.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le jeûne dans les trois religions monothéistes …


Aujourd’hui, c’est le premier jour du Ramadan, de l’an hégire 1437, ce mois de jeûne qu’attend chaque année, plus d’un milliard de musulmans à travers le monde, est le neuvième mois du calendrier hégire. Le mot Ramadan vient du mot arabe « Ramadia », qui signifie, parlant de la terre, chaleur ou sécheresse intense. En Islam, jeûner ce mois, est le quatrième pilier de l’Islam. La durée du mois, serait de 29 à 30 jours, selon la longueur du mois lunaire.

Quand le Prophète Mohamed (QSSSL) avait eu la révélation, le jeûne n’était pas encore imposé. Le jeûne n’est pas propre à l’Islam, ni ne fut un nouveau concept avec sa venue ; le jeûne existe dans plusieurs cultures et religions, depuis bien longtemps. Dans les trois religions monothéistes, l’acte de jeûner est étroitement associé à la prière et au partage.

Chez les hébreux, il y a le Pentateuque qui évoque l’expérience absolue du prophète Moïse qui avait jeûné et prié quarante jours durant, pour recevoir la Torah de Dieu. Aussi, dans la communauté israélite, pour solliciter le pardon divin, mettre fin à une calamité ou s’en prévenir, les individus recourent au jeûne. Youm Kippour, destiné à obtenir le pardon des péchés, est le seul jour inscrit au calendrier, avant l’exil à Babylone. En plus de devoir s’abstenir de manger et de boire, du lever au coucher du soleil, (seul le jeûne du Yom Kippour impose de jeûner 25 heures consécutives !), les fidèles ne doivent : ni se parfumer, ni se laver, ni porter des sandales (ou tout objet comportant des semelles en cuir) ni avoir des rapports sexuels. Le prophète Zacharie, avait mentionné les jeûnes commémorant les événements de la destruction du Temple.

Pour la communauté chrétienne, le jeûne est un véritable chemin spirituel, à ce propos, rappelle le Frère Enzo Bianchi, prieur du monastère de Bose, « Par le jeûne, nous apprenons à connaître et à modérer nos nombreux appétits, à travers la modération de l’appétit fondamental et vital : la faim. Et nous apprenons à discipliner nos relations avec les autres, avec la réalité extérieure, et avec Dieu. »

Jeûner serait plus un acte spirituel, une osmose avec le Divin, qu’une soumission. Durant le jeûne, le pratiquant doit purifier son âme, mais également se ressourcer de manière spirituelle, mais aussi penser à partager et donner, tout en s’éloignant des pêchés.

Mounira Amine-Seka.

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *