.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Ibrahim Rugova, symbole de la lutte pour l’indépendance du Kosovo


3cc65ff7fe3784e9997532f082ceb6d3Avec son inséparable écharpe de soie et ses lunettes rondes à la John Lennon, Ibrahim Rugova, a souvent été considéré comme le seul dirigeant pouvant mener le Kosovo à l’indépendance malgré son allure fragile et sa voix faible à l’opposé de celle d’un tribun.

« Il a été plus qu’un leader, une icône politique qui fonctionnait plus selon les principes de la monarchie », estime ainsi le publicitaire BatonHaxhiu. Les autres dirigeants albanais du Kosovo sont « incapables de briser ce mythe », ajoute-t-il. Né au Kosovo le 2 décembre 1944, diplômé es Lettres de la Sorbonne, parlant français, anglais et serbe, Ibrahim Rugova, ancien membre du parti communiste et secrétaire de l’Union des écrivains du Kosovo a été l’un des pionniers de l’intelligentsia kosovare dans l’ex-Yougoslavie communiste. Sa lutte pacifique contre l’emprise de Belgrade et la répression sous le régime de Slobodan Milosevic, lui ont valu le surnom de « Gandhi du Kosovo ». Après la révocation par Milosevic de l’autonomie du Kosovo en 1989, Ibrahim Rugova, qui n’a jamais été arrêté sous le régime communiste, fonde la Ligue démocratique du Kosovo (LDK) qui boycotte toutes les élections organisées par Belgrade et installe des institutions parallèles et clandestines (écoles, système de santé et impôts propres à la majorité albanaise du Kosovo). Il établit, dès le début des années 1990, des liens étroits avec l’Occident, en particulier avec Washington. Dans la société traditionnellement conservatrice du Kosovo il devient alors le « père de la Nation ». « Au cours des quinze dernières années Ibrahim Rugova est devenu un mythe au Kosovo (…) la plupart de ses habitants l’ont perçu comme irremplaçable ce qui renforce les craintes d’un chaos après sa mort », estime l’analyste MufailLimani. Ses détracteurs lui ont reproché toutefois d’agir comme s’il était l’unique partisan de l’indépendance du Kosovo et de n’accepter que très difficilement la contradiction, même au sein de son propre parti.

Le chantre de l’indépendance du Kosovo

De fait, presque tous les fondateurs de la LDK ont quitté le parti que Rugova a dirigé pendant 15 ans. EditaTahiri, la dernière à s’en aller, a expliqué qu’elle avait pris cette décision pour protester contre l’attitude dictatoriale de Rugova. Il a toutefois été marginalisé pendant le conflit (1998-1999) entre les forces serbes et l’Armée de libération du Kosovo (UCK). D’anciens guérilleros lui ont reproché en particulier d’avoir décrit le mouvement rebelle comme un groupe « formé probablement par Belgrade pour discréditer la politique pacifiste des Albanais du Kosovo ». Ceci a marqué le début d’une profonde animosité entre la LDK de Rugova et la guérilla, et divers observateurs ont souligné que M. Rugova et le chef de la rébellion armée HashimThaçi ne s’étaient jamais rencontrés en tête à tête. Une rencontre avec Milosevic pendant les bombardements de l’Otan qui mirent fin à la guerre au Kosovo, a fait scandale et Rugova a été alors considéré comme politiquement mort. Il avait en effet été accusé de trahison et de collaboration à la suite d’un entretien et d’une poignée de mains très controversés avec le président yougoslave de l’époque Slobodan Milosevic, le 1er avril 1999 à Belgrade.
Les bombardements de l’OTAN, destinés à contraindre les troupes yougoslaves à quitter le Kosovo, faisaient alors rage sur la Yougoslavie. Mais il a réussi à refaire surface avec l’arrivée de l’Onu et de l’Otan au Kosovo, en juin 1999, pour devenir président en mars 2002 aux premières élections organisées par l’ONU dans la province. Il a été réélu en octobre 2004. Ibrahim Rugova qui en mars 2005 avait échappé à un mystérieux attentat à la bombe à Pristina, chef-lieu du Kosovo, laisse derrière lui une femme et trois enfants.

 

Source : https://www.nouvelobs.com/monde/20060121.OBS3111/ibrahim-rugova-symbole-de-la-lutte-pour-l-independance-du-kosovo.html

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *