.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

ECCHEMAA de CHEIKH Mohamed BENSEGHIR : La Bougie 1ère partie.


OLYMPUS DIGITAL CAMERAVous avez peut-être entendu, à défaut d’écouter, certaines chansons moult fois à tel point qu’elles sont devenues familières à vos oreilles sans toutefois les comprendre totalement et n’en retenir que quelques bribes que d’aucuns vous traduiront dans un écran de fumée. Et pourtant quel plaisir vous trouvez à les réécouter sous des airs différents, par des voix émanant de tous les genres qui font la richesse tant méconnue du melhoun.

J’aimerais, en toute humilité,  en guise d’exemple vous parler d’ECCHEMAA du CHEIKH MOHAMED BENSEGHIR, chantée à ma connaissance par l’immense Dahmane BENACHOUR, le « crooner du chaâbi » tant regretté El Hadj El Hachmi GUERROUABI et le sublime Amar EZZAHI. Je crois même que le maître Mohammed Tahar EL FERGANI s’y est déployé mais je n’ai pas eu la chance d’écouter la version qu’il en a donnée.

 Il faut savoir que le thème d’ECCHEMAA a été investi par une vingtaine de poètes parmi lesquels on retrouve EL Djilali MTHIRED célèbre chez nous par Ya Dif Ellah et Si Touhami el MEDEGHRI connu pour « El Djefn » (Mal Djefni)

 Cheikh Mohamed BENSEGHIR est originaire D’ASFI (près de RABAT) et a vécu à ESSAOUIRA au Maroc sous le règne de Moulay Mohamed Ben Abderrahmane (1859-1873) de la Dynastie Alaouite Il serait mort du temps de Moulay HASSAN Premier (1873-1894) de la même Dynastie à plus de soixante cinq ans. A son registre on note d’autres compositions plutôt satiriques telles que « ^koulou lel  baghdhine ^kouli lyame etla^ki et soub^hane ellah fi tbayae dhennas ainsi qu’un mdih : medh ersoul la ghirou yaadjabni.

 ECCHEMAA est un dialogue entre le poète et la bougie qui se plaint d’être triste. La bougie  raconte les déboires qu’elle a subis dès sa naissance et de l’injustice à se voir utilisée par les hommes sans relâche. Après l’avoir écoutée, notre poète, par ses répliques, la réconcilie avec sa vocation de lumière et lui souligne les privilèges qu’elle a de pénétrer dans ces lieux secrets qui lui sont inaccessibles où se pavanent les belles femmes et les étalons masculins. Il lui fait sentir combien elle touche la beauté du doigt. Cette pièce est une des leçons d’amour du melhoun.

 Refrain :

. ارجعي لآه يا الشمعة وعلاش اعليك بالبكاء   والناس في الافراح

مال ادموعك غير تنهمر فوق الحسكة تبوح بالسر اهطيلة

 

Reviens à Dieu ô toi la bougie, à quoi bon ces pleurs alors que les gens festoient

Pourquoi tes larmes avouent les secrets en  ruisselant sur le bougeoir ?

 

Couplets:

 

يا ترى انتي مولوعة بالهواء قاسك نير الغرام يا زينة الدواح

لا بد العشيق ينعدر زا يدة في بكاك ما اوجدنالك حيلة

 

 Alors serait tu la romantique ou celle que le vent de l’amour a secoué toi la porteuse des beaux anneaux à tes oreilles ?

Bien sûr qu’il faut compatir avec l’amoureux et toi tu ne cesses de pleurer alors que nous sommes impuissants (pour t’apaiser).

 

لعلى محبوب كان عندك  جافي و لا تلالو يرجع للمركاح

ما رينا م صال بالغدر هذاك الغيه من افعالو القليلة

 

Ou alors avais-tu un amoureux qui est parti sans qu’il daigne revenir au bercail. A-t-on vu quelqu’un réussir par la traîtrise ? Efface de ton esprit le traître pour ses petitesses.

 

و الى ابغيتي ترقسي ما بين لريام كما رقسوا اريامنا جد ابغير امزاح

بالالة و انغايم لوطار النسوان امعى الشيخ في هذا اليلة

 

Ou bien aurais-tu aimé danser parmi les gazelles (femmes) comme ont dansé nos belles avec talent et sans retenue sur des airs de nos instruments accompagnant le cheikh dans son chant  nocturne..

و الى غرتي من لعوارم موشومات لرقاب شربو كسان الراح

انعصرو لخدود بلا اعكر و انتي ما اوجدنالك تحليلة

 

Serais-tu jalouse de nos belles compagnes au cou tatoué, dégustant le nectar et dont les joues ont rougi sans fard alors que tu restes inconsolable.

 

قالتلي نوريك يا الفاهم كيف اجرالي اتقول عمدة من لجراح

ما صبت لغرايبي اخبر انا اللي كنت فالمراتب احفيلة

 

Elle m’a dit laisse moi te raconter ô toi l’érudit ce qui m’est arrivé et tu compatiras de ma douleur, moi qui fut au piédestal de la fête.

 

Nous parlerons des déboires de la bougie et de la finesse de BENSEGHIR qui la ramènera à de meilleurs sentiments dans notre prochaine chronique.

 

Dr Rachid MESSAOUDI.

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *