.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

La légende de Sidi Flih, partie II : l’élève


caravaneFlih le bien nommé grandit dans cette Casbah séculaire au milieu des autres enfants, et à l’âge de dix ans il récitait déjà le Coran.

Il lui arrivait alors de remplacer son père à la tête de la classe, lorsque celui-ci était fatigué ou souffrant. Devant cette réussite éclatante qui augmentait chaque jour le prestige et la renommée des siens, Naima éprouva, pour mieux soutenir cette réputation, le besoin d’une vie mondaine plus approprié, plus marquée. Elle désirait recevoir ses voisines et discuter des après-midi entières avec elles tout en sirotant un thé comme cela se faisait dans la maisons, où le savoir-vivre était d’usage.

On ne saurait décrire alors ô combien elle était chanceuse, comblée, à quel point la fortune l’avait  favorisée et fait briller sa bonne étoile.

Hélas ! Le petit patio de sa modeste demeure était constamment encombré de divers ustensiles et impropre à accueillir ses invitées.  Des objets accumulés pêle-mêle dans tous les coins achevaient de rendre la courette intérieure semblable à quelques bazars inextricables. Que faire, Seigneur ? Par quoi commencer pour démêler ce cafouillis ?

Pour ce faire, il fallait  bien ordonner, aménager avec soin sa chambre, et effacer toute trace de négligence. Mais tout cela n’était possible qu’à une seule condition : installer sa belle-mère dans le la petite chambre de la terrasse  Pour le reste, il était nécessaire de mettre de  l’ordre dans le patio et transformer ainsi celle de la belle mère en un joli petit  salon de réceptions..

Naima n’ignorait pas que pour entamer l’opération, il fallait d’abord convaincre son époux , Sidi Mohammed Benmerouane, du bien-fondé du projet .

Celui-ci refusa net, mais Naima était patiente et persévérante. De semaine en semaine, elle revenait à la charge, expliquant que Lalla Taouès serait bien plus à son aise dans le minzah loin du va et vient incessant et du bruit. Elle l’assurait qu’elle même serait toujours là pour répondre à ses moindres désirs. Elle fit tant et si bien que le mari, convaincu finit par céder, et il porta lui-même la vieille dame impotente sur son dos jusqu’à la terrasse.

Ainsi,  Lalla Taouès élue domicile dans le petit menzeh, jusqu’à la fin de sa vie.

En ce temps-là les gens avaient l’habitude de prendre un repas léger pour leur déjeuner, généralement constitué de lait caillé et d’un morceau de pain. Le soir, par contre, l’on se réservait un repas plus copieux : couscous, ou pommes de terre en sauce, garnis de poulet, et plus rarement de mouton.

Au maître de maison était dévolue la tâche de répartir les parts. Acte d’équité et qui se faisait selon un rituel ancré dans un usage imperturbable.

Nourrissant une immense tendresse pour sa mère, Sidi Mohammed Benmerouane ne manquait jamais de réserver la meilleure tranche de viande à Lalla Taouès. Mais, oh ! comble de cruauté ! Lorsque Naima lui apportait son assiette au minzah  son avidité et sa goinfrerie, prenant le dessus, la poussaient à avaler gloutonnement la part de poulet dessinée à la pauvre belle mère ..

Sidi Mohammed Benmerouane ne sut jamais la vilaine manœuvre de son épouse à l’égard de sa mère bien aimée, et celle-ci ne s’en plaignit à aucun, moment.

Pendant ce temps, Flih avait appris le Coran et tout ce que son père pouvait lui enseigner. Il fut décidé de l’envoyer parfaire ses études chez les Maîtres renommés du Maghreb et du Monde Arabe.

C’est ainsi qu’il rejoignit une caravane qui faisait route vers Tunis, le chef des caravaniers étant un ami de son père.

Comme tout pèlerin à la quête du savoir, il n’avait pour tout bagage qu’un balluchon et une besace que Naima avait tendrement remplie de quelques provisions. Le précieux viatique était composé de trois boules de R’fiss, un pain cuit sur le tadjine, des dattes et une poignée de figues sèches. Il avait en outre quelques sous que son père lui remit avant son départ… (à suivre)

 

 

 

Retrouvez la première partie sur babzman.com : http://www.babzman.com/2014/la-legende-de-sidi-flih-partie-i-la-naissance-du-saint-homme/

B. Babaci

écrivain chercheur en histoire

Illustration : Eugène GIRARDET, Caravane dans le désert Huile sur toile, signée et datée 1875

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “La légende de Sidi Flih, partie II : l’élève

  1. flih

    Merci pour notre riche histoire celle de l’Algérie j’aimerais avoir toute l’histoire de sidi flih j’arrive pas a avoir part1 si possible et merci pour tous

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *