.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Entretien avec Slimane Boughaba, président de l’association Zingdah


z« Ouargla, ancienne de plus de 100 000 années, av. JC et  il semblerait même que l’oasis ait été visitée par l’homme préhistorique entre 250 000 et 200 000 av JC . De fait, les traditions orales et des pratiques quotidienne seraient des marques d’influence dues à la présences de plusieurs civilisations : romaine, phénicienne, carthaginoise, hafsid et kharidjite.»

Ce n’est qu’à  la lumière de ces faits historiques que nous pouvons cerner l’esprit et la démarche de l’association El-Adjyal Zingdah – Al Takafia, soucieuse de préserver le passé  glorieux de l’oasis, ponctue Slimane Boughaba. Au commencement il y avait la musique … d’abord une formation musicale née dans les années quatre-vingts.

Farouches défenseurs du patrimoine local, les membres du groupe créent l’association «  El Adjyal » en vue de former des musiciens parmi les plus talentueux de l’oasis. La formation musicale prend part dans divers manifestations citons «Alger, capitale de la culture arabe en 2007» ou encore «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011».

Le nom du groupe « Zingdah » est assez original et surtout plaisant, quelle est la signification et la symbolique de ce nom ?

Zingdah en  tegaregrent, un dialecte berbère chlouh, propre  à la région, signifie l’arc  en ciel. C’est une allusion aux couleurs du « tabachit », la ceinture qui orne l’habit traditionnel portée par les femmes de la région. « Nous puisons nos inspirations dans le répertoire musical de la région, nombreuses chansons ont été reprises, tels que El Hamlouliw , Lala Mansoura, Maryama et la berceuse Baba Ouahid. C’est ainsi que nous perpétuons la tradition du  patrimoine banga (diwane) ».

Quelle est la philosophie de Zingdah ?

Zingdah a pour but d’inculquer aux plus jeunes l’amour de la musique. Par ailleurs, nous tentons de les inciter à interpréter leur chansons en » tergaregrant » notre langue maternelle, et à développer  l’expression musicale en assurant  la relève et la bonne continuité de la transmission du patrimoine immatériel, tout en  diffusant les nuances de rythmes et de mélodies à un large public. Nous nous efforçons également de découvrir de nouveaux talents, tout en essayant d’éveiller l’intérêt du public local .

À propos du festival, quels sont les projets à court, à et à long termes prévus pour l’agrandir et l’améliorer d’avantage? Pensez-vous que les grandes lignes ont été respectées ?

Né en avril 2013 à Ouargla, à l’initiative de l’association Adjial zingdah al takafia , le festival a pour projet de regrouper des artistes de différentes régions, pour participer à la création d’un mouvement musical dans le sud, et de révéler le passé de  l’oasis de Ouargla ,riche par son patrimoine et son histoire.

La collaboration d’organismes de l’état durant  la 2eme édition a donné de l’ampleur à cette action; elle s’est traduite par l’octroi d’une aide financière et matérielle, ainsi que le déploiement de beaucoup d’efforts pour la réussite de l’événement. Nous avons également bénéficié du sponsoring tel que celui de la compagnie aérienne public Air Algérie, ainsi que celui d’autres marques localies.

Le succès de l’action, véhiculé par des échos médiatiques positifs ont  attiré l’attention des nombreuses boites de communication, et de la presse (radios national et international). Le festival a un potentiel certain, et peut devenir rapidement une référence  et se hisser au rand de grand festival international dans le désert.

Les grandes lignes du projet sont en voie d’achèvement, la plus grande étant de rendre confiance aux jeunes en leurs talents et de continuer de « chiner » les petits génies en herbe à travers les programmes d’animations musicales professionnelles, pour ensuite les suivre et les entourer, dans le cadre d’ateliers et master class.

Le groupe amateur GHABA STORY découvert en 2013, assisté durant  une année par Zingdah, s’est produit pour l’édition 2014 avec des artistes professionnels.

« L’atelier musicale des oasis a  formé  quatre jeunes musiciens un batteur, un accompagnateur ainsi que deux jeunes filles : une  bassiste et une guitariste. En ce sens, cette édition s’inscrit dans un processus de transmission de  savoirs et de savoir-faire que nous entreprenons de pérenniser ».

 

Leila A

Illustration : Photographie du groupe Zingdah, par Oussama Bourdine

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *