.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

La mythologie peule : une clé pour la compréhension de l’art saharien


ti L’art rupestre préhistorique du Sahara algérien est largement répandu des contreforts de l’Atlas au nord jusqu’au Sahara central. Célèbre au Tassili Azjer pour sa densité et sa beauté, qui le font figurer au patrimoine universel, cet art dépasse largement les frontières au sud puisqu’on le retrouve dans l’ensemble des Massifs centraux sahariens, dans l’Aïr au Niger, dans le Tibesti au Tchad, dans l’Akakous en Libye et dans l’Adrar des Ifoghas au Mali.

La richesse, la diversité, la longévité de cet art dont la source remonterait bien au-delà de 10000 ans pose le problème de son interprétation. Si le témoignage de temps révolus et de modes de vie passés se déploie encore magnifiquement devant nos yeux, nous avons perdu les clés qui nous aideraient à décrypter le message que les fresques tentent de nous livrer. Nous restons donc là, au seuil de la compréhension de ces œuvres, jouissant de leur seule contemplation.

Une clé, cependant, semble pouvoir entrouvrir quelques portes de la connaissance. Elle n’est utilisable que pour certaines fresques de la période bovidienne, mais s’est avérée très utile pour capter un peu du monde trop énigmatiquement révélé par ces peintures. Cette clé nous a été fournie par Amadou Hampate Bâ, sage peul d’origine malienne, né en 1900 et mort en 1991. Lui-même petit-fils de Sigilati, c’est-à-dire de guide ayant atteint le dernier échelon de l’initiation, il a été, dans son enfance, initié aux rites peuls avant de connaître avec l’ensemble de son peuple l’islamisation. Grâce à ses souvenirs, nous pouvons lire au travers des mythes peuls certaines peintures bovidiennes, les populations peules traditionnelles ayant gardé vis-à-vis des bovins une relation privilégiée.

En décembre 1957, au cours de l’exposition à Paris des relevés de fresques réalisés par H. Lhote et son équipe au Tassili Azjer, son attention est attirée par la fresque dite des boeufs accroupis de Tin Tazarift (Fig. 1). Des bœufs en troupeau y sont représentés sans pattes, justifiant l’interprétation erronée de Lhote, aux côtés de 33 personnages à tête d’animaux et eux-mêmes sans jambes. Cette fresque retrace en fait le rite essentiel du lotori, cérémonie annuelle qui célèbre en les revivant des scènes de la mythologie. Il s’agit du bain lustral auquel sont soumis les hommes et les animaux pendant toute la nuit qui suit le quinzième jour lunaire et qui clôture le cycle. Les pattes ne sont pas visibles car elles sont plongées dans l’eau. Dans le rituel peul, il suffit que 28 bovins, renvoi au calendrier lunaire, aient reçu le bain pour que tout le troupeau soit béni. Les personnages qui les accompagnent sont masqués et, de même, leurs jambes n’apparaissent pas puisqu’elles sont dans l’eau. Les masques d’animaux malins, de renard, essentiellement, étaient autrefois de rigueur durant la cérémonie.

D’autres fresques illustrent les rites et les mythes peuls. Parmi elles, la fresque de Séfar intitulée le bœuf à l’hydre qui montre un artbovin entouré par une figure de serpent portant des têtes d’ovins (Fig. 2). Il s’agit ici de la représentation du premier bovin hermaphrodite, symbole de l’univers, créé par Guéno, Dieu chez les Peuls, à partir d’une goutte de lait. Or, au cours du lotori, le serpent mythique Tyanaba, maître des bovins, est censé sortir du fleuve et entourer de son corps le bœuf conducteur du troupeau, en général la meilleure vache laitière. Les têtes d’animaux, qui émergent de son corps, sont ici en rapport avec les sept fils de Kokala et Nagara, le couple humain initial et les sept vœux masculins traditionnels des Peul (multiplication du troupeau, défense du village, etc.).

Les sept fils étaient en effet réincarnés au cours des rites par des bergers, qui devaient formuler les sept vœux à côté du lieu où était censé se tenir Tyanaba. Un autre groupe, à droite de ce motif, se compose d’un trait sinueux entourant cinq danseuses. Il s’agit là de cinq jeunes filles représentant les filles mythiques du premier couple humain qui devaient danser dans le parc de leur lignage en formulant les cinq vœux traditionnels féminins (maternité, fécondité, etc.). Elles sont ici vêtues de petits pagnes blancs qui étaient de rigueur pendant les fêtes et parées d’une coiffure en cimier comparable à celle des femmes peules actuelles.

Même si elle ne peut représenter un passe-partout, la mythologie peule nous offre une lecture plausible de certaines fresques bovidiennes qui permet de chasser certaines zones d’ombre et laisse entrevoir la trame spirituelle inhérente à toutes les manifestations artistiques préhistoriques.

 

Nagète Aïn-Séba Fauré, présidente de l’Association Algérienne pour la Sauvegarde et la Promotion du Patrimoine Archéologique (AASPPA), préhistorienne, Institut d’Archéologie, Alger 2.
Référence bibliographique : HAMPATE BA A., DIETERLEN G., 1961 – Koumen. Texte initiatique des Pasteurs peuls. Cahiers de l’Homme. Ethnologie-Géographie-Linguistique.

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *