.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le phare de Cap de Garde à Annaba


6931552Anciennement appelée Hippone ou Bône, Annaba l’enchanteresse abrite des sites naturels et historiques remarquables, dont le Cap de Garde, un site emblématique avec son phare qui surveille d’un œil bienveillant ceux qui emprunte les voies maritimes

Lieu emblématique à Annaba, le Phare de Cap de Garde est Situé au Nord du port d’Annaba, sur le versant nord- ouest du cap. Construit en 1850 sur le sommet d’un majestueux rocher de couleur rougeâtre, il est aussi appelé le phare de Ras el Hamra.  

De sa tour carrée qui s’élève à 17.5 mètres de hauteur du sol, le phare balaie de ses signaux lumineux un rayon de 31 miles marins, soit 49,89 km.

Dès 1880 le phare  subit une première transformation et une extension avec installation d’un système optique et d’une grande lanterne. En 1947 il connut un second aménagement qui lui a permis d’acquérir de nouvelles extensions et de nouveaux équipements de signalisation. En plus des signaux lumineux, le phare émet d’autres signaux, sonores ou radiophoniques, aidant à la navigation maritime des navires qui se rapprochent de la terre.

Ce site qui suscite la curiosité de bons nombres de visiteurs, abrite aussi la source de « Ain Bent Essoltane » (la Fontaine de la fille du roi). Une source habitée par l’esprit bienveillant d’une princesse qui, selon les croyances populaires, veille d’un œil protecteur sur toute personne qui élit domicile sur le territoire d’Annaba…

 

Synthèse Babzman.

Illustration 1: Photo de Derradjim: http://algerie.voyage.over-blog.com/article-cap-de-garde-le-phare-ras-el-hamra-alger-46967825.html 

Illustration 2: http://mapio.net/pic/p-6931552/

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *