.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Dar Mustapha Pacha – Partie I.


DMP1Pendant la période ottomane, le siège du gouvernement et de l’administration se situait au Palais de la Jenina, dans la partie basse de la ville. Les Beylerbeys s’y installent de 1534 à 1585, les pachas de 1585 à 1659, les aghas de 1659 à 1671 et, enfin, les deys de 1671 à 1817. Il est ensuite transféré à la Casbah, jusqu’en 1830. Capitale du pays durant la période se situant entre 1529 jusqu’en 1830, date de l’invasion française, El-Djazaïr est une place forte disposant d’une flotte redoutable qui lui confère une autorité sans égale en mer. Du XVIe au XIXe siècles, outre le palais de la Jenina, de luxueuses demeures de dignitaires et de hauts fonctionnaires se construisent dans la partie basse de la ville : Dar Hassan Pacha, Dar Aziza, Dar Mustpha Pacha…

L’ensemble de Dar Mustapha Pacha est apparemment dépourvu de dwira et serait possible que Dar al souf ait été conçue pour jouer cet office. Dar Mustapha Pacha se situe dans la basse Casbah, dans le quartier Souk-el-Djemâa, bordant la rue des frères Mecheri. Ce palais constitue une richesse architecturale exceptionnelle.
Il fut édifié en 1798 pour le Dey Mustapha Pacha, il fut ensuite la demeure du général Trobriant, puis converti en 1863 en bibliothèque nationale jusqu’en 1948 pour devenir à l’indépendance le siège de plusieurs organisations.

Dar Mustapha était occupée par ses épouses, ses concubines, ses enfants et ses domestiques qu’il allait retrouver une fois par semaine escorté par sa garde personnelle.L’emplacement avait pour nom Bab Essouq, car à cet endroit, commençait le quartier commerçant qui occupait toute la zone du Sud-est de la Janina et une bonne partie de l’actuelle place des Martrs, ex place du Gouvernement. On accédait à Dar Mustapha Pacha, ainsi qu’à Dar al souf, via la ruelle appelée zanqat bab essouq, également connue sous le nom de zanqat sidi bouchaqour (l’homme à la hache) où, au XVIIIe siècle se trouvait un ensemble de constructions appartenant à une congrégation religieuse : sabil al khayra, soit, œuvre de bienfaisance. Malheureusement, peu avant son accession, Mustapha acquit cet ensemble et le fit raser pour y faire construire les deux immeubles mitoyens, en 1798 et ne furent terminés qu’après son accession.

Cette belle demeure fut convertie, en 1963, en bibliothèque nationale et le restera jusqu’en 1948, date à laquelle la bibliothèque nationale actuelle fut inaugurée.

Ce n’est que le 30 ars 1887 que Dar Mustapha Pacha fut classée monument historique.

Mounira Amine-Seka.

Sources :

  • Palais et demeures d’Alger à la période Ottomane, par Lucien Golvin. Editions INAS, 2003.
  • Casbahdalger.dz.

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


One thought on “Dar Mustapha Pacha – Partie I.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *