.
.

Information historique et socioculturelle sur l'Algérie

.

Traduire l'article :

Conte : Sbart, sbart, ma sbart ghir ana ! – Partie I – La petite fille et le monstre


příšera-démon-monstrum-emoce-džinIl était une fois un père et une mère qui avaient une fille, sept fils et sept brus. Il possédait aussi de nombreux troupeaux de vaches, de chèvres et de moutons. Tout semblait concourir au bonheur de cette nombreuse famille jusqu’au jour où une étrange créature apparût à la fillette et lui dit d’un ton méchant et d’une horrible voix :

-« Tremble enfant, bientôt mourront ta mère, ton père et tes frères et tu seras seule au monde quand tes sept belles-sœurs retourneront chez leurs parents. »

La petite fille, affolée et toute tremblante courut voir sa mère pour lui faire part de cette étrange apparition. Quand elle eut tout raconté à sa mère, cette dernière la rassura : 

-« N’écoute pas ce que vient de te prédire cet affreux monstre ! C’est probablement un jaloux qui nous envie ! Si jamais il revenait t’effrayer, dis-lui que nous sommes si nombreux que même si on devait nous égorger, le couteau qu’on utiliserait s’userait. »

La petite fille, rassurée, alla se coucher. Au moment où elle s’apprêtait  à s’enfoncer sous les couvertures, le monstre revint :

-« Tremble enfant ! Et souviens-toi de ce que je t’ai dit ! »

La petite fille, maîtrisant à peine son effroi, lui répondit :

– » Ce n’ai pas vrai. Ma mère m’a dit que nous étions si nombreux que même si on devait nous égorger, la lame du couteau qu’on utiliserait s’émousserait. »

Le monstre, plus cruel que jamais, répliqua avec férocité :

-« Vous êtes nombreux, c’est vrai, mais cela ne changera rien car  la mort de toute la famille ne sera pas provoquée par un couteau. Tu verras que ce que je t’ai dit est vrai quand tu erreras seule par les chemins et que tu connaîtras les affres de la misère. »

A ces mots, le monstre s’évanouit  dans un petit nuage de fumée, seul son rire strident persista et l’écho se répercuta dans toute la maison. Sur le moment, la petite fille resta pétrifiée de stupeur puis se rappela les paroles rassurantes de sa mère et se pelotonna dans le lit et s’endormit.

Quelques jours plus tard, son père mourut, victime d’une étrange maladie. Puis ce fut le tour de sa mère et enfin de ses sept frères. Quant aux sept belles-sœurs, elles quittèrent la maison, laissant la petite fille seule au monde.

Elle qui vécut protégée, se trouva démunie face à son funeste destin. 

-« Ainsi le monstre avait raison ! reconnut-elle. »

Elle sortit de la maison et se mit à marcher par les routes. Mais elle n’alla pas bien loin car elle fut recueillie par son oncle qui lui dit :

-« Viens vivre chez moi où tu seras heureuse comme avant ! « 

La petite fille se crut bénie et reçut cette invitation avec joie. L’idée d’être à l’abri de la misère comme l’avait prédit le monstre, la rassura.

Mais quelques jours après, le monstre revint : 

-« Ne crois surtout pas que je t’ai oubliée et que ce que je t’ai dit ne se réalisera pas ! « 

-« Mes parents sont morts mais mon oncle s’occupe de moi ! lui répondit-elle. Tu n’avait pas prévu cela ! « 

-« Tremble enfant car ce que tu as vécu n’est rien par rapport à ce qui t’attend ! « 

Le monstre connaissait le lieu où l’oncle cachait ses provisions. I l s’y rendit et se mit à casser les précieuses jarres.  La dernière jarre cassée et avant de disparaître, il mit le gourdin entre les mains de la fille qui, stupéfaite, en perdit la parole et resta figée jusqu’au retour de l’oncle.

A la vue des dommages, l’homme se mit en colère et quand il vit le gourdin dans les mains de sa nièce, il l’accusa des méfaits :

-« C’est ainsi que tu me remercie, lui dit-il, en la secouant, moi qui t’ai recueillie et protégée ! Va-t’en ! Que je ne te revois plus chez moi ! »

La fille ne put expliquer les faits et l’oncle vit à travers son mutisme un aveu.

La petite fille se retrouva sans abri et sans protection. Mais un autre oncle vint à son secours et l’accueillit chez lui où elle fut reçue avec joie par son épouse :

-« Sois la bienvenue, lui dit-elle, j’ai besoin de toi pour garder mon petit enfant quand je m’absente. » 

Mais au bout de quelque temps, le monstre revint persécuter la petite fille. Il alla cette fois vers le berceau, fit disparaître le bébé et mit un couteau dans la main de la jeune fille en prenant soin de salir de berceau de sang. 

Devant la scène, l’oncle et la tante accusèrent la nièce encore sous le choc, des actes du démon et la chassèrent à grands coups de bâton :

-« Va ingrate, tu es maudite ! Là où tu iras tu sèmeras le malheur ! » … A SUIVRE

 

Source : Contes du terroir Algérien -Editions Dalimen

Illustration : Léon carré

Commentaires Facebook

commentaires



L’équipe Babzman est composée de spécialistes, amoureux de la culture Algérienne sous toutes ses formes. Qu’ils soient passionnés d’art, d’histoire ou encore de patrimoine, ces contributeurs de tout horizon, vous offrent un voyage dans le temps, à la découverte de l’Algérie millénaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *