.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

La Vallée du M’zab, La pentapole immaculée (première partie)


valléeL’environnement de la pentapole de la vallée du M’zab  détermine d’une part  l’approche architecturale et les moyens investis en ce sens et  délimite, d’autre part, la fonction qu’on peut leurs attribuer.

Nous constatons une éloquente  corrélation  entre le bâtit  ainsi que les traits de la société. La relation qu’entretient  la  société mozabite avec  son habitat se traduit sur différents aspects. Ainsi, nous ne pouvons approcher le fait architectural  sans aborder  l’histoire des mozabites.

Les bâtisseurs de la pentapole, contexte historique  

L’histoire de cette région est rattachée depuis plus de mille ans au culte de l’Ibadisme, une école de pensée et un courant théologique des plus antiques de l’Islam, fondée durant les premières décennies qui ont suivis la mort du prophète Mohamed par Abdullah ibn-Ibad at-Tamimi. De nos jours  les ibadites constituent une minorité clairsemée, c’est-a-dire la moins dense dans l’Islam. Les  musulmans ibadites sont environ (1 %) et  se trouvent  dans la vallée du M’zab en Algérie, mais également dans le Sultanat d’Oman, dans l’île tunisienne de Djerba et dans le djebel Nefousa en Libye.

Les ibadites créent le premier état musulman au Maghreb : l’état  Rustumide. Ils furent ensuite combattus et chassés par les Fatimides au Xe siècle, les obligeant à  l’exode, au repli, et à se réfugier à Ouargla temporairement. Ils se dirigèrent alors vers  la Vallée du M’zab, où ils se mêlent à la population locale essentiellement berbérophone et bâtissent  la pentapole du M’zab qui se compose de cinq cités : Ghardaïa (devenu le chef-lieu de la wilaya), El atteuf, Beni Isguen, Mélika, Bounoura.

L’établissement des ibadites dans Le Mzab n’est  pas fortuit, situé  au nord-est saharien,  à 600 KM de la capitale, plateau rocheux, dont l’usure, suite à la force éolienne et fluviale, forme des reliefs assez intéressants, en adéquation avec les exigences militaires  des ibadites lors de leur implantation dans la région.

L’espace  hermétique  de la population ibadite a préservé la zone, et l’ibadisme continue de conformer la vie sociale de la région et cela à différents  niveaux : des échanges économiques aux célébrations des cultes. Le Majlis, le conseil fédéral régit les cités de la Vallée.

Nous verrons dans une seconde partie, comment le foyer mozabite, mitoyen de la mosquée  dont le minaret servait de point de sentinelle  autrefois, s’intègre dans la cité homogène. L’atavisme historique régit encore aujourd‘hui  diverses manifestations  socio-culturelles des mozabites. Dans une société où  l’on se réfère au consensus : « l’Ittifaqat » la structure sociale reste indissociable de l’approche architecturale…

A suivre

 

Leila  A

Sources :

  1. A. Ravéreau, Le M’Zab, une leçon d’architecture,  2003
  2.  M. Roche, Le M’Zab, cité millénaire du Sahara,  2003
  3. F.oussedik , Mouvements de population et mutations sociales: réflexions sur la gestion des entrées et des sorties dans les Cités du M’zab.
  4. A. Coyne, Le Mzab , 1879
  5. Illustration : photographie, Y-A Bertrand, ville de Ghardaïa dans la vallée du M’Zab, Algérie

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “La Vallée du M’zab, La pentapole immaculée (première partie)

  1. JOSEP

    C LA REGION QUI FAIT LA FIERTÉ DES ALGÉRIEN ; UNE AUTRE DIMENSION NOTRE DEVOIR C DE LA PROTÉGÉ

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *