.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

La mort de Hâjj Ahmad Pâshâ en 1851, racontée par le khûjja Isma’îl ben Muhammad


Dar_oum_noun_(hadj_Ahmed_Bey_of_Algeria)Lettre du khûjja Isma’îl ben Muhammad sur la mort de Hâjj Ahmad, bey de Constantine, parue dans le journal L’Akhbar du 7 septembre 1851

 

Isma’îl ben Muhammad raconte la fin de Hâjj Ahmad Pâshâ, qu’il représente comme une figure exemplaire de la piété musulmane. Grandeur princière, grandeur d’âme, affection populaire et humilité face à la mort lui paraissent salutaires face au « scandale » des progrès de la déréligion. Le khûjja se montre attaché à un ordre ancien déréglé. Il ne reconnaît plus sa ville : Alger, dont la sociologie est modifiée. Elle est envahie par les berranis, qu’ils soient Arabes ou Kabyles, qui confinent au paganisme et à la mécréance déviante.

Les vieilles familles algéroises, qui ne se sont pas résolues à l’exil, sont désormais minoritaires et se retranchent dans l’intimité des maisons pour fuir leur contact. Malgré la prudence de mise face à l’occupant français, qui pourtant a le plus profondément bouleversé la ville, il le rappelle à l’ordre : veiller à la bonne pratique de la religion de Jésus. Souvent, les musulmans se montrent choqués de voir les chrétiens négliger leur religion ou la pratiquer avec peu de conviction. De même, c’est au gouvernement français, désormais investi de l’autorité publique, de défendre la religion de l’islam. L’obscénité et le blasphème doivent être punis, si ce n’est de mort comme sous les Turcs, du moins avec sévérité. Isma’îl ben Muhammad veut la restauration d’un ordre social et moral qui, selon lui, régnait du temps des Turcs.

 

  ‘ Le bey Ahmed a été le dernier des chefs turcs qui aient résisté à la conquête française. Il a conservé sa capitale jusqu’à la fin de 1837, et ce n’est que dix ans après qu’il a fait sa soumission. Personnage politique considérable par sa position, son caractère, la longueur et la ténacité de sa lutte, il a été apprécié diversement ; les uns en ont fait un monstre de férocité ; les autres assurent qu’il n’a été que sévère. Dieu seul sait la vérité ! On connaît deux biographies d’Ahmed Bey : l’une publiée en arabe par Si-Salah el Anteri, dans une histoire de Constantine ; l’autre, restée jusqu’ici manuscrite, a été écrite par un officier français sous la dictée du bey. Dans celle-ci, la vie d’Ahmed se présente en beau, ce qui s’explique, puisque le héros fournissait lui-même les couleurs de son portrait. Si-Salah, dont le père passe pour avoir été empoisonné par Ahmed-Bey, a tracé de ce chef un tableau beaucoup moins flatteur. La vérité est sans doute entre les exagérations du panégyrique et de la critique.

            Cet homme étant un personnage historique de l’Algérie, vos lecteurs seront bien aises de savoir s’il a soutenu jusqu’au bout, et dans la plus rude épreuve que Dieu envoie aux mortels, la fermeté de caractère, la dignité de conduite que ses ennemis mêmes ne lui ont jamais refusées. Je vais vous donner à ce sujet les détails que j’ai recueillis personnellement ou que je tiens de personnes véridiques.

            La maladie du bey, dont le siège était, dit-on, l’estomac, a duré cinq mois. Il n’a cessé de marcher que quinze jours avant sa mort. Quand il fut définitivement retenu dans son lit, il envoya chez le cadi et fit venir deux assesseurs (adoul) de ce magistrat, qui dressèrent une procuration (Brat-el-Oukala) pour sa femme la plus âgée, et relative à ses enfans et à ses biens meubles ou immeubles. Une autre procuration fut écrite, par laquelle il chargera Sid-el-Hadj Ahmed Boukandoura, indigène de cette ville, de veiller sur ses biens, ses enfans, et de servir de conseil à sa femme ; il lui confia aussi le soin de ses funérailles.

            « Boukandoura, lui dit le bey, il faut que vous achetiez immédiatement l’étoffe nécessaire pour me faire un linceul, ainsi que les autres et dernières choses dont un mort puisse avoir besoin.

–        Pourquoi cette hâte ? répondit celui-ci ; vous guérirez, s’il plaît à Dieu.

–        Sans doute, répliqua le bey en souriant ; mais lorsqu’on entrevoit la nécessité d’un voyage, ont fait ses préparatifs. Puis, si l’on ne part pas, ils demeurent inutiles ou servent pour une autre fois ; mais la précaution est toujours bonne à prendre. »

Le bey, persistant dans son premier projet, compta 300 douros, qu’il mit dans un sac, et dit à Si-Boukandoura : « Quand je serai mort, cette somme est destinée à l’acquisition d’un tombeau pour moi dans la mosquée de Sidi-Abderrahman-el-Tsaalebi, à l’achat d’une civière pour transporter mon cadavre, et d’une table pour le placer pendant qu’on le lavera. Je veux aussi qu’on fasse venir trente tolba qui réciteront le Coran à mon intention, savoir : un tiers du livre saint dans la maison mortuaire, un tiers à la mosquée, et le dernier au cimetière. Je veux encore que le jour de mon enterrement on achète mille pains et deux cents mesures de figues, que l’on distribuera aux pauvres à mon intention au moment de l’inhumation. Si, après ces dépenses faites, il reste quelque argent sur la somme que je viens de compter, qu’on ne donne aux indigens. »

            Ces instructions ont été religieusement suivies ; on a même pu aller au delà des intentions bienfaisantes du défunt. Le gouverneur général ayant envoyé 1,000 fr. à la veuve pour l’aider à rendre convenablement les derniers devoirs au bey, celle-ci a fait distribuer aux pauvres, chacun des trois jours qui ont suivi l’enterrement d’Ahmed, cent pains, vingt-cinq mesures de figues et 50 fr. en argent.

            La tranquillité du bey Ahmed à ses derniers momens prouve qu’il n’avait pas la conscience chargée de toutes les énormités qu’on lui reproche, ou que le repentir sincère qu’il éprouvait de ses fautes passées le rendait confiant dans la miséricorde inépuisable du Seigneur.

            Cette fin si religieuse est un bon exemple donné aux musulmans de cette ville, dont un bien grand nombre vivent à la manière des païens et n’ont de croyans que le nom. Ce sont surtout les étrangers, Kabyles ou Arabes, qui infestent de plus en plus Alger, qui donnent d’odieux exemples d’irréligion. Un père de famille qui se respecte, et qui tient à conserver la pureté du cœur parmi les siens, est obligé aujourd’hui de ne pas les laisser sortir dans la rue, et même de les tenir dans les parties les plus reculées de la maison, afin qu’ils ne soient pas exposés à entendre à chaque instant les propos obscènes, les blasphèmes les plus révoltans.

            Je ne connais pas vos lois ni vos usages administratifs ; mais il me semble que vous ne devez pas permettre qu’on blasphème Jésus-Christ qui est votre prophète, qu’on crie dans les rues aux oreilles de vos mères, de vos sœurs, de vos filles, de vos femmes, les paroles du cynisme le plus effronté.

            Est-ce que le scandale, dont vous préservez sans doute vos familles, vous ne pourriez pas aussi en préserver les nôtres ? Certes, vous feriez là une bonne action. Nous ne vous demandons pas toutefois de punir le blasphémateur de mort, comme cela se faisait du temps des Turcs et conformément à notre loi ; mais entre cette punition, peut-être trop cruelle, et l’impunité la plus complète, il y a place pour une répression utile et mesurée. »

 

ISMAEL-BEN-MOHAMED-KHODJA

Abdel-Aziz Sadki

Retrouvez ses articles et recherches sur l’adresse suivante : http://histoiredelalgerie.over-blog.com/article-la-mort-de-hajj-ahmad-pasha-en-1851-racontee-par-le-khujja-isma-il-ben-muhammad-105185180.html

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *