.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Documentaire :  » Les disparus, histoire d’un silence d’Etat ». (Révolution algérienne)


« Ce film est une enquête documentaire sur la question de ceux que l’on appelle « Les Disparus », ces Européens d’Algérie et Harkis enlevés à partir de 1955 et surtout durant les derniers jours de la présence française en Algérie, en 1962.

Cinquante ans après, des archives de l’Armée, du Ministère des Affaires étrangères et du Secrétariat général de l’Elysée, classées jusque là « secret confidentiel », viennent enfin d’être ouvertes. Confrontées aux témoignages d’anciens disparus et de familles de disparus, aux recherches d’historiens, ces archives permettent de lever le voile sur un pan méconnu de l’Histoire de France en Algérie. Celle d’une histoire cachée par les gouvernements successifs des deux pays qui ont minimisé les faits pour ne pas « rallumer la guerre ».

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


2 thoughts on “Documentaire :  » Les disparus, histoire d’un silence d’Etat ». (Révolution algérienne)

  1. yvon

    Une force locale de l’ordre algérienne, composé de 114 unités créés par 91 régiments Français, a été constituée, avec 90 % de militaires musulmans et de 10 % de militaires de la métropole, début avril 1962 ( Accords d’Evian ). – Que sont devenus tous ces militaires ? Existe-t-il une liste de la mutation des ces militaires dans la Force Locale ? Existe-t-il une liste des militaires disparus,déclarés morts pour la France dans ces unités ? Ces questions sont posées aux responsables des deux pays l’Algérie et la France.

    Reply
    1. Semar

      Cette force possédait un rôle social et sécuritaire ; je me souviens de ces militaires qui récupéraient des troupeaux éparpillés des environs de notre village et des outils agricoles volés par ???? ; ces butins sont remis aux soi disant préposés au maintien de l’ordre. C’était la Révolution !

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *