.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

El Qula القلّة


cruche« El Qula » désigne un « récipient de panse ovoïde ou sphérique à orifice étroit, fait de terre cuite, et servant à contenir un breuvage ». L’étymologie de ce vocable serait de racine latine « gula », signifiant goulot, ou encore gosier en référence à son étroit col. Le mot  est connu dans d’autres régions de la méditerranée sous l’appellation gargoulette; un terme provençale issu de la langue d’oc avec lequel « qula »  partage la même affiliation. 

Le processus de fabrication de la poterie ainsi que l’ornement  diffèrent d’une région à une autre, « El qula »de Tlemcen est fabriqué sans colombin, suivant «un  procédé qui se retrouve en Afrique orientale et en haute Egypte, et qui se trouve être diffèrent de celui employé en Kabylie ». Cependant il existe des traits communs à savoir les matériaux, la terre mélangée à de argile pillée, qui sera pétrit, dégraissée, séchée, polie puis cuite.

La fabrication de la poterie traditionnelle algérienne a donc un double rôle : sa conception, et l’originalité. Elle est réalisée d’une part pour satisfaire des objets domestiques, avant d’être proposée en tant qu’oeuvre artistique. 

D’ importants échanges commerciaux de poterie ont été signalés dans l’Oranie, et plus particulièrement à Tlemcen et Nedroma; on signale que la fabrication était autrefois  le domaine des femmes rurales de conditions précaires, qui vendaient leurs ouvrages aux  marchés traditionnels.

 

Leila A 

 

Source :

  1. Carte commentée de la poterie rurale dans la wilaya de Tlemcen – A.M  ABERRAHIM  REICHLEN- Revue Lybica tome xxv  1977 
  2. Image : « Jeune Kabyle à la cruche« , J. Blancpain, XIXe

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *