.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Contribution : Le Château de l’Ouenza (Chancel)


chateauLe Château Chancel, appelé également château de l’Ouenza, se situe sur les hauteurs du quartier de Beni M’hafer, sur la route de Seraïdi (Edough). Ce monument est très particulier, car il représente fièrement le style italianisant « italianate » : un style architectural du XIXe siècle apparu en Angleterre en 1802, s’inspirant de l’architecture de la Renaissance italienne et qui se propagera ensuite en Europe, en Amérique et un peu au Maghreb.

Ce château date des années vingts ou trente. Il appartenait à la société des mines l’Ouenza et certains habitants pensent qu’il est construit sur les décombres d’un vestige d’époque ottomane.

On ignore encore l’origine de son nom, « Chancel » : serait-ce en rapport avec la présence de balustrades. Car Chancel viendrait du latin cancelli, signifiant barrière ou balustrade.

Le château a connu plusieurs fonctions : il fut d’abord la résidence du directeur de la société de l’Ouenza dans les années trente.Il devint à partir de 1943 le nouvel hôpital militaire, l’ancien (situé dans les locaux de la mosquée Abou Marouane) ayant été bombardé par l’aviation allemande. Il le restera jusqu’à la construction de l’actuel hôpital civil « Ibn Roch’d » en 1960. Le château se vit ensuite transformé en caserne, appelée la 252ème CCR, entre 1960 et 1962.

Après l’Indépendance de 1962, le château accueille dans l’urgence les réfugiés algériens exilés vers les frontières tunisiennes. Des familles nombreuses se retrouvent au sein de ce bâtiment, inadapté à leur mode de vie, ce qui accélère sa dégradation. Une légende urbaine raconte que le château était hanté : un moyen comme un autre de le protéger ?

Pillé par des inconnus avant de brûler en 1970, il est enfin racheté par un particulier.

Depuis son acquisition, le propriétaire s’efforce de le réhabiliter et ce, malgré quelques difficultés : l’absence d’entreprises spécialisées en réhabilitation, le manque d’artisans qualifiés, sans parler du coût de l’opération et de l’absence de subventions.

En 1991, le château  devient un hôtel, comprenant une salle polyvalente et une piscine, avec une extension construite juste à coté.

Architecture du château :

Le château est une oeuvre rare en Algérie, du style Italianisant, caractérisé par les éléments suivants :

1 –  un toit débordant à faible pente avec des aisseliers (consoles) en bois qui soutiennent la charpente ;

charpente

2 – Des corbeaux en bois et des corniches, avec une frise en céramique au niveau de la corniche ;

corniche

3 – Des fenêtres et portes à fronton circulaire avec un couvrement en brique en forme d’arc segmentaire, avec ou sans écoinçon ;

couvrement

 

4 – Des fenêtres étroites, jumelées et embellies de reliefs au niveau de l’entrée ;

cou

 

5 – Un étage noble situé au premier niveau : il est pourvu de fenêtres plus hautes et plus larges que le reste du bâtiment. C’est là que se trouvent généralement les pièces de réception et les chambres dévolues aux invités de marque ;

5

6 – Le bâtiment est surmonté d’une tour ornementale en forme de campanile italien ;

6

7 – Un belvédère sous forme de table d’orientation en bois : offrant une vue panoramique, orienté vers la ville, il s’agit d’une d’oeuvre d’art en bois ornée de balustrades et portée par des poteaux sculptés, dotée d’un système de pannes radio-concentriques

bel

8 – Une loggia coté façade postérieure avec balustrades et poteaux en bois, aujourd’hui disparus et remplacés par du béton ;

10

9 – Des angles rayés de pierres et de briques rouges rajoutant une touche anglaise à l’ensemble.

11

Intérieur du château :

Le nouveau propriétaire rajoute une touche mauresque avec un plafond coloré orné d’étoiles d’Andalousie, et afin de restaurer l’escalier en bois de l’époque, le propriétaire a eu l’idée de récupérer le reste des poteaux en bois jetés aux alentours du château et les réemployer comme balustres et têtes de départ. Sur cet escalier, on remarque encore les traces de l’incendie derrière le vernis.

rempe

 

Et si on essaie de remonter le temps, voici le témoignage rapporté d’un ancien peintre du château, M. Hoff :

 » Avant l’arrivée de la CCR, le bâtiment était un hôpital militaire. Les grandes pièces du rez-de-chaussée faisaient office de salles d’opérations et de soins ; elles étaient peintes en bleu-roi. Paraît-il que cette couleur “chassait les mouches”…).

Par la suite, les murs ont été repeints d’une couleur claire. A l’entrée, le bureau du Capitaine et l’escalier le jouxtant étaient d’un stylé et particulièrement bien conservés. »
Le château a reçu des personnalités internationales qui ont montré une certaine admiration pour son style. Par son histoire et son architecture, le château mérite pleinement aujourd’hui un classement aux monuments nationaux et une mise en valeur car il est l’un des plus beaux de la région.
 « Un remerciement particulier à la famille Benhassine, M. Jean Jourdain, M. bernard Gassiot, M. Guerfi Ibrahim, Mademoiselle Myriam Hameurlain pour leur contribution ».
  1. Cet article nous a été transmis par « Patrimoine d’Annaba« , LE PREMIER SITE CONSACRÉ AU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN D’ANNABA

 

 

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *