.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

De la prépondérance des Berbères en Andalousie


guadaleteL’avènement de l’islam en Péninsule Ibérique – Espagne – est associé à Tariq ibn Ziyad. Commandant d’une expédition de 7000 hommes fin avril 711, renforcée peu après par 5000 autres, ce Berbère d’appartenance zénète a ouvert grandes les portes de l’Andalousie.  

 

Tariq ibn Ziyad permet l’arrivée massive des musulmans nord-africains en terre espagnole.  Nul doute que la motivation d’une telle campagne militaire relève de la reconnaissance préalable de Tarif ibn Malik, lui aussi Berbère zénète. Tout comme Tariq, il répond aux ordres du gouverneur des Omeyyades, Moussa Ibn Nossaïr, en Afrique du nord. Son incursion dans le sud de l’Espagne, en juillet 710, sera honorée, la ville de Tarifa portant son nom. De même que Gibraltar le détroit (djebel Tariq) résulte du nom de Tariq Ibn Ziyad.  Peu importe ! De ce premier raid réussi, l’historien britannique Edward Gibbon écrit : « Cent arabes et quatre cents africains passèrent à bord de quatre navires, de Tanger ou Ceuta, le lieu de leur débarquement sur la rive opposée du détroit est marquée par le nom de leur chef Tarif qui est aujourd’hui la ville de Tarifa. Ils ont débuté à partir de là pour reconnaître le terrain le long de la côte comme un point d’entrée possible pour une attaque plus large, parcourant 18 milles à travers un pays accidenté jusqu’au château et la ville de Julien, sur laquelle ils la baptisèrent du nom de l’île Verte (Algésiras), depuis un cap verdoyant qui s’avance dans la mer ».  

 

Présence massive des tribus 

De tels propos nous conduisent à l’indication suivante : la majorité des troupes musulmanes est de composante berbère, ladite africaine par l’auteur. Au-delà de la dimension guerrière, la présence de plusieurs tribus berbères s’apparente beaucoup plus à une colonisation. Intéressés par la richesse des terres d’Espagne, les nord-africains débarquent en famille et avec leurs biens. Leur nombre est si important que même des villages, des montagnes et des cours d’eau ont changé de nom. C’est dire aussi leur influence culturelle, exercée tout au long de la période islamique des Ommeyyades. Jusqu’au XIe siècle, au moins, ils sont venus s’établir en Andalousie. Guerriers mais pas que, ils représentent de grandes tribus : Zénètes, Masmouda, Sanhadja, mais aussi les Ketama, les Ifran, Ilan et autres groupes arabisés ou pas. Porteurs de fait de l’islam, ils se sont installés aussi bien au nord qu’au sud de l’Andalousie.   

 

Chute de Cordoue 

Nombreux sont les peuplements berbères, notamment dans l’actuelle Teruel, à Valence et à Castellon où se sont stabilisés des Hawwara et des Madyouna. Ces derniers sont les premiers Berbères qui, après la conquête d’une partie de la Péninsule Ibérique par Tariq, ont investi ces régions. L’une des familles prépondérantes, celle des Banou Razin (appartenance aux Hawwara) a même pu constituer une taïfa (petit royaume musulman indépendant) à Santa Mariya al Sarq (Albarracín), après la fin du Califat de Cordoue en 1031. L’année au cours de laquelle une assemblée de juristes de cette ville se décide de ne plus reconnaître le calife musulman. Des siècles durant, les Berbères ont contribué à la construction musulmane en Péninsule Ibérique au niveau économique et politique, non sans léguer leur savoir et leur culture. Ce sont eux aussi qui se sont soulevé plusieurs fois, au sein même des armées omeyyades, contre les Arabes et leurs alliés. Ils sont allés jusqu’à détruire, la résidence – Madinat al Zahra – du calife près de Cordoue, en 1013. Ils participent ainsi à la fin des Omeyyades.  

 

Mohamed Redouane 

 

Bibliographie: 

  1. Les Berbères en Andalus par J. Bosch-Vilà dans Encyclopédie berbère.  
  2. Illustration: https://www.herodote.net/11_juillet_711-evenement-7110711.php

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *