.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Le Meddah المداح


medahLe Meddah est un trouvère errant, qui récite des pièces de poésie, des contes sur les places publiques. Il ne craint ni la pluie, ni le soleil, ni la poussière des grands chemins et pérégrine dans le Sud, les Hauts-Plateaux, le Tell, n’ayant qu’un but : ramasser l’argent nécessaire à la réalisation de ce vœu cher à tout bon musulman : le voyage à La Mecque.

Le Meddah est le plus souvent accompagné d’un ou plusieurs compagnons qui constituent l’orchestre et vivent ainsi de leur talent de musiciens. Lorsque le Meddah arrive dans une localité quelconque, il s’installe sur une place, le jour du marché et réussit bien vite à réunir un fort groupe de spectateurs en frappant lui et ses compagnons à tour de bras sur leursbenaders (tambourins).

Les amateurs de poésie, d’invocations religieuses, de contes, accourent immédiatement aux appels bruyants du Meddah et le cercle d’auditeurs se forme rapidement.

Le Meddah commence d’abord par invoquer tous les saints et tout particulièrement Sid Abdelkader ed Djilani, ce merabet si vénéré des derwichs, mendiants, saltimbanques et sorciers ; chacune de ses invocations sera suivie d’un coup de tambourin frappé par les musiciens puis, circulant à grands pas dans le cercle des spectateurs il racontera avec force gestes, un passage des Mille et une Nuits, ou l’histoire de Joseph vendu par ses frères, ou les facéties de Si Djeha, les exploits des vaillants Sidi-Okba et Sidi-Abdallah ou encore les aventures des belles Redah et Djazia ainsi que celles d’Haroun ar Rachid et de son ministre Djafar !

Chacun de ses récits sera entrecoupé de poésies religieuses, de versets du Coran, d’invocation au prophète Mohammed et aussi d’invitation au public à rémunérer le conteur. A cet appel, les pièces commenceront à pleuvoir et chaque chute sera saluée par le Meddah d’une quantité de bénédictions à l’adresse des généreux donateurs.

Le Meddah après avoir ramassé la recette et prononcé quelques mots de remerciements à l’assistance se retire avec ses musiciens. Ils se rendent dans un café maure où ils passent la nuit et repartent le lendemain pour une autre localité.

Mira B.G

Sources :

  1. A. Robert, « Bateleur », Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla, Aix-en-Provence, Edisud, 1991, p. 1383-1387
  2. A. Robert, « Bateleur », in Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 08 juin 2014. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1448
  3. Illustration : peinture, El Meddah, Nasreddine Dinet (1861/1929)

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *