.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Actualités

Traduire l'article :

Contribution : Ali Bitchin, le « Lion des mers » – Partie I : La construction d’une moquée –


JanicaruUn Corsaire d’origine vénitienne, puccieni, par la foi en Dieu et pour l’amour d’une belle princesse, construisit une mosquée à Zoudj-Aïoun.

En ce mois de mai 1578, une galère pavoisée parmi des navires corsaires jetait l’ancre dans la darse d’Alger. Saluée par des salves d’artillerie, elle traînait à sa remorque un navire vénitien, lourdement chargé de captifs et de riches

Une foule dense était là, manifestant sa joie. Parmi elle, se tenait le roi d’Alger Hassan Veneziano. Le célèbre Cervantès, auteur de Don Quichotte capturé à Alger, à cette époque, nous le décrit : « Grand, maigre, pâle, la barbe rare, les yeux brillants et sanglants, l’air hautain et cruel ; avec cela, une bravoure à toute épreuve et une énergie impitoyable ».

A ses cotés se trouvaient ses plus fidèles lieutenants, le raïs Chiobali, le raïs Kellouche, qui fut pacha d’Alexandrie avant de venir habiter Alger, le raïs Fettah-Allah Ben-Khodja et, enfin, le raïs Yahia, celui là même qui édifia, en 1575, le palais abritant, aujourd’hui, le Musée des arts et traditions populaires. Les captifs débarqués furent tous dirigés vers Bab El-Boustan (marché des esclaves) qui s’étendait en ce lieu (actuelle petite place de la pêcherie) sous une forme rectangulaire et avec un encadrement d’arcades.

Parmi eux se trouvait un jeune Vénitien, vif et espiègle à peine âgé d’une dizaine d’années, appelé Puccini. La bonne « bouille » et l’air intelligent de l’enfant plurent au raïs qui l’acquit pour 60 pièces d’or.

Puccini fut aussitôt soumis à la circoncision prescrite aux musulmans et à la conversion à l’Islam. Fatah-Allah lui donna le prénom de Ali et de Puccini en lit Bitchin. Sous l’autorité, l’oeil bienveillant et l’éducation du raïs Ben-Khodja, le jeune Ali Bitchin devint rapidement un redoutable corsaire ; le raïs commença par lui confier le commandement d’une galère de 24 bancs de rameurs. Il fut élu, quelques temps plus tard, raïs de la taîffa (chef de la corporation des capitaines corsaires), puis nommé amiral des galères. Dans l’actuelle rue de Bab El-Oued s’élevait son palais.

Ali Bitchin devint plus riche et plus puissant que le roi d’Alger. Ses nombreux esclaves étaient enfermés dans des salles souterraines. A l’exception du raïs Hamidou qui, lui, vécut vers la fin du XVIIIe siècle, aucun corsaire ne fut autant aimé que Ali Bitchin. Sous son commandement, la marine d’Alger assura sa suprématie en Méditerranée, franchissant allègrement le détroit de Gibraltar et poussant loin vers le cercle polaire. Ses corsaires pénétrèrent l’océan Atlantique qu’ils remontèrent jusqu’en Irlande.

Ils parviennent à Madère, toujours intrépides, on les voit s’attaquer, seuls sur leurs bateaux légers, aux plus lourds vaisseaux quel que soit le nombre des ennemis, résister aux tempêtes les plus violentes, apparaître à l’improviste, narguer l’ennemi de leur folle audace.

Ali Bitchin devint en quelque sorte le père nourricier d’Alger par les innombrables richesses qu’il confisquait et rapportait à bord de ses navires. Il contribua ainsi à l’apparente oppulence de la capitale.

La construction d’une mosquéemo

La tradition raconte que lorsque Ali Bitchin aperçut pour la première fois la princesse Lalla Lallahoum, la fille de Ben Ali, sultan des Kabyles de Koukou, femme belle entre toutes, il ne put résister au désir de l’aimer. Tous ses sens furent troublés, ses jours sont sans repos. Accompagné de Lalla N’fiça, veuve du raïs Fettah-Allah Ben-Khodja et d’une nombreuse suite, il se rendit auprès de Ben-Ali sollicitant la main de sa fille.
L’intrépidité du corsaire dans ses prises toujours heureuses lui avait permis de réunir les plus riches produits des quatre coins du monde. Il déposa ainsi au pied de la belle princesse les plus riches tapis de la Perse, les soies et les brocards du pays du Levant, les diamants des Indes, l’or du Pérou … Lalla Lallahoum considérait avec indifférence ces richesses : « Non, dit-elle, je n’ai que faire de tout cela, j’exige que mon prétendant construise une mosquée pour me prouver sa foi ».

Mosquée Ali Bitchin

Celle-ci fut érigée immédiatement (4 mars 1622). Cette vieille et remarquable mosquée subsiste encore de nos jours à Zoudj-Aïoun.

L’édifice est composé d’une nef carrée à coupole octogonale qu’entourent, sur trois côtés, des galeries recouvertes d’une vingtaine de petits dômes à la manière de Sainte-Sophie d’Istanbul ; le mihrab qui se voit én saillie dans la rue de Bab El-Oued ne présente aucun ornement. La mosquée était également pourvue, à l’époque, d’une fontaine appelée « Aïn ech chara », plusieurs boutiques voisines lui furent attribuées en bien habous en vue d’assurer une rente permanente servant à son entretien…

A suivre 

Article envoyé par Djalil Kezzal

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *