.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Le camp de regroupement de Messelmoune (1958-1962)


camp de regroupement MeslmounIls étaient 2378 montagnards dont 286 enfants enserrés sur la plage de Messelmoune, d’une étendue de trois hectares environ, à l’ouest de l’embouchure de l’oued dont elle porte le nom.

Déplacés de force, ils avaient quitté, en pleine chaleur de l’été 1958, la montagne du Dahra qui domine la côte – ouest du littoral cherchellois. Dans la cartographie militaire, cette zone, située à une centaine de kilomètres à l’ouest d’Alger, représentait un sous-quartier placé sous le contrôle direct du Deuxième Bureau du 22 ème régiment d’infanterie, installé depuis deux ans dans la région de Ténès.

Pour la population de ces montagnes en guerre, tout a basculé un lundi 25 août 1958. Des soldats français patrouillaient à Titouilt, dans le douar Bouhlal, entre les hameaux de Hayouna et de Mesker, quand ils tombèrent dans une embuscade tendue par les maquisards de l’ALN. L’accrochage très sévère fit des morts et des blessés. Le Deuxième Bureau dirigé par le lieutenant Lacoste réagit immédiatement en procédant àun vaste ratissage.  L’opération menée par de nombreux soldats et des harkis de Annab et d’Aghbal dura trois jours. La population fut évacuée et toutes les maisons brûlées. Les flammes étaient vues de Cherchell, à vingt kilomètres à la ronde.

Le déplacement forcé

Récit de Fatma Arridj, âgée de 75 ans, rencontrée à Messelmoune où elle réside.

« J’habitais une masure à Immalayou, près d’un oued, à un kilomètre au sud de Hayouna. Je me trouvais à la maison avec mes quatre enfants (un garçon et trois filles dont une handicapée), quand les soldats français ont défoncé la porte. Je n’avais jamais vu de Français avant la guerre. Ils nous ont sortis sans ménagement et ont mis le feu à ma demeure. Mon mari était dans la forêt voisine.

Nous avons retrouvé les autres membres de la famille Arridj, sortis eux aussi de forcede leur maison. Ainsi regroupés, nous avons été, en colonne par deux, conduits au centre de Hayouna. Je n’avais rien pris avec moi. D’ailleurs je n’avais pas grand-chose. Issue d’une famille très pauvre de Souahlia, j’ai été mariée, à l’âge de dix-sept ans, à Mohamed Arridj, veuf avec deux filles et deux garçons dont l’un avait presque mon âge.

Les maquisards étaient arrivés à Hayouna au début de l’été 1956. Ils venaient de la ville de Cherchell, des gars instruits, à l’allure sportive, me disait mon mari. Comme les autres femmes d’Immalayou, je leur préparais les repas. L’ALN – el djeich comme on l’appelait – tenait à payer la nourriture. J’ai su que mon mari leur servait de guide dans les sentiers de cette montagne qu’ils foulaient pour la première fois.

Au printemps 1958,  l’armée française procéda à  un grand ratissage, à la suite d’une embuscade meurtrière tendue par les maquisards, à Attrache, pas loin d’Immalayou. Les soldats sont venus nous interroger pour savoir si des « fellagas » étaient passés chez nous.Puis les avions ont commencé à bombarder Hayouna et les environs. Ce fut l’enfer. J’ai pris mes enfants et me suis mise à courir dans tous les sens. Deux bombes sont tombées tout près de moi. Sous les bombardements, mon fils Djelloul âgé de 13 ans est mort. Ma fille, Aïcha, fut grièvement blessée. Je l’ai retirée de sous les décombres, brûlée. Elle avait cinq ans.

Cette année était terrible. Nous vivions la guerre chaque jour, quand, vers la fin du mois d’août, les militaires nous ont sortis des maisons pour nous emmener loin de chez nous. Le déplacement s’est fait dans des camions militaires. Je n’ai cessé de pleurer tout le long du voyage. Ma fille handicapée souffrait.

Nous sommes arrivés, sur la route goudronnée, exténués. La nuit tombait. Sur la plage, nous avons dormi sans manger. Nous étions sans toit. Dans les ténèbres. Les femmes, sous le choc, pleuraient sur leur sort. Les harkis rôdaient autour de nous. Ils nous faisaient peur. La peur de l’humiliation. Mes enfants, dénudés, se sont blottis contre moi. Je n’ai pas fermé l’oeil de la nuit. Au petit matin, je voyais la mer tout près de moi. J’y ai mis les pieds pour la première fois.  Du haut de Hayouna, elle me paraissait une étendue lointaine, insaisissable.

Pour protéger mes enfants des rayons du soleil qui commençait à frapper fort, je suis allée, avec d’autres femmes, à la lisière de la forêt qui s’étalait le long de la route étroite, ramasser des branchages pour construire une petite hutte.

Les soldats sont passés nous remettre un morceau de pain et une tomate chacun. « Pour la journée », nous ont-ils dit.  Je garde en mémoire cette journée passée, pour la première fois,  loin de chez moi. Le désœuvrement m’accablait. J’étais là à attendre à ce qu’on me donne un morceau de pain, moi qui n’ai jamais demandé l’aumône.

Les premiers jours, il y a eu beaucoup de morts au camp. Surtout chez les enfants qui succombaient à la dysenterie. Les militaires, qui nous avaient entassés dans ce réduit, semblaient dépassés. Nous étions arrivés en catastrophe. Rien n’avait été prévu. Ni abri, ni sanitaires, ni ramassage des déchets. Les détritus s’amoncelaient. Heureusement qu’il y avait les vagues boueuses pour les balayer.

Les nuits étaient fraîches. On ne nous a remis des couvertures qu’aux premières averses.

Notre quotidien commença à s’améliorer avec l’arrivée, quelques jours après, des gens de Souahlia qui avaient ramené avec eux des vivres et des chèvres. Les hommes ont pu trouver du travail. Ils se sont employés comme manœuvres dans la construction des logements pour les harkis. Certains, recrutés dans les groupes d’auto-défense, recevaient une petite solde. Le camp, surveillé à partir de la tour élevée au bord de la route goudronnée, fut entouré d’une double rangée de fils barbelés ne laissant qu’une seule issue.

Les militaires nous ont fourni des matériaux pour construire des gourbis. Un jeune médecin militaire français, installé dans une cabane à l’entrée du camp, recevait chaque jour beaucoup de malades, des enfants surtout. Des enfants sans souliers, portant pour tout habit une longue camisole.

Au début de l’année 1960, les militaires m’ont permis de me rendre à Staouéli pour faire soigner ma fille Aïcha dont l’état de santé empirait. La nièce de mon mari m’a hébergée. Pour subvenir à nos besoins, mon fils Mohamed s’est employé comme garçon de ferme chez un colon. Ma fille est morte le 10 juillet de la même année. Elle est enterrée au cimetière de Sidi Ferruch. Je suis retournée au camp, à Messelmoune, où mon père nous a rejoints à sa sortie de la prison de Gouraya.

En 1961, soit trois années après notre arrivée au camp, la situation a changé. Le comportement des militaires s’est humanisé. Notre quotidien s’est amélioré  Les hommes pouvaient aller travailler dans les champs voisins, chez les colons d’Oued Sebt. On nous a même autorisés à retourner à la montagne pour la collecte des figues puis des olives. Arrivée à Hayouna, j’ai trouvé la désolation. Quelques arbres avaient survécu à la guerre. Les hameaux étaient calcinés.

Au cessez-le-feu, nous nous trouvions au camp. La fin de la guerre fut un soulagement. Noussommes retournés à Immalayou quelques jours après.  Le 3 juillet, je suis redescendue à Messelmoune avec mon mari pour voter. P Je suis remontée de nouveau après les fêtes de l’indépendance. La cueillette des olives finie, toute la grande famille Arridj a quitté la montagne.  A Messelmoune, nous avons occupé les maisons en dur abandonnées par leurs occupants. C’étaient les maisons que les hommes du camp, soumis à la corvée, avaient construites pour les harkis.

Quelques semaines plus tard, le camp fut rasé. Aujourd’hui, sur la plage, l’été venu, les gens y plantent des parasols aux couleurs verdoyantes, mais, moi, j’y vois toujours legourbi où j’ai passé une partie de ma vie dans la misère et la peur de l’humiliation. »

 LE REGROUPEMENT MASSIF DES POPULATIONS

Le procédé du regroupement massif des populations fut appliqué à une grande échelle par le gouvernement français en 1958. Ce n’était pas nouveau. En 1845, dans son « Etude sur l’insurrection du Dahra », l’officier de l’Armée d’Afrique, Charles Richard, écrivait : « La première des choses à faire pour enlever aux agitateurs leurs leviers, c’est d’agglomérer les membres épars du peuple, d’organiser toutes les tribus qui nous sont soumises en « zemalas » (campements)…Les Arabes ainsi emprisonnés seraient à notre disposition… »

LES CAMPS DE L’ARRONDISSEMENT DE CHERCHELL (1959)

En 1959, l’administration  de l’arrondissement de Cherchell a recensé douze camps de regroupements placés sous le contrôle du Deuxième Bureau du 22 ème régiment d’infanterie.

Sur le littoral :

  • Messelmoune, 2378 personnes
  • Oued Sebt, 787 personnes
  • Fontaine – du – Génie, 1296 personnes
  • Novi, 1666 personnes
  • Cherchell, 2678 personnes

Dans la montagne :

  • Bouzerou, 1523
  • Rhardous-sud, 1379
  • Rhardous-nord, 2026
  • Issabène, 1272
  • Marceau, 3003
  • Ferdjana, 259
  • Zurich, 772
  • Marabout-Sidi Simiane, 3012

Soit 21 991 montagnards dont 2235 enfants resserrés dans des camps.

 

Mohamed Rebah

Illustration:  4 photos d’un témoin français dont une seule ou on voit l’embarquement dans les camions

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *