.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le conte du jeudi : La vache des orphelins – Partie V – La marâtre sorcière


isLa marâtre  maléfique demeurait toujours minée par sa jalousie envers les orphelins.

Mais quand elle apprit de la bouche de son époux que les enfants étaient devenus heureux et riches, elle piqua une crise d’hystérie et de jalousie contre la princesse Djedjiga.

«Diable ! Pourquoi n’est-ce pas ma fille Doudja qui est aujourd’hui l’épouse du prince héritier ?! » lança-t- elle à la face de son époux, dans un cri de rage et de dépit. «Demain, dés l’aube, je partirai rendre visite à cette princesse, avec ma fille, et on verra bien ce qu’on verra !… » Ajouta-t-elle  d’un ton lourd de menaces.

Elle prit donc la décision ferme de se rendre au château et d’introniser sa fille borne à la place de la princesse, comptant certainement arriver à ses fins par quelques coups de sorcelleries !

Le lendemain, elle arriva avec sa maudite fille laide au château et, après s’y être fait recevoir, elle embrassa , à contrecœur, tous les membres de la famille royale. Elle criait à qui voulait l’entendre qu’Ali et la Princesse lui manquaient terriblement.

Elle versa même quelques larmes en les étreignant, pour prouver son affection !…

Elle mit aux petits soins la Princesse, qu’elle fit  semblant de la peigner, feignant d’arranger son beau chignon blond, et par un tour de magie, elle lui planta une aiguille mystérieuse dans le crane !

Aussitôt, la princesse se métamorphosa en Colombe Blanche qui s’envola dans le ciel ! Sans perdre son temps, la Marâtre sorcière mit les habits et les bijoux de la princesse à sa fille borgne Doudja !

Le tour était vite joué, la méchante  marâtre  remplaça la princesse par sa fille !

Mais le prince peut-il croire à cette mascarade ? Ne va- t- il pas remarquer la laideur de Doudja malgré le maquillage outrancier dont sa mère l’avait affublée ?

Apres avoir prodigué beaucoup de conseils à sa fille, relatifs à la manière d’induire le prince en erreur pour le convaincre qu’elle était toujours la princesse, la marâtre rentra chez elle précipitamment. Elle avait la peur au ventre et craignait que le pot aux roses ne fut découvert par le prince !… A suivre 

 

Retrouvez les premières partie sur Babzman :

1: http://www.babzman.com/2015/le-conte-du-jeudi-la-vache-des-orphelins-partie-i-les-orphelins-bergers/

2 : http://www.babzman.com/2015/le-conte-du-jeudi-la-vache-des-orphelins-partie-ii-la-vache-sacrifie/

3 : http://www.babzman.com/2015/le-conte-du-jeudi-la-vache-des-orphelins-partie-iii-la-fugue-dali-et-djedjiga/

4: http://www.babzman.com/le-conte-du-jeudi-la-vache-des-orphelins-partie-iv-les-retrouvailles-des-orphelins-et-de-leur-pere/

Par Kaci Hadjar

  1. Tiré du recueil « Ma mère racontait, contes kabyles anciens »
  2. Illustration : Kamil Aslanger

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *