméraman pour les mettre en relation avec le service photographique et cinématographique de la wilaya V, établi à Khemisset et dirigé par Si Kaddour Samar. Ce dernier supervisera le tournage de films documentaires destinés à éclairer l’opinion publique internationale sur la question algérienne notamment les objectifs poursuivis par la Révolution du 1er novembre 1954. Les bobines réalisées par l’équipe américaine étaient convoyées à dos de mulets, sous la responsabilité de Si Kaddour, avant de s’envoler vers la destination finale qu’était le bureau d’information du FLN à New York.

Ce bureau d’information qui avait parfaitement intégré le rôle de la communication et de l’image en temps de guerre, inspiré du modèle dominant américain, fonctionnait comme une agence de presse et de publicité, disposant d’un budget conséquent pour assurer les tâches de lobbying et de diffusion des images et documents filmés. Sur demande de l’Etat Major Ouest (EMO), Si Kaddour Samar assurait par le biais de son service, la projection dans les camps d’entrainement et les bases militaires de l’ALN, des films de propagande américains pour insuffler aux djounoud, l’espoir, accessible, d’une vie meilleure, une fois l’indépendance recouvrée. Ces projections intervenaient, souvent, à la veille d’opérations militaires périlleuses afin de motiver et encourager les djounoud dans leurs missions.  

A la création du GPRA, Si Kaddour Samar est nommé en tant que photographe, attaché au service de presse pour les visites officielles du président Ferhat Abbas.  Il réalisera les premiers portraits officiels  du premier  président du GPRA.

 kaddour3Le manque de moyens avait retardé la mise en place d’un service performant, doté d’un matériel et d’équipements adéquats notamment en ce qui concerne l’introduction et  l’utilisation des documents filmés pendant la guerre de libération. La photographie couleur ne sera introduite que vers la fin de l’année 1957 avec utilisation du format 24×36 mm (Kodachrome) en 36 poses. La série des premières images dans ce format, sera réalisée par Si Kaddour Samar qui effectuera des prises à Ahfir aux frontières algéro-marocaines, durant l’été 1958, où de jeunes moudjahidate étaient en formation, encadrées par une association  suisse. En mars 1962 juste après le cessez- le- feu, à la base 15 d’Oujda, lors de la visite des cinq leaders historiques en présence de nombreux dirigeants de la Révolution et figures emblématiques et révolutionnaires de l’Afrique, tels que Nelson Mandela (ANC) et Amilcar Cabral (PAIGC), Si Kaddour Samar immortalisera ces moments historiques, de portée planétaire, repris par toutes les grandes agences du monde.

Révolution et studio photo 

En 1956, il est sollicité par les colonels Abdelhafid Boussouf et Houari Boumediene, pour couvrir la frontière-ouest, dans des missions de  photographie et renseignement ainsi que de couverture cinématographique d’évènements politico-militaires et entrainements de djounoud, dans les bases militaires et camps de fabrication d’armement de l’A.L.N. Il retournera en 1958 à la base Ben M’hidi, où il sera désigné en qualité de chargé de missions et travaillera avec des compagnons de lutte, tels que les commandants Kaïd Ahmed dit « Slimane » ; Mostghanemi  dit « Rachid » ; Mokhtar Bouizem, dit « Nacer », et le capitaine Chérif Belkacem, dit « Djamal ».

En avril 1960, Si Kaddour Samar est affecté à la  base Ben M’hidi, où il collaborera avec d’autres officiers parmi lesquels Abdelmadjid Benkedadra, Tayebi Larbi et Metahri. Il effectuera de nombreuses missions secrètes sur ordres du commandement de l’Etat Major Général, particulièrement le commandant « Si Slimane », Kaïd Ahmed et le capitaine « Djamal », Cherif Belkacem.

En juin 1960, lors de la dissolution du 1er bataillon de la zone 8 de la wilaya V, suite à un bombardement au napalm effectué par l’armée française, Si Kaddour Samar filmera le transfèrement vers le 3ème bataillon des djounoud rescapés, avant de les rejoindre à Beni Izmir. Le 25 juin le contact avec l’Etat Major est rompu, le commandant Nasser se déplacera le 10 juillet pour lui demander de retourner à la base Ben M’hidi, sur instruction de l’Etat Major Général.

 Début septembre 1960, il rencontre le capitaine « Abdelkader », Abdelaziz Bouteflika pour lui remettre un rapport détaillé sur sa mission. Quinze jours après, c’est le colonel Houari Boumediene qui le convoque pour les détails des opérations militaires filmées durant sa mission.

Le 2kadour 19 septembre 1960, il est admis à l’hôpital de Casablanca où il passera 10 jours. Le colonel Houari Boumediene,

eu égard à son état de santé, lui demande de désigner un intérimaire parmi ses hommes. Il choisira son adjoint, le photographe Tahar Fodhil dit « Rachid », et l’enverra terminer la mission d’enquête dans la zone 8. Suite à un rapport détaillé remis par Si Kaddour Samar sur la mission effectuée par son adjoint, le colonel Houari Boumediene procèdera à un mouvement parmi les chefs de zones du Commandement des frontières de la wilaya 5.

Le 24 mars 1961, il sera admis, de nouveau, au service de chirurgie de l’hôpital Maurice Lousteau à Oujda, il en sortira le 11 avril pour effectuer sur ordre du commandement de l’Etat Major Général, une dernière mission le long de la frontière ouest, avec les colonels Houari Boumediene, chef d’état major général et Othmane, chef de la wilaya V ainsi que les officiers Tayebi Larbi, Omar Ben Mahdjoub et Abdelmadjid Benkedadra, ceci avant le fameux discours du colonel Houari Boumediene adressé aux membres de l’ALN dans lequel il évoquait les difficultés rencontrées par la Révolution.

En juillet 1961, Si Kaddour Samar rejoint, une fois encore, l’hôpital de la base Ben M’hidi, il en sortira le 10 octobre pour préparer les cérémonies de célébration du septième anniversaire du 1er Novembre 54. Fin novembre 1961, les médecins de l’A.L.N. décident en concertation avec ses responsables hiérarchiques, de lui interdire toute activité professionnelle qui risquerait d’aggraver son état de santé, en raison de ses nombreuses blessures. La décision prise est sa mise au repos de façon définitive, après une dernière admission à l’hôpital de la base Ben M’hidi.

Il remettra au commandant « Si Slimane» Kaïd Ahmed et au colonel Houari Boumediene, membres de l’Etat Major Général (EMG), un important lot d’archives photographiques et cinématographiques sur la Révolution et la lutte armée dans la  wilaya V. Il désignera son adjoint Tahar Fodhil, dit « Rachid »  pour le remplacer à la tête du service qu’il dirigea jusqu’en janvier 1962. Il sera nommé délégué de l’Etat Major Général au Commandement des frontières ouest.

Un « témoin privilégié »

Il reprendra son studio photo « El Moghreb Arabi », au 46, rue de Kenitra à Oujda au mois d’avril 1962 avant de regagner sa ville natale Hadjout, le 9 juillet de la même année, pour se consacrer à sa passion.

Il restera fidèle à ses repères et à la vision qu’il avait de lui-même et de son métier, assumant ses choix en fonction de sa conscience aigue de patriote humble et pudique fuyant les manifestations de reconnaissance publique auxquelles il attachait peu d’importance. Il s’investira dans son studio photo «El Moudjahid», assurant  jusqu’en 1975 la fonction de photographe-correspondant du quotidien «El Moudjahid» et de l’agence Algérie Presse Services (APS) – bureau de Blida.

Attaché aux valeurs du 1er novembre 1954 et fidèle à ses principes, qu’il transmettait avec une forte conviction aux siens, il a continué à exercer son métier de  photographe et de projectionniste, professant son art dans toutes les salles de cinéma de la Mitidja.

Si Kaddour Samar aura vécu comme il l’entendait, loin des conflits d’intérêts, riche de son parcours chaotique,  de son honneur, de sa dignité et des valeurs essentielles qu’il véhiculait, malgré un orgueil blessé par l’anonymat dans lequel il avait été confiné.

Le hasard fera coïncider sa disparition, le 18 février 2008 à l’âge de 95 ans, de ce « témoin privilégié » de la Révolution avec la Journée nationale du Chahid.

 Jusqu’à son dernier souffle, il conservera toute sa lucidité et son charisme, malgré un état de santé précaire en raison de la maladie contre laquelle il luttait avec courage et sérénité, depuis de nombreuses années.

« Sans honneur, ni dignité, ni conscience nette, je ne peux vivre », telle était sa devise. Pour lui, l’évocation d’une Algérie libre, prospère et développée était un crédo, sans cesse rappelé à ses interlocuteurs, pour  la construction d’une Algérie d’hommes dignes et intègres, dans la continuité de la génération de novembre 1954.

L’histoire de Si Kaddour Samar s’est toujours nourrie de l’idée de gratitude. Il évaluait parfaitement ce qu’il devait à son pays, aux principes et valeurs novembristes qui ont  fondé la glorieuse Révolution algérienne. Son souci permanent a été celui de témoigner, de mémoriser, d’immortaliser, grâce à la pellicule, les hauts faits d’armes, de bravoure et de don de soi à la cause sacrée du peuple algérien. A sa façon, il a écrit des pages de la mémoire collective par des images qui ont le mérite d’exister pour l’éternité et garantir mieux que les mots, des instantanés qui font irruption et créent des émotions au service d’une noble cause.  Puissent ces archives photographiques et cinématographiques, un jour, être dépoussiérées pour servir l’Histoire du pays.

Profil psychologique

Si Kaddour Samar était un personnage sociable, généreux et enthousiaste. Il prenait instinctivement la défense des faibles et des opprimés, agissant dans toutes les situations loyalement, méprisant la mesquinerie.

D’une intelligence remarquable, il était doué d’une personnalité rayonnante qui lui attirait la sympathie et l’appui de ceux qui le côtoyaient. Il n’était ni timide, ni hautain, aimant par contre évoluer dans les lieux de décision. Il possédait cette capacité de diriger et orienter ses semblables, refusant d’occuper les strapontins.

Son charisme naturel le distinguait lui conférant une force et une autorité grâce à la confiance inébranlable aux valeurs qu’il portait, ce qui le rendait parfois insupportable.

Son entregent le prédisposait à diriger, son ambition et son assurance lui avaient permis d’accéder à des postes élevés de responsabilité. Le défunt répugnait aux carrières médiocres et aux petitesses de l’existence. Il n’était ni lâche, ni médiocre dans l’adversité.

Soucieux des apparences, sensible à l’élégance et au prestige, il privilégiait l’intelligence et les qualités du cœur. Il aimait voir loin et grand.

Quand il déléguait ses prérogatives à ses collaborateurs, il les choisissait avec grand soin. Idéaliste, il avait tendance à vouloir modeler les choses selon ses conceptions, aspirant sincèrement à un monde harmonieux et juste.

Il cultivait l’humilité, n’estimant jamais que tout lui fût dû. Il se montrait indulgent et clément. Il était d’une grande sensibilité en même temps qu’orgueilleux. Personnalité complexe, mais combien si attachante pour tous ceux qui l’ont connu.

GLOIRE À NOS MARTYRS

Selon Khaled Samar, Fils de feu Kaddour Samar

Propos recueillis par Mira B.G

Photographies :

  1. Attestation FLN de Kaddour Samar, 1959
  2. Photographie de Moudjahidates, prise par  par Kaddour Samar
  3. Portrait de Kaddour Samar, photographe et membre de l’ALN
  4. Photographie prise par Kaddour Samar, en 1962 avec Ahmed ben Bella, Houari Boumediène, Mohamed Boudiaf, Nelson Mandela, Agostino Neto, Amilcar Cabral, dans une ferme au Maroc

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *